Live now
Live now
Masquer
reseaux-sociaux-consentement
Société

Une ado découvre que sa mère la poste sur les réseaux sociaux, et elle le vit mal

À 13 ans, cette adolescente américaine a eu le droit d’avoir des comptes sur les réseaux sociaux. Elle est tombée des nues en constatant que sa famille avait posté à son sujet, dans son dos, toute sa vie durant…

Sarah Bokhari est une adolescente américaine pour laquelle la lune de miel avec les réseaux sociaux aura été de courte durée.

Quand, à 13 ans, elle obtient de ses parents le droit d’avoir une présence en ligne, elle découvre avec horreur tout ce que sa famille a posté sur elle, sans son accord depuis… qu’elle est née. 

Être sur les réseaux sans être d’accord

Dans le magazine américain Fast Company, l’adolescente raconte que les réseaux sociaux ne l’attiraient pas vraiment de prime abord :

« Mes parents avaient établi il y a longtemps que mes frères et sœurs et moi n’étions pas autorisées à utiliser les réseaux sociaux avant nos 13 ans.

C’était tard comparé à mes potes qui avaient commencé à aller sur Instagram, Wattpad et Tumblr dès leurs 10 ans.

Même si j’étais parfois curieuse de savoir ce qui faisait rire ma sœur, de ce qu’elle commentait, et de ce que mes amies likaient, je n’avais jamais vraiment eu d’intérêt pour les réseaux.

Comme je n’avais ni smartphone, ni l’autorisation d’y aller, ce n’était pas vraiment un problème pour moi.  »

Quand elle obtient finalement le feu vert de ses géniteurs, pour l’anniversaire de ses 13 ans, Sarah s’inscrit sur Twitter et Facebook.

Naturellement, elle navigue en premier lieu sur les profils de sa maman, et c’est alors qu’elle découvre de nombreux contenus qui la concernent et dont elle ignorait l’existence

:

« J’ai réalisé que, bien que ce soit la première fois que je sois autorisée à être sur les réseaux, c’était loin d’être la première fois que mes photos et mes histoires apparaissaient en ligne.

Quand j’ai vu les photos que ma mère postait sur Facebook depuis des années, je me suis sentie vraiment gênée et profondément trahie. »

Lettre écrite à la petite souris, photos embrassantes… la jeune fille découvre que tout le monde peut avoir accès aux moments les plus gênants de son enfance, jusqu’à aujourd’hui.

Alors qu’elle pense avoir à peine débuté sa vie sur les réseaux, Sarah se rend compte que son existence entière semble avoir été documentée en ligne, sans qu’elle en ait conscience.

Faut-il cacher ses enfants sur les réseaux sociaux ?

En découvrant le compte Twitter sur lequel sa sœur postait régulièrement des « citations » d’elle, l’adolescente ressent une véritable violation de sa vie privée.

Se sentant flouée par l’attitude de ses proches en ligne, Sarah, furieuse, a demandé à sa mère et sa sœur de ne plus poster des choses sur elle sans sa permission :

« Elles ont été sincèrement étonnées d’entendre ce que je ressentais.

Elles ne soupçonnaient pas que cela puisse m’énerver car leur intention n’était pas de m’embrasser mais de conserver des souvenirs de moi à un jeune âge.

On alerte régulièrement les ados sur le fait que tout ce nous postons est permanent, mes les parents devraient aussi réfléchir à leur usage des réseaux sociaux, à la façon dont cela peut impacter la vie des enfants quand ils grandissent. »

À la suite de cette découverte, Sarah a rendu ses comptes privés, pour finir par effacer tout leur contenu et les désactiver.

« J’ai réalisé qu’être sur les réseaux sociaux à 13 ans n’était pas une idée fantastique, même si je n’étais pas accro et que je les utilisais correctement.

Je prévois d’utiliser à nouveau mes comptes dans le futur, possiblement quand j’aurais fini le collège.

Pour ma génération, être anonyme n’est même plus une option. Pour beaucoup d’entre nous, les décisions autour de notre présence en ligne se prennent avant même que nous puissions parler. »

Fast Company rappelle qu’au-delà du risque de se faire détester par leurs enfants, les parents exposent aussi les contenus de leur progéniture aux entreprises et annonceurs qui ne manqueront pas de les utiliser.

Et toi, tu penses que les familles devraient arrêter de partager des contenus d’enfants sans leur permission ? 

À lire aussi : Comment pécho sur Instagram ?


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

26
Avatar de Maud Kennedy
22 mai 2019 à 21h05
Maud Kennedy
J'ai gueulé plusieurs fois sans que ça n'ai d'incidence : "on s'en fout, on fait ce que l'on veut, tu n'as pas à nous dire quoi faire".
Et ils m'ont même sorti : "non mais tu te prends pour qui ? Tu n'es pas une star, personne n'en a rien à faire des photos de ta gamine".
Bah arrêtez de l'exposer comme vous le faites alors.
Vu le manque de considération que ta belle famille semble avoir pour toi que ta demande,d'où leur façon de se contredire en deux lignes.
0
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Société

Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : Capture d'écran
Société

« Malheureusement, j’en ai aussi fait les frais », Marine Lorphelin s’exprime sur les violences sexuelles à l’hôpital

fessee-interdite-violences-educatives
Société

En 2024, un juge relaxe un père violent au nom du « droit de correction », où va-t-on sérieusement ?

2
Sora Shimazaki / Pexels
Actualités

Un pédocriminel interdit d’IA pour les 5 prochaines années par la justice britannique, une première

1
Source : URL
Société

 « Il va la tuer… » Dans une vidéo virale, elle interpelle Macron sur les violences faites à sa mère par son ex-compagnon

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

7
Source : Capture d'écran du compte X de Paris 2024
Société

JO 2024 : accusé de harcèlement, Baptiste Moirot ne portera finalement pas la flamme olympique

La société s'écrit au féminin