Live now
Live now
Masquer
partir-etudier-etranger-peur
Vie quotidienne

Je pars étudier à l’étranger à 18 ans, ça me fait peur, mais j’ai hâte !

En stage chez madmoiZelle, Jade explique pourquoi partir à l’étranger pour études l’effraie mais lui semble nécessaire pour prendre confiance en elle.

Dans un an, je vais partir au Québec pour poursuivre mes études.

Si du haut de mes 17 ans, je rêve de partir au pays des caribous et de la poutine, je suis pleine de doutes et d’appréhensions à l’idée de quitter ma famille et ma vie de petite parisienne pour me lancer dans l’inconnu…

Partir à l’étranger et s’éloigner de sa famille

Partir à l’étranger signifie quitter mes parents.

Et quitter mes parents, c’est quitter le monde de l’enfance, un monde confortable où chaque risque n’en est pas vraiment un puisqu’ils seront là pour assurer mes arrières si je fais des erreurs.

Ils ont toujours été présents pour moi et me donnent une foule de conseils à chaque fois que je dois prendre une décision.

Si leur aide me permet parfois d’éviter de faire des erreurs stupides, ce support omniprésent m’empêche d’être indépendante et de faire mes propres choix.

Rester chez mes parents c’est sécurisant parce qu’ils représentent une vision du mal et du bien très nette. Quand je me sens perdue cela me permet de retrouver des repères clairs et stables, rassurants.

Lorsque j’étais enfant, il était clair pour moi qu’ils avaient raison sur tout et que le reste du monde avait tort.

Mais en grandissant j’ai pris du recul sur leurs opinions et j’ai réalisé que les choses pouvaient être bien plus nuancées que cela, que je pouvais parfois — souvent — être en désaccord avec eux.

Divisée entre ma peur de les décevoir et l’envie de m’assumer

Pendant longtemps j’ai eu extrêmement peur de les décevoir en contredisant leurs opinions, en étant quelqu’un d’autre que la fille que je pensais qu’ils voulaient que je sois.

Quand j’avais un avis complètement opposé au leur, je suivais le mantra d’Elsa dans La Reine des Neiges : « cache tes pouvoirs, n’en parle pas ! ».

D’un autre côté j’aime énormément ma famille et je ne veux pas qu’ils en doutent.

J’ai toujours été très proche d’eux, et j’ai peur de rater des moments importants dans leur vie.

Par exemple, les premiers amours de ma cadette (à quoi sert une grande soeur si elle ne peut même pas chasser les mauvaises personnes ?), l’entrée en primaire de ma nièce, et les nouveaux projets professionnels des autres…

J’ai peur de ne pas pouvoir être là pour les aider et les soutenir.

À lire aussi : Les madmoiZelles nous parlent de leur relation avec leur famille

Partir à l’étranger pour mieux s’assumer

Alors pourquoi vouloir partir ? Pourquoi ne pas rester dans ce petit cocon chaud et douillet entourée des gens que j’aime ?

Parce qu’Elsa n’aurait jamais pu découvrir ses pouvoirs et s’épanouir si elle était restée prisonnière de son royaume.

Il a fallu qu’elle s’exile tout en haut d’une montagne et qu’elle construise un immense château de glace pour réaliser qui elle était vraiment.

Suivant son exemple, je compte bien partir loin de tout ceux qui me connaissent, et de ce que je connais, pour découvrir mes pouvoirs, ce que je suis capable d’accomplir, et construire mon propre château: ma propre identité.

Et puis être indépendante c’est quelque chose de super excitant.

Je me souviens de la première fois où j’ai commencé à pouvoir sortir seule, j’étais pleine d’adrénaline, prendre le métro était une grande aventure. Prendre l’avion pour partir à l’autre bout du monde en sera une aussi.

Être seule ça va m’obliger à m’affirmer, à prendre confiance en moi et à m’imposer. Seule face au reste du monde si je ne me défends pas personne ne le fera à ma place.

N’étant pas très assurée, c’est quelque chose qui me fait un peu peur…

Me confronter directement à la difficulté va me forcer à développer cette capacité qui est nécessaire à mon épanouissement et afin de devenir une personne pleine d’assurance.

Trop hâte de déambuler dans mon château avec une robe fendue qui brille et une démarche de queen !

J’espère être aussi stylée que Channing Tatum lors de son lyp sync battle.

Forger ma propre image et être acceptée comme telle

Après 17 ans passés ensemble, mes proches ont une image de moi qui ne correspond pas forcément à ce que je suis aujourd’hui.

J’ai grandi, j’ai changé, mais m’affirmer dans un univers où tout le monde me connaît avec mon visage d’enfant, c’est pas évident.

Partir c’est donc aussi pouvoir me créer l’image dont j’ai envie, et qui se rapproche le plus de qui je suis actuellement, sans avoir peur du jugement de ceux qui me connaissent.

Car sans le vouloir, ils me cantonnent à un personnage que je ne suis plus tout à fait.

On se souvient tous de l’expression de choc sur le visage des sujets de la reine d’Arendelle quand Elsa a fait une première démonstration de ses pouvoirs.

Qui l’a jugée, sur sa montagne ? Personne !

Sa nouvelle façon d’être n’était pas une malédiction, contrairement à ce que tous pensaient. La preuve, elle a créé Olaf qui est l’être le plus adorable du monde !

Preuve que même si les gens qui sont autour de nous condamnent notre changement, ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas des personnes formidables.

Interrogations et stress ? C’est normal !

Bien sûr je me pose plein de questions.

J’ai plein d’angoisses telles que la peur de ne plus avoir de repères, de faire des erreurs, de décevoir des gens, de me sentir seule, de ne pas réussir à faire des machines à laver sans rétrécir mes vêtements, de ne pas être suffisamment assurée pour ne pas me laisser marcher sur les pieds, de ne manger que des pâtes — quand on connaît mon amour pour les sushis on saisit l’ampleur du drame — ou de ne pas réussir mes études.

Mais j’ai conscience que c’est en faisant des erreurs qu’on apprends et qu’on grandit. On apprend à vivre en prenant des risques et en en tirant de l’expérience.

Voyager c’est se retrouver seule face à soi-même et, finalement, se découvrir.

Et même s’il fait -15°c au Canada en hiver, « le froid est pour moi le prix de ma liberté » !

À lire aussi : Comment partir à l’étranger sans passer par Erasmus ?

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

10
Avatar de Solenca
26 novembre 2018 à 00h11
Solenca
J'ai 18 ans et j'étudie moi aussi à l'étranger pour ma 3eme année de fac. J'ai quand même eu une petite transition avant de partir, puisque j'avais déjà passé 2 ans à étudier dans un ville à 1h de chez mes parents (ce qui signifie avoir son propre appart), donc l'indépendance n'est pas totalement nouvelle pour moi, mais ce n'est pas la même quand une mer nous sépare de nos proches!
Dans tous les cas c'est une super expérience pour moi et je ne regrette absolument pas mon choix!
Maintenant, même si c'est quelque chose de très enrichissant, il faut aussi retenir que les débuts ne sont pas évidents et qu'il faut attendre de se sentir vraiment prêt pour profiter à fond de ce vent de fraîcheur ! L'aventure n'est pas toujours faite pour tout le monde, et se précipiter n'arrangera rien.. Rien ne sert de courir, il faut partir à point
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Vie quotidienne

Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

isabella-angelica-AvOAqDOvu4Q-unsplash
Grossesse

Enceinte, je prends quoi comme complément alimentaire ?

banane // Source : Unsplash
Vie quotidienne

Ne faites plus cette erreur pour conserver vos bananes

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

« Dans le calme de la cour, on se met à entendre leurs ébats sexuels » : le pire du voisinage

1
Source : Farknot_Architect / Getty Images
Vie quotidienne

Relais colis dans la pampa, contrefaçons Vinted et acheteuse colérique : le pire des achats en ligne

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

Appel à témoignages : venez nous raconter vos pires histoires de voisinage

5
Lifestyle

Stylés et pointus, nos deux derniers coups de cœur signés Huawei

Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

Elifight
Santé

Mon cancer m’a laissé un handicap invisible, et j’en ai marre de devoir sans cesse me justifier

22

La vie s'écrit au féminin