Live now
Live now
Masquer
Les médias invisibilisent-ils les rappeuses ?
Musique

Les médias invisibilisent-ils les rappeuses ?

« Où sont passées les femmes dans le rap ? », « Pourquoi aucune rappeuse n’a encore pris la place de Diam’s ? », « Pourquoi le rap féminin est en retard en France ? » : pour dénoncer le manque de rappeuses dans le game, les médias ont la plume généreuse. Mais répondent-ils présents lorsqu’il s’agit de les inviter dans des émissions, de diffuser leur musique ou de leur consacrer des articles ? Décryptage.

Le média Madame Rap, dédié aux femmes et aux personnes LGBT+ dans le Hip-Hop, recense environ 500 rappeuses, entre la France, la Suisse et la Belgique. Pourtant, la plupart des amateurs de rap sont bien en peine d’en citer ne serait-ce que cinq. Alors, puisqu’elles existent et regorgent de talent, pourquoi si peu de personnes les connaissent ?

Pour expliquer ce paradoxe, les médias soulignent généralement le sexisme des maisons de disque, des plateformes de streaming, du public… Bref, de tous les maillons de la chaîne, excepté des médias. Alors, je me suis posé la question : les médias offrent-ils autant de visibilité aux rappeurs qu’aux rappeuses ?

3,6% des rappeurs invités sont des rappeuses

Pour répondre à cette interrogation, j’ai compté le nombre de fois où des rappeuses francophones étaient invitées dans 9 émissions incontournables de la culture Hip-Hop : Le Code sur Apple Music ; Clique & Chill, Clique X et Clique Talk sur Canal+ ; Good morning Cefran, Mouv’ Rap Club et Face à Cefran sur Mouv’ Radio (trois émissions qui n’existent plus à l’heure actuelle, la grille ayant changé en 2022) ; Légendes urbaines sur France 24/RFI ; et enfin Planète Rap sur Skyrock (pour cette émission, seuls les invités principaux ont été comptabilisés).

Les programmes choisis sont des émissions à forte audience, animés par des spécialistes du rap et offrant un long temps d’antenne aux rappeurs. Y être invité, c’est donc avoir la possibilité d’exprimer sa vision et ses choix artistiques face à des journalistes qui connaissent en profondeur la culture Hip-Hop, souvent stigmatisée dans les médias généralistes.

Le résultat est sans appel : sur les 1869 invitations répertoriées de rappeurs ou rappeuses dans ces émissions, seules 65 concernent des femmes, soit 3,6 % des invitations. C’est l’émission Légendes urbaines qui enregistre le meilleur score avec 5 rappeuses invitées pour 67 rappeurs (6,9 %), tandis que les émissions de Clique TV figurent au dernier rang avec, au total, 5 invitations de rappeuses pour 183 invitations de rappeurs (2,6 %). C’est à peine en dessous de Planète Rap sur Skyrock (2,8 %). Entre les deux extrêmes, on retrouve les trois émissions de Mouv’ Radio ainsi que Le Code sur Apple Music, avec environ 4,3 % de rappeuses invitées dans les deux cas.

graph

Les médias généralistes ne font pas exception

Qu’en est-il dans les médias généralistes ? En 2018, la sociologue Marion Dalibert a analysé un corpus de 581 articles traitant de rap publiés entre 2000 et 2015 dans Le Monde, Libération, Télérama et Le Figaro. Conclusion : « Sur les 180 artistes données à voir dans le corpus, on ne compte que 6 rappeuses », note la sociologue. Là encore, le pourcentage avoisine les 3 %.

D’autres données ont été produites par les chercheurs Karim Hammou et Marie Sonnette-Manouguian sur l’émission Taratata (entre 1993 et 2019) et les matinales culturelles de France Inter (entre 2009 et 2019), dans le cadre de recherches menées pour l’ouvrage 40 ans de musiques Hip-Hop en France. Cela comprend à la fois les invitations et les musiques diffusées. Karim Hammou a accepté de calculer la présence de rappeuses dans cette base de données : elle est de 3,3% sur France Inter et de 8,3% sur Taratata (un chiffre un peu plus élevé que dans les autres émissions, qui s’explique notamment par les multiples invitations de Diam’s, invitée à 4 reprises).

« Elles ne sont pas au niveau de certains rappeurs hommes de leur génération »

Les résultats de mon recensement ont été envoyés à chacun des médias concernés. Malgré plusieurs relances par mail, l’équipe de Clique TV et Mehdi Maïzi, animateur du Code, n’ont pas répondu.

Fred Musa, qui anime Planète Rap, m’a fait parvenir cette réponse par mail : « Je n’ai jamais mis en place pour Planète Rap un quota lié à la religion, couleur de peau, sexe ou autre, je reçois les invités juste pour leurs qualités artistiques. »

Carole Bottolier, déléguée à la communication à Mouv’ Radio, insiste quant à elle sur les partenariats de la chaîne avec des dispositifs aidant les rappeuses à se professionnaliser, ainsi que sur les efforts de Radio France pour plus de parité à l’antenne. Malgré tout, « il y a une réalité culturelle qui fait qu’elles sont moins exposées, moins visibles, moins représentées, mais aussi moins nombreuses ! On a ce souci de les exposer du mieux qu’on peut, avec cet existant culturel. Mais en termes de notoriété grand public, elles ne sont pas au niveau de certains rappeurs hommes de leur génération », déclare-t-elle.

Un argument repris par Juliette Fievet, animatrice de Légendes urbaines : « Si je me cantonnais à mon cahier des charges, c’est-à-dire de n’avoir que des artistes super lourds qui cartonnent, qui puissent être classés au rang de légendes, je ne ferai quasiment aucune rappeuse. Si je devais attendre qu’elles soient disque de platine pour les inviter, je ne les recevrais jamais. Donc je fais déjà des exceptions. »

Faut-il attendre qu’un artiste soit célèbre pour l’exposer ou bien est-ce justement le rôle des médias que de le faire connaître ? Dans le cas des rappeuses, on ne peut qu’exprimer la crainte que les biais de l’industrie musicale soient reproduits si les médias ne se font que la chambre d’écho des top charts.

Les rappeuses souffrent d’un cadrage réducteur de la part des médias

Autre argument récurrent chez mes interlocuteurs : il y a très peu de rappeuses, donc cette faible présence se reflète mécaniquement dans les médias.

Or, d’après une estimation du sociologue Karim Hammou, basée sur les discographies du site Genius entre 2005 et 2018, les œuvres de rap créées par des femmes représenteraient environ 5 % de la production d’ensemble. C’est donc au-dessus de la part moyenne de rappeuses invitées dans les 9 émissions de rap étudiées, ainsi que dans les matinales de France Inter. Selon Karim Hammou, ces observations permettent de conclure que le champ médiatique a aussi sa part de responsabilité, « non seulement dans l’invisibilisation, mais aussi dans le cadrage réducteur dont les rappeuses font l’objet ».

Le carcan du « rap féminin »

Il existe en effet des questions qu’on ne pose qu’aux rappeuses : « Es-tu féministe ? », « Est-ce dur d’être une femme dans le rap ? » sont presque des incontournables, quand on ne leur demande pas si elles pourraient sacrifier leur carrière par amour ou si elles ne rêveraient pas « d’un grand et beau mariage ».« Les rappeuses sont rarement sollicitées pour parler de leur musique, mais plutôt de leur genre, ou du fait que ce soit incroyable pour une femme d’évoluer dans le rap, milieu jugé bien plus sexiste que la politique, la tech ou le sport. Là où, évidemment, le genre des rappeurs n’est jamais un sujet puisque le masculin est la « norme » », résume Eloïse Bouton, fondatrice de Madame Rap.

ILLUSTR 2
Difficile de trouver un article qui ne ramène pas les rappeuses à leur genre.

Même s’il est de moins en moins utilisé, certains journalistes continuent à employer le terme de « rap féminin », pourtant rejeté par la majorité des rappeuses, qui non seulement leur dénie leur capacité à toucher un public large, mais sous-entend également qu’il n’y aurait de la place sur la scène musicale que pour une seule rappeuse à la fois, la « nouvelle Diam’s ». Vicky R a récemment protesté contre cette catégorie dans son morceau « Fuck le rap féminin ».

« Ici ça rappe tout court, on ne fait pas de rap féminin », dénonce Vicky R dans son morceau. 

« Nous ramener toujours au fait qu’on est des femmes, c’est s’éloigner du sujet. Et le sujet c’est qu’on est des artistes talentueuses », résumait Chilla en interview. Period.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

3
Avatar de Rimalouette
10 février 2023 à 08h02
Rimalouette
@Neverland90 Pour le Rock et le Rap, qui sont par ailleurs des milieux particulièrement sexistes, je suis d'accord et pas besoin des médias pour ça. Pour la pop toutefois je ne vois pas ce qui permet d'affirmer qu'il y a une invisibilisation des femmes.
2
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Musique

SANTA chante les vertiges de l’amour dans son premier album Recommence-moi // Source : SANTA
Musique

SANTA sort son 1er album, Recommence-moi : « Les chansons peuvent accompagner les révolutions »

Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
[Image de une] Horizontale
Musique

Voici le top 10 des meilleurs albums de tous les temps, avec son top 1 indiscutable

Source : RapidEye / Getty Images Signature
Culture

Concert de Taylor Swift : il y a un gros problème avec cette photo de bébé endormi sur le sol

51
Source : Disney+
Musique

Un show de 3h15, des paillettes et des bracelets… On était au concert de Taylor Swift

1
Angus & Julia Stone // Source : Presse
Musique

Angus & Julia Stone : « Évidemment que toute notre musique parle d’amour »

Source : Midjourney et Instagram
Musique

Vous allez au Eras Tour de Taylor Swift ? Voici tout ce que vous devez savoir

2
Les Flammes // Source : Les Flammes
Culture

Les Flammes : les 5 meilleurs moments d’une cérémonie plus importante qu’il n’y parait

18
Billie Eilish s'insurge contre des fans qui jugent son style trop féminin désormais // Source : Capture d'écran Instagram
Lifestyle

L’ôde de Billie Eilish à la masturbation est la meilleure chose que vous lirez cette semaine

Source : @davidbeckham / Instagram
Musique

David Beckham filme la reformation éphémère des Spice Girls (et on veut en voir plus)

LDR being amazing // Source : capture d'écran Instagram
Culture

Les trois révélations que j’ai eues pendant un concert de Lana Del Rey

La pop culture s'écrit au féminin