Live now
Live now
Masquer
« petite-bite-temoignage »
Vie quotidienne

J’ai une petite bite et j’ai parfois l’impression d’être le seul

Ce lecteur de Rockie complexe sur la taille de son pénis, inférieure à la moyenne française de quelques centimètres, et il a parfois le sentiment d’être tout seul.
Rockie est un magazine créé par et pour les femmes, et publie donc majoritairement des témoignages de lectrices. Nous sommes toutefois toujours heureuses de recevoir des contributions écrites par des hommes sur les sujets de la sexualité, de la vie de couple et de la parentalité. Si tu es un lecteur de Rockie et que tu veux partager ton expérience avec la communauté, rendez-vous par ici.

Selon certaines études, la longueur moyenne du sexe masculin français en érection serait de 13,5 cm. Pourtant, lorsqu’on écoute les hommes parler de la taille de leur engin, on a l’impression qu’ils sont tous au-dessus de cette moyenne. Autant vous dire que ma petite bite et moi, 11 cm au garde-à-vous, on se sent bien seuls.

Mais pourquoi n’entendons-nous pas plus ceux qui, comme moi, sont en-dessous de ces chiffres ? De mon point de vue, la réponse est simple : dans notre société qui plébiscite « les mâles les vrais », grands, forts et virils, c’est un sujet de honte.

Un homme, pour mériter cette appellation, doit être capable de contenter les femmes (un vrai mec est forcément hétéro…hum…), et pour cela il doit avoir un gros pénis. Parce que c’est bien connu, les femmes ne prennent du plaisir que par la pénétration (merci Freud)…

Un penis comme vous n’en avez (sûrement) jamais vu

Pour parler de moi, non seulement j’ai un petit sexe, mais en plus j’ai un sexe qu’on pourrait qualifier d’atypique : circoncis,  avec une marque de naissance sur le gland et une couronne perlée à la base de celui-ci. Je pense qu’il y a peu de chances que vous ayez déjà vu un pénis comme le mien.

Je ne me rappelle pas vraiment du moment où j’ai commencé à me poser des questions sur la taille de mon sexe. Comme la plupart des garçons, c’était sûrement au début de l’adolescence. Un jour, j’ai voulu en avoir le cœur net : j’ai été chercher la taille moyenne d’un sexe en érection sur internet, et puis j’ai mesuré le mien.

Bon, je savais déjà que j’avais une petite bite, mais en avoir la confirmation m’a un peu déprimé. C’est débile, je le sais, mais c’est comme ça. Je le vis un peu comme une honte, un secret que personne ne doit découvrir. Pourtant, je suis quelqu’un qui parle très facilement de sexe, et avec n’importe qui, mais jamais je n’oserais parler de la taille de mon sexe en public.

Est-ce qu’il n’y a que la taille qui compte ?

Au début de ma vie sexuelle, le fait que ma femme et moi étions tous deux totalement inexpérimentés m’a permis de ne pas ressentir trop de pression à ce sujet. Mais ce questionnement est venu par la suite : il faut savoir que je ne suis pas non plus super endurant. Du coup, lorsque la fréquence de nos rapports sexuels s’est espacée, je me suis dit que si ma femme n’avait plus envie de coucher avec moi, c’était parce que j’étais nul au lit (maintenant je sais que c’était une question de libido) et que mon sexe n’était pas assez gros pour lui donner du plaisir. Ça été une période vraiment pénible en terme d’estime de moi.

Pour améliorer nos rapports, j’ai donc commencé à me renseigner sur le plaisir féminin et j’ai trouvé quelques idées sympas. Ça n’a rien changé à sa libido, mais elle a pris plus de plaisir et ça a fortement contribué à me rassurer. C’est d’ailleurs ces recherches qui m’ont amenées à commencer à m’intéresser au féminisme.

Un complexe difficile à balayer

J’ai la chance (mais c’est sûrement plus courant que je ne l’imagine) que ma femme n’accorde pas d’importance à la taille de mon penis. À vrai dire, les énormes sexes des acteurs porno lui font même plutôt peur car ils lui paraissent beaucoup trop gros (question d’échelle, j’imagine). Mais ça n’empêche pas qu’aujourd’hui encore l’idée de me mettre nu devant quelqu’un d’autre que ma femme ou un médecin m’angoisse.

C’est sûrement une angoisse partagée par beaucoup de monde, mais j’aurais vraiment peur d’être tout de suite jugé sur la taille de mon sexe. Et je n’ose même pas imaginer si c’était devant une nouvelle partenaire ! Alors je voudrais dire à ceux qui comme moi ont une petite bite : non, vous n’êtes pas seuls, même si parfois, on dirait.

Et toi, es-tu complexé·e par certaines parties de ton anatomie ? As-tu parfois l’impression d’être la seule personne dans ton cas ?

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Vie quotidienne

Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

isabella-angelica-AvOAqDOvu4Q-unsplash
Grossesse

Enceinte, je prends quoi comme complément alimentaire ?

banane // Source : Unsplash
Vie quotidienne

Ne faites plus cette erreur pour conserver vos bananes

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

« Dans le calme de la cour, on se met à entendre leurs ébats sexuels » : le pire du voisinage

1
Source : Farknot_Architect / Getty Images
Vie quotidienne

Relais colis dans la pampa, contrefaçons Vinted et acheteuse colérique : le pire des achats en ligne

Source : Hendrik David / Getty Images
Vie quotidienne

Appel à témoignages : venez nous raconter vos pires histoires de voisinage

5
Lifestyle

Stylés et pointus, nos deux derniers coups de cœur signés Huawei

Source : Getty Images Signature
Vis ta vie

Top 4 des types de clients croisés au café du coin, en télétravail

Elifight
Santé

Mon cancer m’a laissé un handicap invisible, et j’en ai marre de devoir sans cesse me justifier

22

La vie s'écrit au féminin