Les madmoiZelles racontent leurs galères de vie de gauchères

Le 13 août, c'est la journée internationale des gauchers et gauchères. Le moment pour Océane, qui écrit elle même de la main gauche, de réunir vos témoignages de galères du quotidien !

Les madmoiZelles racontent leurs galères de vie de gauchères
Journée internationale des gauchers et gauchères

Le 13 août, c’est la journée internationale des personnes gauchères ! Elles constitueraient 10 à 13% de la population.

25% de personnes naîtraient gauchères, mais seulement 10% le resteraient à l’âge adulte. Pourquoi ? Les témoignages qui figurent dans cet article t’éclaireront sûrement…

Être gaucher ou gauchère, c’est se confronter à un paquet de galères au quotidien.

Des galères qui s’immiscent dans toutes les petits interstices de la vie, et qui peuvent transformer une action d’apparence simple en parcours du combattant.

Utiliser sa main gauche dans un monde fait pour et par des droitiers, ça amène parfois à se sentir nulle et inadaptée. Et vous m’avez envoyé vos témoignages via Instagram sur le sujet.

Vis ma vie de gauchère

Hé oui, moi aussi je fais partie de l’élite des personnes qui écrivent de la main gauche, et plus précisément de l’élite des personnes ambidextres. Je m’explique.

Je suis née ambidextre. C’est-à-dire que naturellement, je prenais mon stylo d’une main ou de l’autre sans distinction quand j’apprenais à écrire.

Seul petit problème : j’écrivais à l’envers de la main droite. Du coup pas terrible pour me faire lire et encore moins pour apprendre correctement à écrire. J’ai donc dû choisir une main, et j’ai choisi la gauche (celle avec laquelle j’écrivais à l’endroit).

Depuis, je considère que ma main gauche est ma main de précision : avec, j’écris, je colorie, et toute autre activité qui demande de la précision (coquine). Et ma main droite est ma main forte : avec, je coupe, je joue au tennis, je porte des choses (un peu) lourdes, etc.

L'ambidextrie

L’ambidextrie est la faculté pour une personne d’être également à l’aise avec les deux bras ou les deux jambes (par exemple, pour le pied d’appel).

Une telle personne n’est pas latéralisée, elle n’est pas droitière ou gauchère, elle est les deux.

Les personnes ambidextres seraient plus rares que les personnes gauchères, mais le terme serait souvent utilisé à tort pour décrire des personnes gauchères qui ont fini par s’adapter et utiliser leur main droite.

Il est malgré tout très rare qu’une personne exécute une même action avec autant de facilité de la main droite et de la main gauche. (source : LesGauchers.com)  

J’écris malgré tout assez « bien » de la main droite, et il m’arrive parfois de peindre de la main droite, ou d’être perdue quand je commence une nouvelle activité : quelle main dois-je choisir ?

En plus d’écrire de la main gauche, j’ai une posture d’écriture digne de Gollum et une écriture illisible. Feuille tournée, dos vouté, main tordue… Ce qui m’a valu quelques gentilles moqueries, et surtout de ne pas pouvoir écrire au stylo-plume quand il était à la mode au collège.

L’encre qui bave, pas très pratique pour écrire de la main gauche.

En dehors de ça, j’ai toujours trouvé ma « singularité » assez satisfaisante. J’aimais être un peu différente des autres. Mais il est vrai que dans certaines circonstances, c’est assez handicapant.

Être gauchère et inadaptée à ce monde de droitiers

Ce matin, sur le compte Instagram de madmoiZelle, je vous ai demandé de me raconter vos anecdotes de vie de gauchères.

Et évidemment en pôle position : l’encre qui bave et le bord de la main bleue en fin de journée :

« – On s’habitue vite aux tâches d’encre le long de la main.

– Se faire bien bien embêter parce qu’on « bave » sur la feuille avec la main.

– Je n’ai été autorisée à écrire à l’encre qu’en CE2 et pas en CP comme les autres. »

Si ça parait anodin et drôle en apparence, au quotidien cela peut devenir vraiment angoissant. Surtout à l’école primaire quand la maitresse exige une propreté irréprochable et qu’elle sanctionne la moindre tâche d’encre.

Une madmoiZelle raconte :

« Ma prof de CM2 balançait mes cahiers sous la porte et ils finissaient en bas des escaliers parce qu’ils étaient trop sales ! »

Pour les autres anecdotes du quotidien, j’ai sélectionné un petit cocktail de témoignages qui, pour beaucoup, m’ont fait me sentir moins seule. Les voici :

« – Passer le brevet et être accusée de triche parce que je tourne trop ma feuille pour écrire !

– Les chaises avec la tablette sur la droite, pendant 1 AN j’ai dû faire AVEC !

– Étant dans une école catholique, j’avais la main du diable…

– C’est trop dur d’écrire dans un carnet car il y a toujours la spirale sous la main.

– Petite, je l’ai plutôt mal vécu car on me faisait comprendre que je n’étais pas normale.

– Je n’arrivais pas à passer mes vitesses pendant les leçons de conduite.

– Le pire, je crois, c’est quand j’ai acheté une Wii, et que je me suis rendue compte que certains jeux sont injouables de la patte gauche.

– Les coups de coudes dans les amphis à côté d’un droitier.

– Quand on est gaucher et que des droitiers veulent nous apprendre des gestes, ça peut être compliqué.

– Rien de trop grave sauf quand on doit se servir de la sauce avec une louche à la cantine. Saleté de bec. »

La solidarité entre gauchères et gauchers

Pour certaines d’entre vous, être gauchère, c’est se sentir différente, unique, parfois regardée comme un OVNI… Cela demande une grande adaptabilité à l’école, pour cuisiner, dans le sport…

Alors croiser quelqu’un de la même espèce que soi est toujours un réel plaisir !

« – Cette sorte de reconnaissance et de support mutuel face à quelqu’un de ton espèce !

– Être toujours surpris et heureux en rencontrant un autre gaucher. »

Et je laisserai le mot de la fin à cette madmoiZelle qui a tout résumé en une phrase :

« J’ai longtemps cru que j’étais maladroite. En fait, c’est le monde qui n’est pas adapté ! »

Alors levons-nous gauchers et gauchères, et telles Ned Flanders, bâtissons un monde adapté à notre particularité !

À lire aussi : Les gauchers sont-ils différents ?

Commentaires

Muchu_56

Je suis dans le même cas que l'article, ambidextre avec la démarcation du côté gauche qui est la précision et le côté doit la force. Ça devient rapidement un problème pour le sport. J'ai besoin de tester les deux bras, les deux jambes pour trouver mon équilibre, et parfois je n'ai pas de côté qui se démarque. C'est souvent confus pour les personnes qui se retrouvent face moi (ce qui peux être un avantage). Bien que j'ai essayé de faire des tests (trouvé sur internet pour tester mon ambidextrie), pourriez -vous me conseiller des tests pour connaitre mon côté supérieur? (ex: déboucher une bouteille, la façon dont on tient les couverts à table. Ma fourchette est toujours dans ma main gauche avec ou sans couteau et si je coupe je n'échange pas...)

Un sujet récurrent pour les gauchers est la façon d'écrire. Personnellement, j'écris de la main gauche, mais de la même manière que des droitiers. (Pas d'encre qui bave, la feuille juste un tout petit peu penchée 5°). Je n'ai jamais vu d'autre gaucher écrire comme çà. Si c'est le cas de quelqu'un, vous n’êtes pas le/la seule. Mais je me demande si c'est dû au fait d'être ambidextre ou juste à mon subconscient qui voudrait imiter les droitiers.

Si vous avez des réponses à mes questions, je suis preneuse

Et courage, on commence à être de plus en plus nombreux, donc les contraintes vont se réduire.
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!