Live now
Live now
Masquer
Un chat portant une petite couronne
Animaux

Mon chat a été béni par un prêtre sur une idée de ma gardienne — et non, ce n’est pas un kamoulox

Oubliez Élise Lucet et consœurs : le vrai sujet de reportage clivant est chez Madmoizelle, et il est plus palpitant que l’affaire des Pandora Papers.

Certains médias, à l’instar de M6 ou W9, font leur beurre des enquêtes sur le trafic de drogue, la prostitution et autres tensions raciales.

Nous, on vous propose une immersion plus soft au cœur des bénédictions pour animaux domestiques. Il en faut pour tous les goûts.

Faire bénir mon chat, une initiative de ma gardienne

Il y a quelques mois, je vous faisais état de ma relation pour le moins complexe avec ma gardienne, une sorte d’amour/haine des plus étranges qui de jour en jour se transforme en amour véritable, sans plus la moindre once de haine.

C’est vrai qu’au début j’ai un peu flippé, à force de la voir s’introduire chez moi pour réparer mes fenêtres sans me prévenir, prendre mon chat chez elle la moitié de la journée et crier sur mes invités sans raison apparente.

Le maréchal en plein doute
Le maréchal en plein doute

Et puis finalement, des règles très efficaces bien que tacites se sont installées entre nous, qui consistent essentiellement à COMMUNIQUER. Petit à petit, cette femme — charmante au demeurant quand on apprend à la connaître — s’est mise à respecter mon intimité, et elle est même devenue ma cat-sitteuse.

C’est bien simple : sitôt que je pars au travail, je lui descends mon chat, elle le garde, le cajole, le nourrit et je passe le chercher le soir en rentrant à la maison. Comme un môme quoi.

Il faut préciser que le bougre ne supporte pas la solitude, et vendrait sa mère pour rester chez la gardienne quelques heures supplémentaires par jour ! Parce que pour une raison qui m’échappe parfaitement, les deux sont les meilleurs amis du monde.

Pourtant, et au vu de la voix de stentor de la concierge, il est à peu près certain que le Maréchal (de son titre honorifique) a déjà dû perdre au moins 20% de son audition. Ce qui ne l’empêche pas d’être collé aux basques de sa mère de substitution — au point que je l’ai retrouvé lundi dernier au lit avec le mari de celle-ci, calé sur l’oreiller dans un câlin qui ferait pâlir d’envie les plus lubriques des libertins.

Rien d’étonnant alors, si l’on considère l’amour que le rez-de-chaussée porte à mon animal domestique, à ce que ma gardienne vienne me trouver la semaine dernière avec une idée que j’ai d’abord trouvé…. saugrenue.

La bénédiction de mon chat, pourquoi pas ?

Enfin l’idée en était déjà quasiment au stade de promesse, puisque plutôt que de demander, ma charmante cat-sitteuse m’a plutôt annoncé qu’elle comptait faire bénir mon chat.

Inutile de vous insurger en commentaires — les relations dépassent parfois le stade du bon sens et des règles préétablies ! Ma gardienne et moi en sommes là : parfois, elle m’impose ses idées étonnantes, et comme j’aime partir à l’aventure (et me marrer), je la suis volontiers.

Ainsi donc, ma très pieuse concierge m’a annoncé que le prêtre de l’immeuble d’en face (avec lequel toute la rue, je le découvrirai plus tard, semble être hyper pote) s’était porté volontaire pour bénir les animaux du quartier : chiens, chats, lapins et même poissons.

À cette assertion, j’ai d’abord répondu par la moquerie légère ; il est important de préciser que je suis le genre d’athée qui tient son athéisme pour pilier fondamental de son existence.

Et puis, bien consciente qu’une telle réaction était foutrement déplacée, surtout vis-à-vis de ma gardienne qui est une catholique convaincue, j’ai ravisé mon comportement. Et par charité, chrétienne ou non, j’ai accepté de lui faire plaisir.

Après tout, quel mal cela ferait-il au Maréchal ? Niveau éducation, j’ai déjà essayé la récompense, la réprimande, les stages chez le véto mais rien n’y fait : le gars est résolument turbulent.

Peut-être que le prêtre, même s’il ne s’agit pas de son objectif premier, pourrait glisser quelques prières au futur Dieu de mon chat, pour qu’il devienne un peu plus sage ?

J’ai donc dit oui. Un peu pour faire plaisir à ma cat-sitteuse, un peu pour que mon chat se fasse des copains lors de la bénédiction, et beaucoup par curiosité (bien placée, je vous rassure).

Une bénédiction d’animaux de compagnie, un lundi normal

D’abord, et parce que je ne connais RIEN au catholicisme, j’ai cru qu’on allait baptiser mon chat. Et puis, ma gardienne m’a expliqué qu’il ne s’agissait « que » d’une bénédiction, pour assurer la bienveillance divine sur le Maréchal.

Voilà qui m’a semblé être une intention saine et louable.

Lundi 4 octobre, à 19h30, j’ai donc été conviée sur le parvis de l’immeuble d’en face, où allait se tenir la cérémonie.

Première surprise : les prétendants à la bénédiction étaient NOMBREUX.

Moi qui m’attendais à ne voir que deux pauvres chiens en fin de carrière, je me suis retrouvée bien attrapée quand autour de moi ont aboyé quelques majestueux Scarlett, Rognon et Périph, ainsi qu’une multitude d’autres animaux ravis de s’ébrouer ensemble dans l’eau bénite !

Il est bon de préciser ici que mon chat est un animal prétentieux et ô combien vantard qui se prend pour le caïd du quartier, et trimballe ses petites fesses blanches sur toutes les fenêtres des voisins sans égard pour leur bon vouloir.

Le gars traîne dans la cage d’escalier H24 pour chiquer des mollets, miaule sur les passants, déterre les plantes de la résidence pour déféquer dedans en bonne et due forme, et harcèle la chienne du 3e — dont il est persuadé qu’il est l’ami alors que celle-ci ne lui a JAMAIS donné l’heure. Un mec, quoi.

Pour couronner le tout, il essaie de se faire la malle sitôt qu’une personne ouvre la porte cochère pour fureter dans les rues, ce à quoi je ne peux me résoudre, tenant malgré tout au Maréchal comme à la (belle) prunelle de mes yeux.

Vous l’aurez compris, le gars, dans sa tête, c’est Mesrine. Mais voilà qu’hier, moulé dans un harnais orné de papillons et tenu en laisse (pour faire vraiment 3 mètres jusqu’au parvis), le Maréchal a perdu toute street cred — allant même jusqu’à se coller à moi dans la rue, où il avait pourtant toujours rêvé d’aller !

Mon chat a été béni par un prêtre sur une idée de ma gardienne — et non, ce n’est pas un kamoulox

Nous avons donc rejoint le troupeau de maîtres et maîtresses accompagnés de leurs animaux, et le Maréchal comme son harnais ont fait forte impression.

Le prêtre, dans sa belle toge blanche, était déjà là, et avait convié l’un de ses amis à mener la bénédiction avec lui. Ledit ami était accompagné de deux Loulou de Poméranie particulièrement dissipés, donnant tort à l’adage selon lequel ça n’est pas la petite bête qui mange la grosse. Parce que très clairement, les deux minus voulaient niaquer l’énorme beauceron qui, lui, ne désirait que lécher mon chat, lequel refusait poliment.

Plus le temps passait, plus le nombre de participants croissait, dans une ambiance franchement réjouissante qui m’a fait regretter mon aigreur de la première heure.

Mon chat dans les bras, j’étais fière de faire partie des maîtresses du quartier qui se soucient de leur animal au point de leur assurer la bienveillance divine. C’est sans une once de moquerie pour l’événement que j’ai finalement participé… au premier degré.

Le déroulé de la bénédiction de mon chat

Le prêtre nous a donc accueillis dans son habit de lumière ; nous nous sommes tous, maîtres et animaux, mis en cercle autour de lui.

Avec le propriétaire des odieux Loulou de Poméranie, ils ont entamé un chant donc je n’ai pas compris un traître mot — je suppose que c’était du latin — mais que tout le monde (j’étais donc la seule fausse chrétienne) a repris en chœur.

Moi, j’ai balbutié quelques syllabes toutes molles, la tête cachée dans mon chat, pour que personne ne me pointe du doigt et crie : « c’est une imposture ».

Ensuite, le prêtre a sorti un thermos à fleurs de cerisier en expliquant :

« Je vais bénir vos animaux un par un, plutôt que tous ensemble. »

Il a entamé un laïus et s’est mis à toucher du bout de ses doigts recouverts d’eau bénite la tête des animaux. Le Maréchal est passé en dernier et n’a pas moufté lorsqu’il a reçu sa bénédiction.

Des « merci mon père » ont plu un peu partout dans notre ronde joyeuse, et c’est avec le cœur plein de sourires que j’ai ramené avec moi le Maréchal, même si finalement il voulait rester dans la rue.

Si l’animal ne s’est pas fait le moindre copain, contrairement à ce que j’espérais — je m’imaginais promener mon chat de concert avec une vieille femme propriétaire d’un Saint-Bernard — il vit désormais sous la bienveillance d’une identité divine à laquelle je ne crois certes pas, mais dont j’ai compris la nécessité pour mes voisins, et surtout pour ma gardienne.

Ainsi, c’est débarrassée de tout a priori, et un peu moins moqueuse qu’une semaine plus tôt, que je me suis couchée avec un gars épuisé par les émotions de la soirée.

Béni soit-il, miskine.

À lire aussi : L’Europe veut durcir ses lois contre les tests sur les animaux, et vous pouvez agir

Crédit photo : Katarzyna Modrzejewska / Pexels

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
14

Avatar de KittyKiller
7 octobre 2021 à 17h39
KittyKiller
Une année, en week-end en Normandie, j'étais entrée par hasard dans une église le jour où ils pratiquaient la bénédiction des animaux, et je suis restée assister à la cérémonie (je suis catholique non pratiquante, plutôt agnostique en réalité mais ça m'arrive d'aller à la messe pour certaines occasions). J'ai trouvé ça touchant, plein d'espoir et de bonne humeur, d'amour des fidèles pour leurs bêtes, j'ai même regretté de ne pas être venue avec mon chat. Le prêtre riait tout du long car évidemment, les animaux ne maîtrisent pas les codes de conduite d'un lieu de culte, alors ça jappait, piaillait, miaulait dans tous les sens, les chiens couraient sous les bancs et se reniflaient l'arrière-train, les hamsters se terraient au fond de leur cage, c'était un joyeux bordel débordant de gaîté. J'en garde un joli souvenir.
2
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Animaux

Témoignages
Une punaise de lit

J’ai vaincu les punaises de lit sans appeler d’exterminateur, voici mes secrets

Une madmoiZelle

11 oct 2021

63
Animaux
pexels-helena-lopes-chien loi maltraitance animale

Pourquoi les associations de défense animale sont furax contre le Sénat

Animaux
amber kipp unsplash chat fantomes

Nos chats voient-ils vraiment des fantômes quand ils fixent le vide ?

Lise Famelart

01 oct 2021

10
Animaux
chat-qui-dort

Légende ou danger : être enceinte et avoir un chat, c’est dangereux ou pas ?

Manon Portanier

28 sep 2021

33
Animaux
Les dauphins sont bien moins mignons qu'ils en ont l'air

Les dauphins sont-ils à la mer ce que les mecs toxiques sont sur Terre ?

Jack Parker

20 sep 2021

82
Animaux
renard-volantr

J’avais la phobie des chauves-souris, puis j’ai découvert le renard volant des Philippines

Mircea Austen

07 sep 2021

6
Animaux
chat-selfie

Grâce à cette appli, prendre votre chat en photo veut aussi dire prendre soin de sa santé

Méline Escrihuela

13 août 2021

Animaux
kakapo-vert

Faites la découverte du kakapo, cet oiseau extraordinaire(ment con)

Sarah Bocelli

11 août 2021

29
Animaux
tika-igg-smol

Les chiens-influenceurs mode cartonnent, mais sont-ils heureux ?

Anthony Vincent

07 août 2021

6
Animaux
femme avec un chien dans la rue

Même sans adopter, vous pouvez donner du love aux animaux de la SPA

Aïda Djoupa

25 juil 2021

La vie s'écrit au féminin