Live now
Live now
Masquer
harcelement-sexiste-twitter-pomme
Féminisme

Ma petite histoire de violences sexistes, homophobes, absurdes et gratuites

Pomme, chanteuse de talent, est aussi Claire, jeune femme pleine d’entrain. Et parfois victime de violences idiotes, imbéciles, absolument non provoquée, car Claire est une femme, vous comprenez.

Pomme, chanteuse et jeune femme

Pomme, tu la connais probablement !

Cette musicienne est passée sur madmoiZelle pour chanter en acoustique La même robe qu’hier et J’suis pas dupe.

Aujourd’hui, ce n’est pas en tant qu’artiste qu’elle prend la plume, mais en tant que jeune femme qui a été victime de violences sexistes et homophobes aussi bêtes qu’absurdes.

Elle te raconte son histoire.

Salut,

Je m’appelle Claire Pommet, j’ai fraîchement 22 ans, et je suis auteure-compositrice-interprète.

Le mardi 18 septembre 2018 autour de midi, j’ai posté une vidéo absurde, comme j’ai l’habitude d’en faire, sur Twitter. Une vidéo anodine dans laquelle je danse, une vidéo qui ne porte atteinte à personne.

Le soir, en rentrant chez moi après une journée de travail, j’ai découvert que la vidéo était sortie du réseau habituel des gens qui me suivent, et que, pour une raison qui m’est toujours aussi mystérieuse, le dark Twitter s’en était emparé tranquillement.

J’ai alors commencé à recevoir des dizaines, puis des centaines et des milliers de messages, au départ intimidants, puis violents, puis menaçants.

Des messages sexistes, misogynes, des messages de haine envers les femmes en général, des remarques violentes sur mon physique et mon hygiène corporelle (???).

Des messages d’interrogation quant à ma « certification Twitter », qui « valide » en quelque sorte mon compte comme étant bien le mien (« elle a sucé qui pour l’avoir cette pute ? »).

Des messages de menaces de me fracasser ou de me casser les genoux, d’autres qui m’incitaient franchement à supprimer ma vidéo « sinon… ».

À l’heure où j’écris, j’en reçois encore. De la part d’hommes ET de femmes.

Au même moment, par un hasard étrange, ce fameux mardi 18 septembre, vers 22h30, un homme est venu crier sous ma fenêtre qu’il allait « casser tes fenêtres au lance pierre, je te jure je vais te violer sale bâtard », avant de partir.

Il s’avère que j’ai des drapeaux LGBT à mes fenêtres.

J’ai appelé la police qui m’a conseillé d’enlever les drapeaux pour la nuit, « pour ma sécurité ».

Ça m’avait coûté de mettre ces drapeaux à mes fenêtres, c’était une manière de m’affirmer quand, en réalité, je ne m’affirme pas toujours telle que je suis.

Le fait de les enlever m’a coûté aussi, parce que symboliquement, c’était comme si je me résignais à cacher mon identité, que j’avais tant de mal à accepter.

Pour quelle raison je raconte tout ça ? Parce que j’estime qu’il est important d’en parler et de mettre en lumière des problèmes dont beaucoup sont victimes aujourd’hui.

L’homophobie sous ma fenêtre n’était qu’une personnification de toute cette haine constante sur Twitter, comme une version palpable de tous ces humains en colère.

Une soirée à l’image de problèmes sociétaux récurrents.

Je n’ai aucune envie ici de faire de la victimisation, ni qu’on me plaigne.

Je voudrais simplement que chaque femme et chaque homme qui s’est appliqué à m’insulter, et à en insulter d’autres gratuitement sur un réseau social, puisse lire ceci et s’appliquer à s’ouvrir un peu l’esprit sur le monde.

Que chaque personne chez qui l’homosexualité, la libération de la femme ou la liberté d’expression réveille tant de haine puisse avoir la chance de transformer tout ce caca intérieur en quelque chose de plus beau.

Je me souhaite, et je souhaite à tout le monde, frustrés et frustrées incluses, d’ouvrir chaque jour un peu plus les yeux avec bienveillance sur la différence et l’unicité de chacun.

Les filles, soyez celles que vous avez profondément envie d’être.

Si ça passe par danser en vous déchirant un papier sur la tête, si ça passe par changer votre apparence, si ça passe par aimer des filles, si ça passe par rire fort, si ça passe par parler fort, faites-le.

Soyez sauvages.

Merci de m’avoir lue, merci aussi aux nombreux messages d’amour non négligeables que j’ai reçus dans les 3 derniers jours.

Claire.

Contre le cyber-harcèlement

Tu soutiens Pomme, mais tu ne sais pas trop quoi faire face à ce genre d’attitude ?

Marion Séclin, elle aussi cyberharcelée, t’explique comment agir ! Et il y a aussi le guide pour lutter contre le sexisme en ligne.

Les Commentaires
20

Avatar de ben quoi ?
22 septembre 2018 à 12h30
ben quoi ?
C'est grave ce qui arrive à cette jeune femme car quelqu'un sait où elle habite et l'a menacée parce qu'il y a des drapeaux LGBT à sa fenêtre !!!
Je lui envoies tout mon soutien.
1
Voir les 20 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Actu mondiale
Billets d'euros et de dollars

Au cas où vous en doutiez : avec le Covid, les riches se sont enrichis, les femmes ont douillé et le climat a pris tarif

Société
protect-trans-women-marche-20-novembre-2021-MLeCorre

Ne vous laissez pas avoir par les débats transphobes de certaines « féministes » autour des thérapies de conversion

Maëlle Le Corre

07 déc 2021

2
Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

3
Santé sexuelle
Portrait de Camille Spire

La présidente de AIDES explique pourquoi la lutte contre le VIH concerne aussi les femmes

Féminisme
Ndèye Fatima Dione

« L’affaire du viol suivi de la grossesse dont a été victime la Miss Sénégal est représentative de la culture du viol dans le pays »

Santé sexuelle
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

Féminisme
Madonna

« Sexisme, âgisme et misogynie » : Madonna s’oppose à la censure d’Instagram

Camille Abbey

30 nov 2021

2
Témoignages
maid-violences

C’est un épisode de Maid qui m’a aidée à réaliser que j’avais subi des violences conjugales

Aïda Djoupa

29 nov 2021

9
Féminisme
camille-lellouche-7-a-8-TF1

« J’étais complètement sous son emprise » : Camille Lellouche se livre sur les violences conjugales qu’elle a subies

Maëlle Le Corre

29 nov 2021

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

La société s'écrit au féminin