La loi anti-avortement de l’Alabama m’a brutalement abattue

Ce matin en se réveillant et en regardant l'actu, Océane a perdu foi en son combat féministe quotidien. Car il y a des jours où être une femme féministe est encore plus dur que tous les autres jours de l'année.

La loi anti-avortement de l’Alabama m’a brutalement abattue

Ce matin j’ai vu cette publication de @tubandes en me réveillant :

View this post on Instagram

L’avortement se décline de manière différente selon les époques et les contextes politiques, sociaux et culturels.✔️ À travers le monde, les législations sont variables, allant de l’autorisation à la demande de la femme jusqu’à l’interdiction totale même en cas de viol ou d’inceste.✔️ La libéralisation de l’avortement fait l’objet de polémiques intenses, et une fois acquise elle est parfois remise en question. ✔️ Certains revendiquent l’accès à l’avortement comme un droit humain, un droit des femmes, un droit sexuel et reproductif, mais aussi comme un droit à la santé face aux conséquences des avortements illégaux.✔️ D’autres le condamnent au nom du droit à la vie de l’embryon.✔️ Le Sénat d'Alabama (États-Unis), à forte majorité républicaine, a adopté mercredi 15 mai la loi sur l'avortement la plus restrictive des États-Unis. Dorénavant, dans cet État du Sud, l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est interdite, même en cas de viol et d'inceste.✔️ Vous trouvez ça normal que des hommes peuvent faire voter des lois sur le corps des femmes et des hommes trans* ? Que pensez- vous personnellement de cette loi ?✔️ Sinon tout va bien reprenons notre petit train de vie conventionnelle.✔️ #alabama

A post shared by ÊTRE UN "HOMME" ? (@tubandes) on

Et ce matin bien plus que tous les autres matins, j’ai eu envie de pleurer de fatigue et d’énervement.

L'avortement en Alabama

Le Sénat d’Alabama a voté le 14 mai 2019 le projet de loi le plus restrictif sur l’avortement aux États-Unis.

Avec ce texte de loi, les médecins risqueraient 10 à 99 ans de prison en cas de pratique d’un avortement, même en cas de viol ou d’inceste.

Les seuls cas où l’avortement serait autorisé serait s’il y a danger vital pour la mère, ou « anomalie létale » du fœtus.

28 États américains ont eux aussi mis en place plus de 300 nouvelles règles restrictives sur l’avortement depuis la fin de l’année 2018.

Dans l’État du Mississippi notamment, une loi interdisant l’avortement à partir du moment où les battements de cœur du fœtus sont perceptibles (environ à la sixième semaine de grossesse) doit entrer en vigueur en juillet 2019.

En Géorgie, dans le Missouri, le Tennessee ou l’Ohio, des mesures comparables sont en passe d’adoption.

Face au patriarcat, une alarme s’est déclenchée dans ma tête

Pourquoi ce matin plus que tous les autres matins ? Pourquoi à cause de cette nouvelle, datant déjà de plusieurs jours, à cause du vote de ce projet de loi hyper restrictif sur l’avortement aux États-Unis ?

Peut-être parce que mes cousines, mes cousins, mes oncles et mes tantes vivent et grandissent aux États-Unis. Peut-être l’accumulation d’un peu trop d’horreurs auxquelles j’ai dû faire face cette semaine.

Peut-être parce qu’aujourd’hui, une alarme plus forte que toutes les autres vient de s’allumer à l’intérieur de moi…

Mon quotidien c’est de lire des témoignages de viols, d’inceste, de violences sexuelles, de révolte, de questionnements de meufs qui ne savent plus comment vivre, comment réagir, comment crier… en France.

Heureusement il y a les témoignages de joie, d’amour, de sexe, de vie, mais parfois, je n’arrive plus aussi facilement à faire la balance.

Je suis fatiguée d’être « féministe »

Il y a des matins comme ce matin où rien ne semble plus avoir de sens, où je n’arrive même plus à comprendre le sens de mon combat quotidien.

Rappelez-moi pourquoi est-ce que je suis obligée de me battre chaque jour juste pour faire comprendre au monde que les femmes ont le droit de vivre et d’exister comme bon leur semble ?

Pourquoi, déjà, dois-je me justifier tous les jours, en famille, en soirée, entre ami·es, d’être féministe et de me battre pour mes droits alors que les violeurs à travers le monde frappent trop souvent sans avoir à s’expliquer et à payer pour leurs actes ?

Souvent on a répondu à mon engagement féministe que : « ça va, en France on n’a pas à se plaindre, tu ferais mieux de te rendre compte du quotidien des femmes en Iran ou dans n’importe quel pays d’Afrique au moins, là, tu serais utile ».

Dénigrant de ce fait ma personne, mon vécu quotidien, mon travail, et ne comprenant pas ceci :

  • Nos combats quotidiens à nous, femmes dites « privilégiées » qui avons les moyens de nous battre, qui paraissent si futiles, permettent, à leur échelle, de changer le monde
  • Se battre pour mon quotidien de Française ne m’empêche pas de me battre pour les femmes du monde entier
  • Et surtout, nos droits à nous, femmes « privilégiées », sont tellement fragiles même dans les pays riches !

Preuve en est avec cette actualité qui nous vient des États-Unis. Preuve en est déjà depuis l’élection de Trump, leader misogyne de la première puissance mondiale.

Preuve en est avec les récentes actualités sur le droit à l’avortement en Pologne.

À lire aussi : IVG, contraception : les droits sexuels et reproductifs des femmes reculent en Europe

Quand est ce que le monde va se rallier aux femmes, va se rallier à l’humain, et va enfin arrêter toutes ces ignominies ?

Transformer la colère en joie pour avancer

Il est 7h13. Je suis dans mon lit, j’aurais déjà dû être levée depuis 13 minutes mais j’ai préféré lâcher toute cette tristesse sur cet écrit plutôt qu’en mouillant mon oreiller.

Ce matin je serai sûrement en retard au boulot, mais j’y serai la tête haute et le sourire aux lèvres malgré la migraine, le mal de ventre, les règles et mon profond sentiment d’injustice et de colère.

J’y serai pour répandre la joie, pour discuter avec toutes ces personnes formidables que sont mes collègues, pour rencontrer même virtuellement toutes ces meufs de la vraie vie qui méritent que je fasse ce que je fais chaque jour.

Je voulais te dire merci, à toi, qui tous les jours œuvre à ton échelle pour rendre ce monde meilleur.

Merci à toi peu importe ton genre et ton sexe d’exister et de créer du bonheur autour de toi. Tu ne mesureras jamais assez la valeur de ton action, de tes mots, de ton soutien aux femmes et aux êtres humains de ce monde.

Aujourd’hui je le sais : la haine et la colère sont un passage obligatoire, surtout quand on est une femme debout dans ce monde d’hommes.

Mais aujourd’hui j’en suis aussi persuadée : ce qui fera avancer le monde ce n’est pas la colère mais notre capacité à la transformer en amour.

Comment agir pour les droits des femmes dans le monde

Nous sommes déjà nombreuses et nombreux à œuvrer sans nous en rendre compte grâce à nos gestes, à nos discussions, à nos partages.

N’hésite d’ailleurs pas à partager en commentaires ta façon à toi de te battre au quotidien, ni à faire tourner cet article.

Mais si tu te sens impuissante face à toutes ces actualités menaçant les droits des femmes et que tu aimerais agir plus concrètement pour mettre ta pierre à l’édifice…

Tu peux soutenir financièrement des associations comme le Planning Familial français, qui œuvre concrètement au quotidien pour que les droits des femmes soient respectés.

Tu peux aussi, par exemple, voter le 26 mai aux prochaines élections européennes  pour empêcher les retours arrières sur les droits des femmes en Europe.

Tu as un impact sur le monde, et c’est en te le réappropriant que tu pourras faire changer les choses !

Commentaires

JAK-STAT

non c'est à l'origine un médicament pour autre chose il me semble, genre brûlures d'estomac
Le misoprostol et oui c'était utilisé pour les gastrites et des ulcères d'estomac ^^ c'est celui auquel je pensais
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!