Live now
Live now
Masquer
shacarri richardson trials USA JO
Sport

#LetShaCarriRun : un demi-million de personnes demandent la levée de la suspension de Sha’Carri Richardson

Une pétition demande la clémence pour la coureuse Sha’Carri Richardson, suspendue pour consommation de cannabis, mais aussi que les règles, jugées obsolètes, de l’agence antidopage soient revues.

Mise à jour du 9 juillet 2021

La mobilisation de soutien à Sha’Carri Richardson ne faiblit pas. Une pétition a déjà recueilli plus de 560.000 signatures pour demander la levée de la suspension de la sprinteuse, condamnée pour avoir été testée positive au cannabis, ce qui l’empêchera de participer aux 100 mètres lors des JO de Tokyo. De plus, elle n’a finalement pas été sélectionnée à l’épreuve du relais 4×100 mètres, soit sa dernière possibilité d’être présente dans cette compétition.

« À cause d’une loi obsolète et arbitrairement appliqué concernant la marijuana, Sha’Carri Richardson va être empêchée de participer aux compétitions sur la scène mondiale », estiment les personnes à l’origine de la pétition.

« Nulle part la marijuana n’est une substance qui améliore les performances des coureurs, et dans de plus en plus d’endroits aux États-Unis et dans le monde, son usage est légal. L’Agence antidopage des États-Unis doit abandonner cette condamnation et permettre à Richardson de concourir !

Il y a de nombreuses raisons d’avoir des règles contre les produits dopants, mais celle-ci est absurde. 

Imposer une sanction à un femme athlète noire, queer, de rang mondial est une réminiscence forte et exaspérante de la façon dont les lois sur les drogues sont régulièrement appliquées aux États-Unis. L’usage de la marijuana récréationnelle est de facto légale pour les blancs des classes moyennes et supérieures depuis des années – ce que davantage d’États reconnaissent en légalisant la marijuana pour tout le monde et en envisageant de réparer les dégâts faits auprès des communautés noires pendant les décennies de la “guerre contre les drogues”. »

« Les règles sont les règles »

Cette pétition a-t-elle une chance de faire revenir l’Agence américaine antidopage sur sa décision ? Pour le moment, rien n’est certain.

Si plusieurs personnalités ont fait part de leur soutien à Sha’Carri Richardson, du côté de l’administration Biden, on s’est fendu d’un laconique mais ferme « Les règles sont les règles » : « Si elles doivent rester inchangées est un autre problème, mais les règles sont les règles. »

#LetShaCarriRun : la suspension de Sha’Carri Richardson fait polémique

Article publié le 5 juillet 2021  —

Elle devait être la sensation des prochains JO à Tokyo, celle que l’on attendait avec impatience de voir s’élancer sur la piste.

En se qualifiant pour les États-Unis mi-juin, la sprinteuse américaine Sha’Carri Richardson a conquis le monde entier : ses performances hors du commun, mais aussi son attitude et son look, ses cheveux flamboyants qu’elle change de couleurs au gré des courses, passant du blond platine au bleu (d’ailleurs c’est sa petite amie qui les choisit), ses tatouages et ses ongles longs et fabuleusement nail-artés.

Sha'Carri Richardson 10.74 sec. 100m in the heats!

Sur le track, impossible de la rater. Et c’était déjà notre chouchoute ! Notre petit cœur avait juste fondu en la voyant aller serrer dans ses bras sa grand-mère dans les gradins après sa sélection :

21y old Sha'Carri Richardson embraces her grandmother after qualifying for her first Olympic Games

Mais le rêve s’est écroulé. Après avoir été contrôlée positive à la consommation de cannabis, l’athlète vient d’être suspendue un mois, ce qui réduit ses chances de participer aux Jeux à néant. Elle ne participera pas au 100 mètres, épreuve pour laquelle elle avait une chance de remporter une médaille.

Une consommation aux lourdes conséquences

Sur la chaîne NBC, Sha’Carri Richardson a présenté ses excuses à ses proches, à ses soutiens, à ses sponsors, à ses détracteurs aussi :

« Je suis désolée autant que je suis déçue. Je sais que quand je suis sur la piste, je ne représente pas que moi, je représente une communauté qui m’a montré beaucoup de soutien. »

Olympic sprinter Sha'Carri Richardson apologizes after testing positive for marijuana use

La coureuse a reconnu avoir acheté du cannabis dans l’Oregon, État où la consommation récréative est légale.

La consommation de cannabis a-t-elle une chance d’altérer ou d’améliorer des performances sportives ? « Des études pointent en effet vers l’effet relaxant, voire euphorisant de la marijuana, qui peut aider les performances dans certains cas », reconnaît Christiane Ayotte, directrice du Laboratoire de contrôle du dopage sportif à l’INRS-Institut Armand-Frappier au Québec, interrogé par Radio Canada.

Néanmoins la sanction arrive au pire moment, quelques semaines avant une compétition majeure. En outre, de nombreux soutiens médiatiques soulignent la rigidité des règles de l’Agence mondiale antidopage.

Car Sha’Carri Richardson n’a pas consommé du cannabis dans le but d’améliorer ses performances. La jeune athlète a fait savoir qu’elle avait appris le décès de sa mère biologique et qu’elle s’était donc procuré du cannabis afin de surmonter ce moment douloureux dans le contexte des sélections pour les Jeux olympiques.

« Les femmes noires n’ont pas de place pour faire leur deuil. Nous n’avons pas de place pour nous en sortir. Nous n’avons pas de place pour faire des erreurs. Elle ne devrait pas avoir à s’excuser. Laissez Sha’Carri Richardson aller aux JO. »

Seth Rogen, acteur reconverti dans le business de la weed, a lui aussi dénoncé le racisme que sous-tend la décision de suspendre Sha’Carri Richardson :

« L’idée que le cannabis est une “drogue” problématique est ancrée dans le racisme. Il est dingue que l’équipe américaine puisse disqualifier une des athlètes les plus talentueuses du pays sur la base d’une pensée qui est imprégnée de haine. C’est quelque chose dont ils devraient avoir honte.

Et aussi, si le cannabis rendait rapide, je serais Flojo [Florence Griffith Joyner, célèbre coureuse américaine multimédaillée aux Jeux de Séoul en 1988 qui comme Sha’Carri Richardson arborait des looks flamboyants, ndlr]. »

Une position qu’a aussi défendue Alexandria Ocasio-Cortez :

« Leur décision manque de toute base scientifique. Elle est complètement ancrée dans le racisme systémique qui a longtemps guidé les lois anti-marijuana. »

Des symboles de la misogynoir dans le sport

Le cas de Sha’Carri Richardson doit être observé avec une perspective globale : le corps des femmes noires dans le sport de haut niveau est scruté et surveillé avec une attention particulière.

En témoigne une règle survenue au même moment que la suspension de la coureuse texane : l’interdiction de bonnets de bain adaptés aux cheveux afros aux Jeux olympiques.

Caster Semenya incarne depuis plusieurs années cette défiance. On sait désormais que la coureuse sud-africaine sera absente des prochains JO. Interdite de participer aux épreuves du 800 mètres et du 1.500 mètres car elle refuse de subir un traitement pour faire baisser son taux de testostérone, elle a tenté en vain de se qualifier pour le 5.000, mais a échoué.

Et elle n’est pas la seule : deux autres coureuses namibiennes, Christine Mboma et Beatrice Masilingi, viennent d’être suspendues par la Fédération sportive internationale en raison de leur production naturelle de testostérone jugée trop élevée. Elles ne pourront elles non plus participer aux prochains JO.

Un acharnement de plus en plus visible contre les femmes racisées dans le sport.

À lire aussi : Sexistes et racistes, les règles qui empêchent Aminatou Seyni de participer aux JO ?


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires
26

Avatar de Aslys
9 juillet 2021 à 15h24
Aslys
J'ai également du mal à voir en quoi le cannabis est un produit dopant. Au pif, si on prend du magnesium pour son stress, on est sanctionnée aussi? On doit obligatoirement être hyper stressé pour concourir ?
Je suis vraiment désolée pour l'athlète qu'elle ait été sanctionnée, et j'espère que ses fans la soutienne au lieu d'en rajouter.
1
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Sport

01gpxmmnj1f9azbs2ayd
Sport

La footballeuse Sara Björk Gunnarsdóttir révèle comment l’OL a coupé son salaire durant sa grossesse

Jobs et Études

Chimie, astrophysique et ingénierie : ces femmes scientifiques qui ont changé le monde

Humanoid Native
Capture d’écran 2023-01-10 à 10.48.29
Société

« Il ne m’a jamais regardé comme un agent mais comme un bonbon à croquer » : Sonia Souid dénonce les comportements de Noël Le Graët

football coupe du monde foot
Actu mondiale

Qatar 2022 : pourquoi l’arbitre brésilienne Neuza Back n’a pas serré la main du cheikh ?

Camille Lamblaut

20 déc 2022

1
les nageuses film
Pop culture

Les Nageuses, l’histoire vraie de deux soeurs athlètes réfugiées est le film à voir sur Netflix

Maya Boukella

12 déc 2022

2
montre-connectee-pola-ignite-3-fitness
Lifestyle

Une montre connectée peut-elle améliorer son quotidien ?

arisa-chattasa-HZbqhd5aK3I-unsplash
Sport

À Cuba, les femmes sont (enfin) autorisées à faire de la boxe en compétition

Camille Lamblaut

07 déc 2022

Capture d’écran 2022-12-05 à 22.14.01
Sport

Longtemps boudé par le Brésil, le numéro 24 est de retour sur le terrain au Qatar, et voici pourquoi

Camille Lamblaut

06 déc 2022

sandrine rousseau mondial equipe de france pleutres
Sport

Qatar 2022 : Sandrine Rousseau fustige le manque de courage de l’Équipe de France

Maëlle Le Corre

29 nov 2022

2
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Le blanc obligatoire à Wimbledon, c’est fini
Actualité mode

Le blanc obligatoire à Wimbledon, c’est fini, et c’est tant mieux pour les joueuses

Anthony Vincent

22 nov 2022

La vie s'écrit au féminin