Live now
Live now
Masquer
saint-patrick-kilkenny-irlande
Voyages

J’ai testé pour vous… fêter la Saint-Patrick à Kilkenny, en Irlande !

La Saint Patrick en Irlande, Affie a testé pour vous depuis la ville de Kilkenny : traditions, coutumes, bière et chapeaux rigolo, elle raconte tout.

Initialement publié le 26 mars 2014

Je vis en Irlande depuis un an et demi. Je me trouve exactement à Kilkenny, une petite ville médiévale au sud de l’île. J’y suis arrivée munie de ma petite valise et d’un K-Way, pour faire un stage de six mois dans un studio d’animation basé à Kilkenny — studio qui a notamment produit Brendan et le Secret de Kells.

Et puis j’ai eu la chance d’y rester. Cette année j’ai célébré ma deuxième Saint-Patrick en Irlande, et j’aimerais vous en parler, maintenant que j’ai eu quelques jours pour m’en remettre !

C’est quoi, en vrai, la Saint-Patrick?

Avant ma première Saint-Patrick ici, j’avais toujours imaginé cette fête comme une journée de soûlerie, où certains se déguisaient en leprechauns et d’autres arboraient de fières perruques vertes. Nul besoin de dire que c’est bien plus que cela.

Contrairement à une croyance populaire répandue, la Saint-Patrick n’est pas la fête nationale irlandaise. C’est une fête religieuse instaurée par l’Église, célébrant le saint patron de l’Irlande, Saint Patrick (de son vrai nom Maewyn Succat).

Elle a lieu le 17 mars de chaque année, offrant souvent un long week-end de fête aux Irlandais. Ici, c’est une vraie fête familiale.

Des semaines avant la Saint-Patrick, la ville se pare des couleurs irlandaises, orange, blanc, vert, et des couleurs du comté, noir et jaune.

Les vitrines des boutiques sont décorées, les drapeaux flottent dans les rues et le château, emblème de Kilkenny, est illuminé de lumière verte pour l’occasion, tout comme le City Town Hall, et plusieurs églises et cathédrales de la ville.

Cela donne une atmosphère très mystique !

On trouve aussi toute la panoplie parfaite du « St Paddy’s week end » (comme les Irlandais l’appellent aussi) chez Penney’s, une chaîne de vêtements de Primark réputée pour ses prix très bas. Il y a de tout: t-shirts, pantalons, chapeaux, collants, faux-cils, faux-ongles, vernis, perruques, et même tutus verts — mon choix cette année.

Le jour même, la tradition veut que l’on porte un badge de « shamrocks », ces petits trèfles censés porter chance. Ce sont généralement les petits écoliers irlandais qui les vendent quelques jours avant la Saint Patrick — mignonnerie assurée !

On les trouve aussi dans n’importe quel kiosque à journaux de la ville.

kilkenny-shamrocks

Les « Shamrocks for good luck », des petits Irlandais et des cupcakes bien trop mignons.

Trois jours de fêêête

Depuis plusieurs années, Kilkenny accueille son festival de musique traditionnelle pour le Paddy’s week end : le Tradfest. Cela ajoute un véritable attrait particulier à la fête. Dans toute la ville, pendant trois jours, tous les pubs offrent des concerts de musique traditionnelle, très souvent gratuits.

Les pubs sont bondés dès 13h et la musique ne s’arrête qu’à l’aube — chose exceptionnelle ici, car normalement les pubs ont l’obligation de fermer à 2h du matin, même les veilles de jours fériés (prévention de l’alcoolisme oblige).

Cette année j’y ai vécu l’une des plus belles expériences musicales de ma (courte) vie lorsque le groupe Kila a interprété l’une de mes ballades irlandaises favorites. Il faisait un froid glacial, et j’étais entourée de dizaines d’Irlandais, enfants et parents, dansant tous ensemble à la lumière de la pleine lune. À couper le souffle.

Un extrait du « gig » du groupe Kila, filmé par mon ami et collègue Darragh Byrne, à l’occasion du premier jour du festival.

Le week-end se passe généralement au pub ; la Saint Patrick n’aurait pas la même saveur sans une pinte. L’ambiance est incroyablement festive et bon enfant! J’aime observer ces Irlandais boire une gorgée de Guinness en quinconce avec une gorgée de whisky…

Mon choix se porte généralement sur une Smitwhick’s bien fraîche (la bière locale brassée à Kilkenny), une rousse piquante ou encore un traditionnel hot whisky, le « grog » irlandais !

Il est composé de whisky, de sucre, de tranches de citrons piquées de clous de girofles, le tout rallongé d’eau chaude.

C’est bien requinquant, et parfait pour se laisser entraîner par le rythme du bodhrán, un instrument de percussion traditionnel, et par le chant du violon, qu’on appelle ici fiddle.

saint-patrick-irlande

Joueurs de fiddle (à gauche) et de bodhrán (à droite).

Oui, la Saint Patrick est un week-end de fête, et on y boit beaucoup.

Mais ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’on n’y boit pas beaucoup plus que d’habitude. Ici, tous les week-ends sont synonymes de fête et de boissons, et encore plus lorsque c’est une veille de jour férié.

Je me souviens particulièrement d’un dimanche soir, veille d’un lundi de Pâques, où j’ai cru que les rues de Kilkenny s’étaient transformées en scènes de fin du monde.

e ne savais pas que Pâques pouvait être si excitant (j’aime bien le chocolat, mais quand même, je ne perds pas ma culotte dans la rue pour autant – oui, j’ai vu des sans-culotte).

Enfin, la Saint-Patrick ne serait pas complète sans sa traditionnelle parade ! Un défilé est organisé dans la plupart des villes d’Irlande, le plus grand étant donné à Dublin. Et c’est à mon avis le seul qui vaille vraiment le déplacement.

Ici, c’est plutôt le défilé de chars du « Supermacs », la chaîne de fastfood du coin, qui distribue des bons « -15% sur les tacos frits ! » à tout va, et du plombier local. Tous mes amis irlandais sont d’accord sur le fait que la parade de la Saint-Patrick a beaucoup perdu de son charme, et sert surtout de vitrine aux activités locales.

Cette année, j’ai eu l’occasion de goûter à la fameuse Poitín, une boisson traditionnelle irlandaise fortement alcoolisée (entre 90° et 95° degrés) fabriquée avec… des pommes de terre.

Longtemps considéré comme illégale, elle n’est aujourd’hui vendue que par deux marques, les seules autorisées à la produire : Knockeen Hills et Bunratty.

Pour ma part, j’ai eu droit à la Poitín artisanale, fabriqué par la famille de Ronàn de Kila, la Poitín qui brûle les entrailles et les neurones. J’étais pas belle à voir. Si jamais vous avez l’occasion d’y goûter, n’hésitez pas, ça vaut le détour.

Pour résumer, la Saint Patrick, c’est une « good craic » (ambiance de folie) ! Rendez-vous l’an prochain !

pog-mo-thon« Pog mo thon », le « Kiss my ass » irlandais.

— Comme vous le savez, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé : à consommer avec modération !

À lire aussi : Les cheveux verts… et moi

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

13
Avatar de Affie
1 avril 2014 à 21h04
Affie
J'ai adoré cette article,
Je connaissais la Poitin sous le nom de Poteen c'est bien la même chose, et en Irlande en plus de l'alcool de patate ils font du pain avec de la farine de patate (je connais pas le pourcentage de farine blé/patate) c'est assez particulier.
Je me demande qu'elle est sa balade préférée à l'auteur...Mna na héireann ( Women of Ireland)?
Si vous aimez la musique Irlandaise, je vous conseilles un groupe de musique Irlandaise qui est de chez moi, eh oui ils sont Toulousain.
J'adore Kilkenny c'est très jolie j'y étais à l'occasion de mon 3eme voyage en Irlande (à ce jour j'en compte 4)
J'aimerais vraiment faire la St Patrick en Irlande une fois
Oh merci pour ton gentil commentaire!
Ma ballade irlandaise preferee est de loin 'The well below the valey' - tiree du film 'The magdalene Sisters' - elle est particulierement bien interpretee par Christy Moore https://www.youtube.com/watch?v=-mjWhMn-VnU
Sinon ma ballade preferee de Kila c'est Grand Hotel  en live c'est juste magique!
https://www.youtube.com/watch?v=4nRuRn21D1s
anse:
0
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Voyages

Source : Kesu01 / Getty Images
Voyages

Entre red flags et concurrence féroce, pas simple de trouver un voilier pour traverser l’Atlantique

1
Source : RossHelen / Getty Images
Voyages

Ma vie d’expat’ à Amsterdam, entre choc culturel et slow life

1
Source : AndreyPopov / Getty Images
Voyages

« J’ai passé 5 heures à écouter des théories complotistes » : le pire du covoiturage

15
Source : Nadezhda1906 / Getty Images
Daronne

Voyager à long terme avec des enfants, elles l’ont fait et nous racontent

1
Source : Drazen_ de Getty Images Signature
Voyages

« Coincée en haute mer, ça a été terrible de garder un tel secret » : le pire des vacances entre ami·es

1
Source : Prostock-studio
Voyages

« Il m’a larguée après 9 heures d’avion à l’autre bout du monde » : vos pires histoires de voyage en couple

1
Source : carloprearophotos / Canva
Voyages

« Ce n’était pas un lit, mais un hamac en plein air » : vos pires histoires d’auberge de jeunesse

Source : roman-r294872442 / Canva Pro
Argent

Combien ça coûte, un voyage en solo autour du monde ? 3 voyageuses témoignent

Source : Belly Photos / Getty Images
Voyages

Incroyable mais vrai : personne ne m’a encore violée ni assassinée sur mon tour de France à pied

2
Source : Unsplash / ben o'bro
Voyages

Traverser les Pyrénées à pied, un supplice que je ne souhaite à personne 

La vie s'écrit au féminin