Live now
Live now
Masquer
rompre-avec-entourage-pour-etre-libre
Témoignages

Pourquoi il m’a fallu rompre avec mon entourage pour être libre

À l’occasion de la sortie de Sami, une jeunesse en Laponie, tout comme l’actrice, deux jeunes femmes racontent pourquoi elles ont choisi de se déraciner. Des récits émouvants qui expliquent qu’il est parfois nécessaire de rompre avec sa famille !

En partenariat avec Bodega Films (notre Manifeste)

Ces derniers mois, j’ai rarement été aussi émue que lors de la projection de Sami, une jeunesse en Laponie.

Sami, une jeunesse en Laponie, un film superbe !

SAMI, UNE JEUNESSE EN LAPONIE Bande Annonce

Je n’espérais rien de spécial de ce film, dont je ne connaissais ni le casting ni la réalisatrice. Mais il en va souvent ainsi de mes journées : les œuvres que je n’attends pas sont celles qui me mettent les plus grosses claques.

Pourquoi je te parle de ce premier film d’Amanda Kernell ?

Parce que cette semaine, madmoiZelle en est partenaire. Et j’en suis très fière chère lectrice, laisse-moi te le dire.

De quoi parle Sami, une jeunesse en Laponie ?

C’est l’histoire d’Elle, une jeune fille de 14 ans d’origine Sami, un peuple autochtone réparti entre la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie.

Élève en internat, Elle doit faire face à la discrimination des autres élèves, auxquels on a mis dans la tête que les Samis étaient « intellectuellement inférieurs ». L’héroïne est humiliée, sa culture moquée, ses racines dénigrées.

À tel point que la jeune fille veut à tout prix changer de vie.

sami-laponie

Pour être libre de devenir qui elle souhaite être, Elle fait le choix de renoncer à son identité culturelle afin d’être enfin considérée comme une « vraie » Suédoise…

Ce synopsis a inspiré deux lectrices de madmoiZelle, qui se sont livrées à leur tour.

Chacune de ces deux femmes a choisi de se déraciner pour le mieux, mais pour des raisons très différentes. Voilà leur histoire.

Pourquoi rompre avec son entourage ?

La première jeune femme à témoigner se prénomme Lison. Elle a bientôt 17 ans et s’est émancipée des doctrines imposées par ses parents :

« J’ai actuellement 16 ans, presque 17, et il y a un an et demi j’ai « coupé les ponts » avec l’idéologie religieuse dans laquelle mes parents m’ont élevée depuis ma toute petite enfance. »

La seconde femme à témoigner se prénomme Laure. Elle a 43 ans et son histoire est très douloureuse :

« J’ai rompu avec mon entourage il y a environ 7 ou 8 ans.

Je viens d’une famille nombreuse du Nord. Ma grand-mère a eu 11 enfants, qui eux-mêmes en ont eu 3 ou 4 chacun, ça fait du monde au bout du compte. »

Elle poursuit :

« Mon père était l’aîné, mais moi je suis fille unique. J’ai grandi dans cette famille ouvrière à l’apparence unie, un peu comme un clan où tout le monde a l’air de se soutenir, avec ma grand-mère pour pilier…

J’adorais ma grand-mère, une femme adorable, d’une gentillesse extrême, toujours riante, simple.

Mais ce que ma grand-mère ne savait pas, c’est que son fils (mon père donc) était un père incestueux. Il me tripotait quand j’étais gamine. »

Rompre avec son entourage, une nécessité

Laure continue son récit :

« Je me souviens d’attouchements, de paroles et de gestes, de choses qui me tétanisaient et dont je n’ai jamais parlé à personne.

Extérieurement, mon père était le modèle même de l’homme travailleur, courageux, gentil, parfait aux yeux de tous, qui adorait sa fille. Comment, avec tout ça, le dénoncer ? Qui m’aurait crue ? Personne. »

Laure a porté son secret toute seule jusqu’à ce qu’elle prenne une décision :

« Un jour je lui ai écrit. Je lui ai dit que je me souvenais de sales trucs de l’enfance, et que je ne voulais plus jamais de nouvelles.

Je sais qu’il a compris ce que je voulais dire, et en effet je n’ai heureusement plus jamais eu de réponse. J’ai donc coupé les ponts avec lui. »

Pour Laure, rompre avec son père relevait d’une vraie urgence. Celle de s’éloigner du danger.

Pour Lison, il s’agissait d’une nécessité primordiale, pour accéder à une vraie liberté. Celle d’être qui elle souhaite :

« Le quotidien de mes parents, leur mode de vie, reposent sur ses croyances qui ne me correspondaient pas du tout alors à 15 ans j’ai décidé de tout arrêter net.

Ça a été très dur car il m’a fallu non pas réapprendre mais apprendre à vivre sans être perpétuellement bridée par cette religion. »

Quelle vie après la rupture ?

Lison explique que cette décision a changé son quotidien :

« Ma vie a pris un virage à 180°, j’ai dû tout apprendre car j’étais formatée à penser de manière « moralement digne ».

Un truc tout bête : je n’avais jamais écouté de métal ni de hard rock, jamais mis de robe au-dessus du genou, jamais embrassé un garçon, je ne m’étais jamais masturbée.

Alors j’ai appris sur le tas, toujours avec la présence et le soutien indéfectible de mes amis. »

Lison a alors découvert les plaisirs d’une vie libre, émancipée des diktats rétrogrades de ses parents. 

Laure, quant à elle a, fondé sa propre famille, loin de son père :

« Aujourd’hui ma famille ce sont mes deux fils (je suis divorcée) et mes ex-beaux-parents. Tous savent ce qui m’est arrivé, et mes fils savent pourquoi j’ai coupé les ponts, savent ce qu’est leur grand-père.

Et moi je suis depuis droite dans mes bottes, je ne me cache plus.

J’ai osé affronter la vérité, pas les autres. Et c’est eux que je plains. Ils sont tous unis dans le mensonge.

Moi je suis seule, mais je sais ce que je vaux, j’ai la conscience tranquille. Et ça c’est inestimable, ça vaut toutes les familles du monde. »

Aujourd’hui, Lison et Laure sont donc davantage en paix, et sont parvenues à se créer leur nouveau monde à elles, sans leur entourage toxique.

Se battre pour la vie que l’on veut

Lison tient à s’adresser aux personnes qui, comme elle, ont ressenti  le besoin de rompre avec leur entourage. Elle conseille :

« Battez-vous. Ne lâchez rien. Accrochez-vous à vos rêves, à des pensées positives (moi j’ai un carnet dans lequel je note des petites quotes qui me font du bien et ça m’aide dans les moments de bad).

Trouvez des gens qui vous ressemblent et aimez-les fort. Devenez la personne dont vous auriez eu besoin au moment de vous déraciner. Et surtout ne regardez jamais en arrière.

La vie avance, on n’a pas le temps pour les remords et encore moins pour les regrets. »

Un discours positif qui encourage l’amour et les réflexions positives.

Laure désire également livrer ses propres conseils :

« Je dirais aux gens qui veulent se déraciner pour être libres que si leur raison est valable, s’ils le sentent dans leurs tripes, qu’ils sont en accord avec eux-mêmes, alors qu’ils le fassent.

Le prix à payer est minime comparé au fait d’être droit dans ses bottes. On ne choisit pas sa famille, et si cette famille est toxique, les liens du sang n’excusent pas tout, n’obligent pas à supporter des choses inacceptables. »

Lison et Laure ne regrettent donc pas leur décision. Aujourd’hui, ces deux femmes très différentes sont libres d’être qui elles souhaitent, et libres d’avoir choisi un nouvel entourage qui ne leur veut que du bien.

Si ces témoignages t’ont inspirée, fonce découvrir Sami, une jeunesse en Laponie dès le 14 novembre au cinéma ! 

À lire aussi : Je n’ai que 14 ans et oui, je suis féministe

L'essentiel de madmoiZelle

Cet article t’a parlé ? Tu aimerais en lire davantage ? Abonne-toi au chatbot de madmoiZelle, un gentil robot qui t’envoie sur Messenger, en fin de journée, l’essentiel du magazine à ne pas rater !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
4

Avatar de Chips
14 novembre 2018 à 11h11
Chips
Contenu spoiler caché.
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Témoignages

destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

50
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

30
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7
Jeffery Erhunse / Unsplash
Règlement de comptes

Aimée, 2 422€ par mois : « Je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle se fasse plaisir »

Aïda Djoupa

17 nov 2022

14
rendez-vous-romantique-temoignage
Témoignages

Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme

Une madmoiZelle

13 nov 2022

12
Chad Madden / Unsplash
Règlement de comptes

Cynthia, 2 044 € par mois en Angleterre : « Avec l’inflation à 9,4 %, j’ai réduit tout ce que je pouvais »

Aïda Djoupa

10 nov 2022

14
Oleg Baliuk
Témoignages

Comment j’ai perdu la vue en quelques jours à 20 ans

Aïda Djoupa

09 nov 2022

4

Témoignages