Live now
Live now
Masquer
amelie queguiner
Féminisme

« Nous avons été entendus » : la fédération d’équitation retire sa plainte contre Amélie Quéguiner, victime de viols

Soulagement pour la cavalière qui avait évoqué la culture du viol au sein de la FFE. L’organisation sportive l’avait attaquée en diffamation ; à l’approche de l’audience, les deux parties ont finalement trouvé un consensus.

Mise à jour du 10 septembre 2021

L’affaire ne passera finalement pas par les tribunaux et il semble que ce soit un soulagement pour les deux parties.

Directrice d’un centre équestre, la cavalière Amélie Quéguiner était poursuivie en diffamation par la Fédération française d’équitation après avoir témoigné des violences sexuelles subies dans son enfance. En brisant le silence, elle a aussi dénoncé le manque de réactivité de sa fédération, qui l’a alors attaquée en justice.

Alors que l’audience était prévue ce lundi 13 septembre, les avocats de la cavalières et ceux de la FFE ont finalement trouvé un terrain d’entente et la plainte contre Amélie Quéguiner a finalement été retirée.

« Les parties sont arrivées à la conclusion qu’elles étaient d’accord dès l’origine sur le fait qu’il faut lutter contre les violences sexuelles dans le monde du sport et de l’équitation. Chacun a reconnu que c’était là l’objectif de l’autre », a affirmé à l’AFP Fanny Colin, avocate de la FFE et de son président Serge Lecomte.

La cavalière n’a pas caché sa joie et a fait part de sa grande détermination pour poursuivre son combat contre les violences sexuelles via sa page Facebook :

« Je salue leur décision qui va dans le sens de la justice et du respect mutuel. Respect de ma parole qui défend une cause juste. Respect de votre parole à vous tous et toutes, dont le soutien a été si généreux. Nous avons été entendus. »

Amélie Quéguiner, lanceuse d’alerte et survivante de violences sexuelles

Article publié le 21 avril 2021  —

« On se demande pourquoi on fait tout ça. Moi, mon histoire est réglée, je vis avec, ce que je fais c’est pour faire entendre les autres, pour que mon sport avance. Et quand on voit que ça n’avance pas, c’est décourageant. »

Au téléphone, la voix d’Amélie Quéguiner laisse entendre sa grande détermination. En dénonçant les violences sexuelles qu’elle a subies enfant, la cavalière ne s’attendait sûrement pas à se retrouver attaquée en diffamation par sa propre fédération sportive… Elle va pourtant devoir se présenter devant le tribunal de Périgueux le 28 avril suite à la plainte déposée par Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation (FFE).

Comment en est-on arrivés là ?

C’est en février 2020 qu’Amélie Quéguiner a dénoncé pour la première fois, dans le magazine L’Éperon, les violences sexuelles qu’elle a subies enfant, puis adolescente ; des viols de la part de trois encadrants de son club d’équitation, dont son coach, qui est aussi son beau-père. Un enfer qui a duré dix ans.

C’est notamment la prise de parole de la patineuse Sarah Abitbol qui a été le déclencheur l’aidant à parler de ce qu’elle a vécu. Aujourd’hui, à 51 ans, Amélie Quéguiner dirige désormais un centre équestre en Dordogne et se mobilise pour lutter contre l’omerta qui règne dans le sport au sujet des violences sexuelles. Elle explique à Madmoizelle :

« J’avais l’espoir que ma fédé soit l’une des premières à réagir, à faire son mea culpa. »

Suite aux révélations d’Amélie Quéguiner début 2020, la FFE avait annoncé des mesures pour lutter contre les violences sexuelles et pour améliorer la prise en compte des témoignages des victimes. Mais depuis quelques mois, l’organisation sportive semble vouloir la faire taire.

Le témoignage d’Amélie Quéguiner qui froisse la Fédération française d’équitation

En février dernier, L’Obs publie le récit de la cavalière et c’est là que les choses se corsent. Dans ce long et très puissant témoignage, Amélie Quéguiner raconte la première fois où les mots sont sortis, les conséquences sur sa famille et comment celle-ci s’est disloquée, comment des années après, elle a réussi à confronter son violeur.

Elle évoque aussi comment elle s’est mobilisée pour dénoncer les violences et surtout le silence qui protège les agresseurs et maintient l’impunité. C’est suite à ce témoignage que la FFE a déposé plainte pour diffamation contre la cavalière, estimant qu’elle porte « gravement atteinte à l’honneur et à la considération de Monsieur Serge Lecomte et de la FFE ».

Elle reproche en effet à Serge Lecomte, le président de la FFE, d’avoir maintenu en poste et protégé Loïc Caudal, un homme accusé d’agressions sexuelles au sein de l’organisation (une affaire révélée en 2020 par Mediapart) et affirme qu’il aurait ainsi mis en danger des victimes potentielles :

« Une personne capable de protéger un pédocriminel et de le maintenir en poste sachant qu’il risque de le mettre en situation de récidive n’a rien à faire à la tête d’une fédération sportive, rien à faire nulle part d’ailleurs ! Il faut que tout le monde prenne conscience de cela et des responsabilités qui en découlent, même juridiquement.

Toutes les campagnes de communication ne sont que des écrans de fumée si, dans les faits, il n’y a aucune conscience de la mise en danger des jeunes. »

Pour Amélie Quéguiner, il règne une « culture du viol indécente et rétrograde » au sein de la FFE. De son côté, l’organisme accuse la cavalière d’utiliser son histoire à des fins électoralistes, dans le cadre de la campagne pour élire le ou la nouvelle présidente de la fédération.

Amélie Quéguiner reconnait en effet avoir collaboré avec l’équipe d’une candidate, Anne de Sainte Marie, et que le programme de cette dernière contient des propositions auxquelles elle adhère en termes de lutte contre les violences sexuelles. 

L’équitation, une fédération majoritairement féminine

Si Amélie Quéguiner se mobilise autant, c’est aussi parce que l’équitation représente la troisième fédération en France en nombre de licenciés, derrière le football et le tennis. « Les trois quarts sont des filles mineures, et quand on sait qu’une fille sur cinq va être concernée par les violences sexuelles, on se dit qu’il faut les protéger », rappelle-t-elle auprès de Madmoizelle.

Pour elle, la FFE n’est pas réaliste en voulant résoudre les affaires de violences sexuelles « avec discrétion », « en catimini ». Au contraire, il faut informer les licenciés, être transparent avec les familles :

« Tout se sait, mais par des bruits de couloir, et ça ne sert à rien. Tant qu’il n’y a pas de cadre déontologique, tant qu’on ne définira pas des sanctions, on aura beau sensibiliser dire que ce n’est pas bien, ça ne servira à rien. Former les gens, les nouveaux encadrants, c’est le minimum. »

Une mobilisation en soutien à Amélie Quéguiner s’organise

Attaquer en justice une victime de viols, quel signal cela envoie-t-il en direction des autres victimes ? Quel impact cela aura-t-il sur celles et ceux qui voudraient parler, mais n’osent pas le faire, de peur de ne pas être crus ?

Plusieurs militantes, sportives et personnalités féministes demandent à la FFE de renoncer à cette plainte et rappellent que « la plainte – ou la menace de plainte – en diffamation est un des outils utilisés pour intimider et faire peur. »

« Ces dernières années, des femmes courageuses, sportives, musiciennes, artistes, élues, écrivaines, militantes féministes, journalistes, salariées ont dénoncé des violences sexuelles qu’elles avaient subies. À chaque fois, comme aujourd’hui pour Amélie Quéguiner, nous avons assisté à des tentatives de les faire taire, de les appeler à la “discrétion”, comme le dit le président de la Fédération française d’équitation dans un courrier rendu public. »

Une pétition a aussi été lancée par la cavalière Sophie Normand.

De son côté, Amélie Quéguiner doute de voir la FFE faire marche arrière, et regrette que la plainte pour diffamation qui la vise n’éloigne l’attention du sujet des violences sexuelles dans l’équitation et dans le sport en général : 

« On ne peut pas continuer à se cacher derrière l’argument “ce n’est pas que chez nous, c’est sociétal”. Pour être crédible sur ce sujet, il faut reconnaitre que l’on n’a pas vu l’ampleur des dégâts. »

À lire aussi : Violences sexuelles chez les jeunes sportives : 8 femmes témoignent

Les Commentaires
8

Avatar de Mijou
10 septembre 2021 à 10h49
Mijou
@Patacha
Contenu spoiler caché.
1
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Parentalité
[Site web] Visuel horizontal

Le gouvernement veut accompagner les parents pendant les « 1000 premiers jours ». Est-ce suffisant ?

Camille Abbey

27 oct 2021

Féminisme
Chanel Miller, autrice du livre J'ai un nom aux éditions Le Cherche Midi

On a rencontré Chanel Miller, survivante du viol de Stanford, pour parler féminisme et empathie

Maëlle Le Corre

27 oct 2021

2
Société
Des-podcasts-pour-comprendre-comment-aider-les-personnes-intersexes-1

Trois podcasts pour comprendre l’intersexuation et soutenir les personnes intersexes

Anthony Vincent

26 oct 2021

Témoignages
femme de dos en noir et blanc

Lettre ouverte à mes agresseurs

Aïda Djoupa

26 oct 2021

Parentalité
couple-echographie

Faire porter obligatoirement à un enfant le nom de son père en premier, c’est discriminatoire, juge l’Europe

Camille Abbey

26 oct 2021

7
Féminisme
Une action féministe de l'organisation Nous Toutes sur le cyberharcèlement

Nous Toutes frappe fort en projetant sur l’Assemblée nationale des témoignages de personnes cyberharcelées

Maëlle Le Corre

26 oct 2021

Féminisme
combattre-le-cybersexisme-vert

Contre le revenge porn et le cybersexisme, StopFisha sort son livre

Pauline Ferrari

26 oct 2021

Féminisme
eva-thomas

Rencontre avec Éva Thomas, courageuse pionnière de la lutte contre l’inceste

Sophie Benard

25 oct 2021

3
Féminisme
alexandra-richard-photo

Violences conjugales : la justice confirme la condamnation d’Alexandra Richard et rejette la légitime défense

Parentalité
jesuisviril-paternite

Pourquoi le hashtag #jesuisviril, censé valoriser les pères investis, fait grincer des dents

Chloé Genovesi

25 oct 2021

23

La société s'écrit au féminin