Live now
Live now
Masquer
ponce-banni-twitch
Féminisme

Twitch bannit Ponce pour un téton, et surprise (non) : ce sont les meufs qui trinquent

18 juin 2021 7
Le streameur Ponce a été banni de Twitch pendant 24 heures à cause d’un tout petit téton. À votre avis, les sexistes en ont-ils profité pour : 1. dénoncer le puritanisme de la plateforme ou 2. basher des meufs en bikini qui n’ont rien demandé ?

La guerre contre le téton n’en finit pas. Enfin, celui qui est « considéré comme féminin », pour reprendre la terminologie foireuse de Tumblr : les mamelons semblant appartenir à des hommes ne créent pas autant de scandale que lorsqu’ils sont posés sur une paire de seins…

Ce double standard, cela fait longtemps qu’il fait couler de l’encre ; il a même donné son nom à un mouvement visant à y mettre fin, #FreeTheNipple. Aujourd’hui, c’est Ponce, streamer très populaire sur Twitch, qui en a fait les frais. Mais au lieu de s’en prendre au puritanisme de la plateforme, certains ont jugé qu’il était bienvenu de… blâmer des femmes.

Oui, je sais, c’est absurde. Le patriarcat l’est souvent.

Ponce, banni de Twitch à cause d’un tout petit téton

Ponce — Aurélien Gilles dans la vie civile — cumule plusieurs centaines de milliers d’abonnés sur Twitch et YouTube où il livre un contenu bienveillant et feel-good ; il a notamment fait parler de lui avec une interview de Samuel Étienne parue à l’automne 2020. Sa communauté est surnommée « les fleurs » : autant dire que ce n’est pas un streameur habitué à la provoc et aux bannissements.

Il a pourtant vu sa chaîne sauter pour la première fois ce 17 juin au soir, parce qu’il a diffusé une bande-annonce de film des années 1970 comportant un tétonShocking selon Twitch qui a immédiatement sanctionné l’offense : 24 heures de coupure pour Ponce.

L’histoire aurait pu s’arrêter là ou être une bonne occasion d’interroger à nouveau la dépendance à des plateformes américaines ayant une vision assez problématique des corps féminins ou considérés comme tels. Mais c’était sans compter sur ce bon vieux slut-shaming toujours prompt à pointer le bout de son nez…

Quand le sage montre le patriarcat, les imbéciles pointent les streameuses sexy

Madmoizelle vous en parlait récemment : les streameuses en bikini, souvent installées dans des piscines ou jacuzzis gonflables, ont été accusées de dévoyer la plateforme et de « voler » les vues et abonnés des « vrais » créateurs et créatrices de contenu. Fatigue. Heureusement, Twitch avait réagi plutôt intelligemment à la polémique en ouvrant une catégorie dédiée à ce type de format.

Force est de constater qu’il reste du chemin à faire, car plusieurs personnes ont jugé bon de cibler ces mêmes streameuses pour dénoncer le bannissement de Ponce — alors qu’elles n’ont joué aucun rôle dans cette décision.

ponce-sexisme-2 ponce-sexisme-3 ponce-sexisme-1

Les streameuses en bikini ont-elles décidé que les tétons « féminins » n’auraient pas droit de cité sur Twitch ? Non. Probablement qu’une partie d’entre elles aimeraient d’ailleurs que ce ne soit plus un motif de bannissement. Mais les sexistes ne réfléchissent jamais à cela — ils ne voient qu’une nouvelle occasion de taper sur des femmes juste parce qu’elles font ce qu’elles veulent de leur corps, et osent jouer de leur désirabilité sans y être contraintes par un homme.

Heureusement, Ponce n’a pas laissé ces messages sans réponses : il a adressé un message collégial qui, sans dénoncer précisément le slut-shaming, rappelle vers qui les critiques doivent s’orienter.

En attendant que certains cessent de rebondir sur la moindre actualité pour s’en prendre à des femmes, espérons que Twitch se rende un jour compte qu’un morceau de peau n’a jamais tué personne — sachant que les règles de la plateforme n’interdisent pas les mamelons masculins lorsqu’ils ne sont pas sexualisés mais présentés dans un contexte cohérent, comme une plage par exemple.

Tant que les tétons féminins resteront vus comme sexuels avant tout, et non comme une simple partie du corps ayant une réelle utilité, ce double standard restera malheureusement tenace.

À lire aussi : « Parler d’éducation sexuelle sur Instagram et en faire son métier, c’est vivre avec la peur au ventre »

Les Commentaires
7

Avatar de -Lorelei-
22 juin 2021 à 08h35
-Lorelei-
@Octopuss Non je parle d'avant ! Effectivement après ce dont parle @Margay ça a pas mal changé...
1
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Société
madprime-miniature-verticale

Vague de haine transphobe contre le Planning familial : le MadPrime décrypte la polémique

Maëlle Le Corre

05 oct 2022

Société
sandrine rousseau signe feministe vertical

Sandrine Rousseau fait un geste féministe à l’Assemblée nationale, mais au fait, que signifie-t-il ?

Maëlle Le Corre

05 oct 2022

Société
MadPime_PF_V

MadPrime : tout comprendre de la polémique transphobe contre le Planning familial

Maëlle Le Corre

20 sep 2022

Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4
Féminisme
social media réseaux sociaux

Féminismes et réseaux sociaux : une histoire d’amour-haine ?

Sophie Benard

24 août 2022

2
Témoignages
mere-fille-passage-pieton-600

J’ai été harcelée sexuellement en compagnie de ma fille de 4 ans et j’ai la haine

Manon Portanier

18 août 2022

21
Féminisme
safer plage marseille

Marseille expérimente une appli anti-harcèlement à la plage

Maëlle Le Corre

08 août 2022

2
Féminisme
Femmes-à-chat-conservateurs-politique-société-

Le mythe des « femmes à chats » récupéré politiquement par les conservateurs

Marie Chéreau

08 août 2022

26
Féminisme
avocat-diable-vert

Décryptage : pourquoi tant de gens se font « l’avocat du diable »

Maëlle Le Corre

24 juil 2022

32
Féminisme
manifestation nous toutes – les victimes denoncent – jeanne menjoulet flickr

Aucun parti politique ne récolte la confiance des Français en matière de lutte contre les violences faites aux femmes

Maëlle Le Corre

15 juil 2022

1

La société s'écrit au féminin