5 signes qui m’ont fait comprendre qu’il était temps de rompre

Cette madmoiZelle a hésité un moment avant de quitter cette relation qui lui convenait bof. Mais quand le temps de la rupture est venu, il y a quelques indices qu'il est difficile d'ignorer.

5 signes qui m’ont fait comprendre qu’il était temps de rompre

Il y a trois mois, j’ai rencontré un mec très cool sur une appli.

On s’est plus tout de suite, on a enchainé les rendez-vous agréables et les nuits non moins plaisantes. J’ai rencontré ses amis et inversement. On a même passé une partie des vacances ensemble.

Mais au fur et à mesure du temps, des petits drapeaux rouges se sont hissés dans un coin de ma tête.

Moi, incertaine au sujet de cette relation

Comment savoir qu’il est temps de rompre ?

Au fil des semaines, de nombreuses questions et un sentiment d’insatisfaction se sont immiscés dans mon esprit, me donnant régulièrement envie de mettre un terme à la relation.

Il n’était pas très démonstratif, peu enclin à s’enquérir de ma vie et m’avait avoué à demi-mot qu’il sortait à peine d’une période sombre de son existence (moi qui rêvait d’un partenaire bien dans ses baskets, après des années passées à faire l’infirmière).

Je me suis d’abord méfiée de moi-même.

Est-ce que je n’étais pas en train de fuir les problèmes en voulant rompre ? D’occulter des efforts que j’avais à faire de mon côté ?

Est-ce que je ne devrais pas d’abord essayer de communiquer mes frustrations ? Est-ce que j’en demande trop ? Est-ce que j’attends encore une semaine, un mois ?

J’avais la sensation de baisser les bras aux premiers obstacles et le sentiment de devoir donner une chance à cette histoire qui commençait à peine. 

Et puis c’était vraiment un mec bien, je n’avais pas grand-chose à lui reprocher en soi…

Pourtant, en dressant cette liste de signes, j’ai du arrêter de me mentir : il est temps de rompre.

Signe n°1 que je devrais rompre : je me sens seule dans mon couple

Pour lui, tout semblait aller comme sur des roulettes. Avouons que je suis plutôt sympa à fréquenter et ultra-dévouée quand je suis en couple.

Comme j’ai rencontré ce mec sur une appli et qu’on a commencé à sortir ensemble tout de suite, la relation est née sans qu’on ait vraiment eu le temps de se connaitre.

Entre nous, je trouvais que les choses allaient doucement, j’étais d’abord contente de ne pas m’emballer.

J’ai donc patienté en me demandant : où sont les mots d’amour, les papillons, la lune de miel que j’aimerais être en train de vivre aux premiers temps d’une relation ?

Notre couple est tranquille, trop tranquille.

Non pas que j’ai besoin de drama. Au contraire, le côté confortable de la situation a en partie repoussé ma décision. Mais lorsque je me mets en couple, j’ai envie de ressentir de grandes choses.

Trois mois plus tard, je me sens seule dans cette relation, parfois plus seule que si j’étais célibataire. Au point qu’imaginer le quitter ne me fait pas grand-chose…

C’est peut-être un indice.

Quand il me dit : Je suis avec toi parce que je suis bien

Signe n°2 que je devrais rompre : la communication n’a rien donné

Bien sûr, il est normal que le soleil ne brille pas toute l’année sous le ciel de l’amour. Mais… dès les premiers mois ??

Bon, admettons. J’ai appris que lorsqu’une difficulté survient dans un couple, il doit être possible d’en parler et de trouver ensemble des solutions.

Je lui ai donc fait part de mes frustrations romantico-romantiques. Il a écouté, il a compris, et j’ai patienté.

J’ai remarqué de petits efforts, mais au fond rien n’a vraiment changé, alors je lui ai confié à nouveau ma difficulté à vivre dans une relation sans toucher ni paroles.

J’ai du me résoudre à admettre que c’était son caractère : il ne parle pas, et il ne parlera pas. Il n’est pas tactile non plus, et il ne va pas le devenir.

Il y a beaucoup d’autres choses qui me plaisent chez lui, il valorise d’autres façons de montrer son amour et je le respecte. Mais moi, j’ai besoin d’être rassurée, complimenter, embrassée, besoin de savoir ce que je représente pour lui.

Des gens m’ont dit qu’il valait mieux un mec qui est là qu’un fantasme qui n’existe que dans ma tête. On m’a même rappelé qu’il faut savoir se contenter de ce que l’on a.

Mais je ne suis pas prête à sacrifier cette envie de me sentir aimée, de la façon dont j’aime être aimée. Sinon, pk la vi ?

Signe n°3 que je devrais rompre : je crush sur son pote

Voilà un truc qui me retenait de m’avouer qu’il était temps de rompre : j’adore ses potes et eux, je n’avais pas envie de les quitter.

Les derniers temps, l’un d’eux occupait même un peu trop mon esprit. Enjoué, démonstratif, équilibré… Je me disais que si je l’avais rencontré avant mon mec, ce serait plutôt lui qui m’aurait attiré.

Et puis j’ai réalisé que ce crush n’était qu’un symptôme de ma frustration. Le pote en soi ne me faisait pas vraiment tourner la tête, mais il représentait tout ce que je ne trouvais pas dans ma relation.

Je me suis même retrouvée à m’imaginer tromper mon mec, alors que lorsque je suis amoureuse, je mets un point d’honneur à respecter le contrat quel qu’il soit (exclusif en l’occurence) !

Je connais bien mon cœur de monogame : si l’envie d’aller voir ailleurs me prenait si tôt dans notre histoire, c’était que quelque chose clochait.

Signe n°4 que je devrais rompre : mes amies me soutiennent dans mon choix

Mes amies sont des personnes de confiance qui veulent mon bien et respectent mes choix sans les juger (presque) quoi qu’il advienne.

Lorsque j’ai commencé à leur confier mes doutes, puis mon mal-être, elles m’ont encouragé à rompre si c’était ce dont j’avais besoin.

En fait, elles ont simplement écouté ce que je refusais d’entendre de ma propre bouche : cette relation ne me convenait pas.

À la différence de moi, elles avaient du recul sur la situation et ne s’embarrassaient pas de « Oui mais il est gentil… », « Oui mais il a fait ceci pour moi… ».

Pour elles, il était bien normal que j’aspire à ce que je mérite, et leur parler sincèrement m’a aidée à voir la vérité en face.

Signe n°5 que je devrais rompre : je SAIS qu’il était temps de rompre

Le premier truc qui aurait dû m’alerter sur l’opportunité de rompre, c’était tout simplement que la question se posait.

Ce n’est pas le genre d’interrogation qui te tient éveillée quand tu es folle amoureuse et comblée !

Bien sûr, ce n’est pas parce que l’on pense à la rupture que c’est la seule solution, mais au fond de moi, je SAVAIS.

Je flippais quand même d’être seule à nouveau, de blesser l’autre, de retourner sur Tinder… Je me disais qu’il fallait peut-être essayer un peu plus…

Puis je me suis souvenue que quand l’amour est là, il n’y a pas tant d’efforts à faire, qu’une relation n’est pas faite pour travailler mais pour KIFFER, et que ne pas kiffer un motif de rupture tout à fait valable.

Qui sait combien de temps j’aurais pu rester coincée dans cette situation qui ne me convenait pas, comme je l’avais déjà fait par le passé ?

Il y a quelques années, j’aurais probablement pris sur moi.

J’aurais peut-être attendu qu’il se passe quelque chose de vraiment grave, ou que je sois vraiment à bout, pour être sûre de prendre « la bonne décision ».

Il n’est jamais agréable de rompre avec quelqu’un. Mais le plus dur aura été de m’écouter, d’admettre que mes doutes étaient légitimes, que mon inconfort était fondé.

Aujourd’hui, je suis sûre d’avoir pris la bonne décision, parce que c’est celle que mon cœur me soufflait.

Et toi, comment tu as su qu’il était temps de rompre ?

À lire aussi : Comment t’échapper d’un rendez-vous foireux

Une madmoiZelle

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires

Naurore

@Carlawn
Pas de souci. De mon côté, je suis désolée d avoir pu réagir aussi vivement :red:. Me dire de ne pas stresser c'est comme me demander de ne pas respirer, je ne sais tout simplement pas faire. Et évidemment, on m'a dit plein de fois de ne pas stresser comme s'il suffisait d'appuyer sur le bouton off donc il peut m'arriver parfois de craquer quand c'est la fois de trop. Imagine qu'kn te dise 256 fois "Arrête de respirer voyons", bah oui, bien sûr :lol:. Pourtant, ma réaction ne se justifie pas car la personne pense souvent bien faire et elle ne sait pas forcément qu'on me l'a dit déjà dit. Comme avec toi :fleur:.

J'essaie d'apaiser mon esprit mais plus facile à dire qu'à faire. Ma soupape la plus efficace, c'est le sport et depuis 2 ans je ne peux plus en faire à cause de blessures à la con qui ne veulent pas guérir :crying:.

J'aimerais bien fonctionner à l'instinct comme toi mais j'ai l'impression de ne pas en avoir ou alors d'en avoir un complètement à côté de la plaque. Les relations sociales par exemple c'est la merde pour moi. D'instinct, je ne vois pas l'intérêt de faire la bise aux gens :hesite:. Bah il a bien fallu que j'apprenne que si, faut absplument le faire dans certaines circonstances sinon les gens considèrent que tu n'as pas vraiment dit Bonjour même si tu l'as dit très fort, en regardant la personne et en lui souriant. En gros, comme d'instinct je fais mal les choses, je suis obligée de tout analyser. Ajoute à ça un perfectionnisme exacerbé, bah tu obtiens une meuf qui se triture les méninges chaque jour pour savoir si elle a bien fait de faire ceci ou cela. Y compris si elle a bien fait de se mettre en couple alors que quand même, il est choupi le Namoureux :jv:.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!