Live now
Live now
Masquer
James Franco (2)
Société

James Franco, on te voit essayer d’étouffer discrètement tes agressions sexuelles

22 fév 2021 18

Après deux ans, une plainte pour « conduite inappropriée et exploitation sexuelle » à l’égard de James Franco a été retirée après un accord avec deux des plaignantes. Un dénouement qui ne change rien à la réalité des actes.

C’est officiel : l’acteur James Franco a trouvé un accord avec deux de ses anciennes étudiantes l’accusant « d’inconduite sexuelle ».

En 2018, il était récompensé aux Golden Globes pour The Disaster Artist. À l’occasion, l’acteur portait sur son costume un pins Time’s Up, en soutien au mouvement du même nom qui lutte contre le harcèlement et les violences sexuelles subies par les femmes sur leur lieu de travail.

Un procès pour « conduite inappropriée et exploitation sexuelle »

L’hypocrisie du geste n’a pas manqué d’être relevée : dès le soir même, sur les réseaux sociaux, ont afflué les témoignages de femmes affirmant que James Franco les avait agressées sexuellement.

Le lendemain, dans une enquête du Los Angeles Times, cinq femmes accusaient l’acteur et réalisateur de « conduite inappropriée et exploitation sexuelle » dans le cadre de projets cinématographiques. Quatre de ces femmes étaient élèves de son école de cinéma désormais fermée, et la cinquième affirme qu’il était son mentor.

Le média américain révèle qu’au sein de l’école, James Franco utilisait les dynamiques de pouvoir jouant en sa faveur pour pousser les actrices à se dénuder, ou à simuler des scènes de sexe sans protection de « type orgie ».

Deux de ces femmes, Sarah Tither-Kaplan and Toni Gaal, avaient alors choisi d’agir par le biais d’une class action, une plainte groupée de plusieurs personnes contre un même individu.

Un accord pour abandonner les plaintes contre James Franco

Le 11 février dernier, ces plaintes ont été abandonnées : les avocats de James Franco auraient trouvé un accord avec les plaignantes, leur évitant un procès dont on se doute qu’il aurait débouché sur des moments extrêmement difficiles pour les deux jeunes femmes. Les termes de l’accord n’ont pas été divulgué au public.

Si les deux actrices ont choisi de retirer leur plainte, l’affaire n’est pourtant pas terminée : les autres plaignantes de la class action révoquée par l’accord pourront re-déposer leur plainte dans quelques temps.

Pas de nouvelle réaction de James Franco

Les dernières prises de paroles de l’acteur à ce sujet datent de son accusation. Le New York Times retrace les faits : après avoir nié les accusations, il avait affirmé avec contrition sur le plateau du Late Night Show qu’il était prêt à « donner réparation aux victimes » et à « écouter, apprendre et à changer de perspective » sur les évènements.

Un discours qui semble aussi creux que son port de pin’s, puisqu’une de ses victimes affirme en interview n’avoir eu aucun contact avec l’acteur depuis sa plainte, et n’avoir perçu aucun effort ou volonté de changement de sa part.

« Il n’y a toujours eu aucune action, publiquement, qui montre que ces gens savent que ce qu’ils ont fait est mal et dangereux, et qu’ils ne recommenceront pas. »

Quel que soit l’accord signé et les potentielles suites de la class action, on espère que ça ne servira pas à étouffer la réalité de ces agressions sexuelles. Et dans tous les cas, on ne veut plus voir James Franco jouer les alliés sur les tapis rouges.

Les Commentaires
18

Avatar de MaryPoppinz
24 février 2021 à 07h42
MaryPoppinz
Je venais pour me plaindre aussi.
Je viens d'apprendre que Depardieu est aussi accusé.

Le pire ?
Ben ça ne m'étonne pas. Plus. Et j'en ai marre.

Et attention, j'avais aussi envie de dire que ce n'est pas la parole qui se libère mais l'écoute.

Edit : je viens de me dire que si on devait lister toutes les personnes publiques accusées d'agressions/violences sexuelles et sexistes... je... ben je sais pas, tellement les mots me manquent en fait...
9
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Société

Ecologie
chambre

Le tuto de A à Z pour passer au zéro déchet dans votre chambre (et votre dressing)

Marie-Aube Auvity

29 jan 2022

Société
pexels-mikhail-nilov-harcelement-scolaire

Le Sénat ne veut pas faire du harcèlement scolaire un délit et modifie la proposition de loi

Maëlle Le Corre

28 jan 2022

Société
pexels-mart-production-violences conjugales

Violences conjugales : voici le rapport si gênant pour la préfecture de police

Maëlle Le Corre

28 jan 2022

Féminisme
camaieu-3919

Des faux bleus et de la fast-fashion contre les violences conjugales, vraiment, Camaïeu ?

Mymy Haegel

27 jan 2022

13
Culture Web
Feliccia

L’influenceuse Feliccia recadrée par des diététiciens pour ses dangereux « conseils minceur »

Eva Levy

27 jan 2022

9
Société
sienna-mae-gomez-jake-wright

Agression sexuelle dans la Hype House : le tiktokeur Jack Wright accuse Sienna Mae Gomez d’avoir abusé de lui

Kalindi Ramphul

27 jan 2022

Actu mondiale
pologne-greve-des-femmes-decembre-2020

Les Polonaises pleurent Agnieszka, nouvelle victime des lois contre l’IVG

Maëlle Le Corre

27 jan 2022

2
Série télé
Sydney Sweeney

Sydney Sweeney est fière de son travail dans Euphoria, « mais personne n’en parle parce que je suis dénudée »

Eva Levy

27 jan 2022

4
Daronne
peresmascu

« Les associations de pères représentent le mouvement masculiniste »

Camille Abbey

27 jan 2022

18
Féminisme
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

La société s'écrit au féminin