L’église la plus progressiste de France est menacée de fermeture


À Paris, le Centre pastoral Saint Merry invente tous les jours « l'Église de demain ». Dans ce lieu qui célèbre les unions LGBTQ+, on promeut la solidarité, l'écoute et l'ouverture. Pourtant, l'archevêque de Paris a annoncé sa fermeture imminente.

L’église la plus progressiste de France est menacée de fermetureDavid Iliff / CC CC BY-SA 3.0 (via Wikipédia)

Près du centre Pompidou, dans le cœur historique et touristique de Paris, se trouve un endroit où la religion catholique se pratique d’une manière unique en son genre.

Située dans une zone très dense en lieux de cultes et assez pauvre en habitants, la paroisse autrefois peu animée s’est vue investie, en 1975, d’une mission spéciale : créer un centre pastoral qui serait un lieu d’expérimentations, où l’Église pourrait inventer des nouveaux moyens de trouver sa place dans le monde contemporain.

En d’autres termes, « inventer l’Église de demain » dans le centre pastoral Saint Merry… que l’archevêque de Paris a décidé de fermer. 

Le Centre Pastoral Saint Merry, une église inclusive

Aujourd’hui, le Centre Pastoral Saint Merry organise des débats pointus autour de l’écologie ou la politique. Il s’y tient des expositions d’art contemporain, ou encore des célébrations inter-religieuses.

L’organisation classique des paroisses, avec le curé en charge des décisions, est remplacée par un système horizontal :  le prêtre partage une co-responsabilité avec les « laïcs », des pratiquants issus de la société civile et investis dans les activités du centre.  

La solidarité semble y être le mot d’ordre, et le lieu met un point d’honneur à accueillir tout le monde avec bienveillance : les passants qui s’attardent sur l’architecture, les personnes qui ont besoin de parler, les croyants qui cherchent des nouvelles manières de pratiquer leur foi…

Et surtout celles et ceux qu’on pourrait croire exclus de l’Eglise traditionnelle : les personnes LGBTQ+, les précaires, les migrantes et migrants, les personnes détenues, entre autres.

Des célébrations rares dans le monde de l’Église française

Anne-Renée Bazin, très investie dans la vie du centre pastoral dont elle gère en partie la communication, décrit en ces mots les spécificités de cet endroit :

« Alors que l’Église tend à s’enfermer dans ses codes ou à se reposer sur des rituels, nous avons à Saint Merry l’objectif de s’ouvrir au monde : rencontrer des gens d’ailleurs, partager leurs joies, leurs peines, leurs aspirations à la transcendance. Le Centre Pastoral est pour nous un symbole, celui d’une certaine liberté d’expression et d’expérimentation. »

Dans l’église, à défaut de pouvoir marier religieusement des couples qui ne seraient pas hétérosexuels, on célèbre leurs unions. On y baptise aussi les enfants de couples LGBTQ+, évènements très rares dans les autres milieux ecclésiastiques.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Chloé Vollmer-Lo (@chloevollmerlo)

Un lieu unique menacé de fermeture

Le tableau semble idyllique, pourtant l’archevêque de Paris a décidé de mettre fin aux activités du centre — et ce à compter du 1er mars. En cause, des dysfonctionnements internes qui auraient amené les deux derniers prêtres responsables du lieu à démissionner, ces trois dernières années. Le courrier qui annonce cette fermeture mentionne la « violence des attaques » dont ils feraient l’objet, au sein de leur communauté.

Pour Anne-Renée Bazin, cette réalité n’est pas ressentie par la majorité des personnes qui s’investissent dans la vie de Saint Merry. Elle raconte :

« Ce lieu ne fonctionne comme aucun autre, il n’est donc pas surprenant que les choses y soient moins simples que dans une église où le curé organise tout. Nous avons été très choqués de cette lettre assez brutale, avec un contenu assez violent. Il y a peut-être des choses qui ne vont pas, mais est-ce une raison pour tout supprimer, et perdre tout le travail si important porté par le centre pastoral ?

Saint Merry est un symbole pour beaucoup de chrétiens en France. Un symbole de ce que peut être une communauté ouverte, qui accueille et qui essaye de se connecter au maximum aux préoccupations du monde contemporain. Nous aimerions ouvrir un dialogue avec l’archevêché, qui n’a pour l’instant pas répondu à nos sollicitations, pour ne pas perdre cet espace de libertés, dans lequel tant de personnes qui n’étaient pas à l’aise dans l’Église ont trouvé leur place. »

Une autre Église est-elle possible ?

Pour celles et ceux qui la subissent, les enjeux de cette fermeture dépassent largement la simple problématique du lieu, et questionnent l’avenir de l’Église.

Ils s’interrogent sur la motivation réelle de cette décision : les dysfonctionnements ne seraient-ils pas un prétexte pour fermer un endroit dont les activités n’entreraient pas dans la « ligne » actuelle du diocèse de Paris ? Une ligne verticale, rigide, qui renforcerait l’entre-soi plutôt que l’ouverture au monde ?

Anne-René Bazin l’explique, il existe d’autres initiatives d’expérimentation de cet ordre en France. Mais elles ne sont pas pilotés par l’Institution de l’Église : Saint Merry était la seule, et risque de ne plus pouvoir jouer son rôle symbolique très bientôt.

Sans réponse de la part du diocèse de Paris, les participants à la vie du Centre Pastoral Saint Merry continueront à organiser les célébrations habituelles jusqu’au 1er mars, en espérant pouvoir ouvrir le dialogue et faire perdurer leurs activités si particulières.

Une pétition a été lancée pour le maintien du centre pastoral, et les témoignages abondent en commentaires : nombreux sont celles et ceux qui ressentent le besoin d’une pratique religieuse inclusive et diversifiée et à affirmer que si le centre ferme, il laissera un grand vide derrière lui.

À lire aussi : Je suis catholique, et j’ai soutenu le mariage pour tous, quitte à perdre mes amis

Aïda Djoupa

Aïda Djoupa


Tous ses articles

Commentaires

Sadala

Concernant les croyants catholiques, on ne peut effectivement pas en faire un portrait type (comme pour tous les croyants, ça varie énormément selon selon chaque personne et il y en d'ailleurs qui sont eux-mêmes LGBT... )

Mais dire qu'une partie de l'Eglise, en tant qu'institution, accepte les LGBT ?

Il y a quand même un consensus au niveau du dogme, qui est rarement remis en question au sein de la hiérarchie, et je ne vois pas pourquoi nier cela ? Selon l'Eglise, la violence est proscrite et un croyant n'a effectivement pas le droit de juger un homosexuel, ni d'ailleurs aucun "pécheur" (le croyant lui-même n'étant pas parfait contrairement à Dieu) et c'est d'ailleurs la posture de Pape François.
Cela n'empêche donc pas qu'un homosexuel va être accueilli (devoir de tout chrétien selon le dogme) mais est-ce que cela veut dire qu'il sera accepté ? Peut-on dire qu'on accepte quelqu'un lorsqu'on considère qu'une part conséquente de son identité est un péché ?

Parce que la posture de l'institution (et je répète, pas celles des croyants qui peuvent varier) bah elle me semble quand même assez limpide. Bien sûr, on pourra trouver des contre-exemples de prêtres, d'abbés, etc. "rebelles", qui pour le coup ont vraiment un point de vue différent sur l'homosexualité. Mais dans les faits, j'ai pas l'impression qu'il y ait un vrai contre-pouvoir à cette vision majoritaire dans l'Eglise... J'avoue, je comprends pas trop ce discours de 'ça dépend des paroisses"... bien sûr il y aura des différents niveaux d'intégrismes mais ce n'est pas non plus parce que le discours peut être lisse et accueillant qu'il y a une véritable acceptation de l'homosexualité.

Donc St Merry me semble un vrai OVNI au sein de l'Eglise. Non pas parce qu'ils accueillent des croyants gays mais bien (si j'ai bien compris leur position) par sa non-condamnation de l'homosexualité en tant que tel et ça c'est unique je crois dans cette institution.
Et je trouverais tellement dommage de perdre ça, effectivement.
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!