Pourquoi les femmes suisses font grève ce 14 juin

Les femmes suisses sont appelées à faire grève ce vendredi 14 juin 2019. La date est symbolique : il y a exactement 28 ans, les citoyennes helvétiques descendaient déjà dans la rue.

Pourquoi les femmes suisses font grève ce 14 juinCharlotte Passera

Le 14 juin 1991, 10 ans après l’inscription dans la Constitution de l’égalité des genres, 500 000 femmes suisses descendaient dans la rue.

Elles revendiquaient l’égalité, et protestaient contre les violences sexistes toujours d’actualité dans le pays et dans le monde entier.

28 ans plus tard, et depuis plusieurs mois, plusieurs collectifs de femmes de divers milieux se mobilisent pour rendre cette nouvelle grève immense et importante.

L’appel à la grève des femmes en Suisse

Des milliers de femmes suisses seront à nouveau réunies vendredi 14 juin 2019 pour manifester, et leurs revendications sont claires :

« Nous toutes, femmes* (*toute personne qui n’est pas un homme cisgenre — soit un homme qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance) avec ou sans partenaire, en collectivité, avec ou sans enfants, avec ou sans emploi, et quelle que soit la nature de l’emploi, en bonne santé ou malades, avec ou sans handicap, hétéro, LBTIQ, des plus jeunes aux plus âgées, nées ici ou ailleurs, avec des cultures et origines différentes, nous appelons à une Grève féministe et des femmes le 14 juin 2019.

Nous voulons l’égalité dans les faits et nous voulons décider nous-mêmes de nos vies. Pour cela, nous ferons grève le 14 juin 2019 !

Nous sommes celles à qui on a confié le travail domestique, éducatif et de soins à la maison, sans lequel la société et l’économie ne fonctionneraient pas.

Nous nous occupons et préoccupons des enfants, des parents âgés. Mais nous manquons d’argent et de temps.

Dans un système patriarcal et capitaliste qui hiérarchise le masculin et le féminin, nous sommes celles qui sont exposées au sexisme, aux discriminations, aux stéréotypes et aux violences, sur le lieu de travail, dans la formation, dans la rue, à la maison et dans les institutions étatiques. »

Logo de la grève féministe ©Charlotte Passera

C’est ce qu’on peut lire sur le site officiel de la grève féministe suisse du 14 juin 2019.

Grève du ménage, grève administrative, grève étudiante… Que ce soit à la maison, sur le lieu de travail, dans la rue, à l’université, chaque femme est appelée à se mobiliser à son échelle et selon ses capacités.

Les femmes de Suisse font grève contre les inégalités de genre

Rachel et Marie ont toutes les deux 29 ans, elles sont Suisses, et elles m’ont contactée pour parler de cette grève nationale dans laquelle elles s’investissent toutes les deux à leur manière.

Marie est éducatrice spécialisée dans un atelier d’art et d’artisanat dans un centre pour personnes avec un handicap mental.

Elle s’est greffée depuis Noël au comité d’organisation de la grève, en tant que petite main, par sa pratique du dessin.

View this post on Instagram

Pourquoi faire la grève le 14 juin 2019? Le gène du travail ménager ne fait pas partie de notre ADN et pourtant il nous est principalement assigné. La charge physique et mentale qu’implique tout ce travail n’est pas prise en considération. Ce travail est tellement dévalorisé qu’il en devient invisible. Il est pourtant indispensable au fonctionnement de l’économie et de la société. Et il permet aux conjoints, aux enfants et proches de se réaliser dans la vie. Nous voulons que le temps de travail domestique soit partagé et reconnu dans toutes les assurances sociales, en particulier pour nos retraites. http://grevefeministe2019.ch @maryradkow #feminist #illustratrice #grevedesfemmes #grevefeministe #14juin2019 #chargementale

A post shared by Grève Féministe Genève (@grevefeministegeneve) on

Illustration de Marie pour le compte Instagram de la grève féministe suisse

Éducatrice, artiste, féministe… Vendredi, Marie ne descendra dans la rue qu’après 16h, mais avant ça, elle fera vivre le mouvement sur son lieu de travail :

« Je me suis vachement posée la question pour vendredi, je me suis demandée si j’allais faire cette grève ou pas.

Moi personnellement ce qui me touche le plus ce sont des revendications que je n’ai pas à faire à mon employeur mais que je veux faire à la société.

Vu que je travaille avec des personnes handicapées mentales, c’était hyper important pour moi que celles qui travaillent à l’atelier puissent y participer.

Donc j’ai préféré organiser une journée au boulot. Je vais leur faire faire du self défense, du yoga, et de la peinture autour de l’égalité homme/femme, comment je me sens en tant que femme, etc.

Je vais essayer de profiter de cette journée pour qu’elles puissent participer à cet événement à leur manière, et après évidemment je partirai manifester à 16h ! »

La grève des femmes suisses, une initiative féministe

Pour Rachel comme pour Marie, c’est la première fois qu’elles s’investissent autant dans un mouvement revendicatif, et qu’elles manifestent, dans un pays où l’éducation à la grève est quasi inexistante.

Rachel est bibliothécaire scolaire, et elle espère que cette grève ne sera que le début d’une prise de conscience collective :

« J’attends beaucoup de cette mobilisation, en sachant qu’elle ne sera que l’amorce d’un long combat.

J’aimerais que nous, les femmes, prenions conscience des conditionnements dans lesquels nous sommes maintenues et comprenions intimement que sommes capables, légitimes et que nous avons le droit d’être celles que nous sommes.

Que nous apprenions à repérer les injustices sexistes et à nous en défendre. Que nous réalisions l’ampleur de la charge mentale que nous portons jour après jour et que nous apprenions à nous écouter et à déléguer.

Que nous ayons la possibilité d’arpenter notre environnement et notre existence avec spontanéité et insouciance.

La manifestation va nous permettre d’investir l’espace public ensemble, pour une fois, ce qui va représenter une première libération.

J’aimerais que nous, citoyens et citoyennes, nous nous rendions compte de l’omniprésence des stéréotypes de genres et que nous veillions à ce qu’ils ne soient plus véhiculés au travers de l’éducation, qu’elle soit scolaire, académique ou familiale. »

©Charlotte Passera

Pour Marie, ce sera un premier pas dans son engagement militant :

« Ce que je trouve génial avec cette grève c’est que c’est important pour 8000 raisons différentes, et que chacune a un ou deux chevaux de bataille qui la concerne plus, ou qui sont plus importants à ses yeux.

Entre les inégalités salariales, les violences faites aux femmes, les violences sexuelles, le harcèlement de rue, les revendications des mères…

Chacune peut trouver un ou deux points et se dire « ok, ça, ça me concerne ».

À l’échelle de ma vie à moi, cette grève c’est un bon début, une porte ouverte sur le fait d’être plus actrice et de vraiment participer à des évènements féministes.

Je pense et j’espère que c’est le début de plein d’autres choses ! »

Suivre la grève féministe suisse du 14 juin

Vendredi, la Suisse sera donc violette, et les femmes seront dans la rue.

Pour suivre les actualités de la grève si tu n’es pas en Suisse, tu peux jeter un œil au site de la grève féministe, t’abonner à la page Instagram de la grève féministe de Genève, ou à la page Facebook du collectif du Canton de Vaud.

Il existe plusieurs pages Facebook selon le canton ou le collectif où tu pourras trouver les programmes de la journée de vendredi.

Tu peux aussi écouter le podcast Binge La grève des femmes, Suisse repetita dont le premier épisode est disponible depuis mardi 11 juin.

Et surtout, si toi-même tu participes à la grève vendredi en Suisse, n’hésite pas à nous envoyer des photos et des vidéos sur notre compte Instagram @madmoizelledotcom !

À lire aussi : Pourquoi Alyssa Milano appelle à la grève du sexe

Oceane

Oceane

Océane est chargée des témoignages sur madmoiZelle ! Sa passion, c’est vos vies, surtout quand elles lui font réfléchir à la sienne. Elle aime aussi le froid, les arbres et les avocats.

Tous ses articles

Commentaires

Acathe

@Nastja Je pense que tu es très assurée (et tant mieux!) si tu oses demander plus parce que tu estimes le mériter, mais je pense que c'est loin d'être le cas de tout le monde. Certains managers font bien en sorte de démolir notre confiance en nous ou bien nous répètent que l'entreprise ne peut pas se permettre de payer plus que notre pauvre salaire. Et c'est surtout sans compter les minorités qui sont discriminées par leur salaire mais également par l'attitude que leur porte leurs employeurs, donc j'imagine bien que ca pâtit largement ensuite sur l'estime de soi et la valeur qu'on a.
Enfin je repense à mon copain, pourtant homme blanc, il était convaincu de ne rien valoir au niveau salarial. Donc j'imagine bien que c'est également le cas ou pire pour une femme noire cumulant d'autres signes discriminants, par exemple.

Pour moi la vidéo a beaucoup de sens dans notre cas en Suisse (le cas de cet article) puisqu'ici certains employeurs interdisent à leurs salariés de divulguer leur salaire. Ce n'est donc pas chacun qui choisit si ca l'avantage ou non, si on va le lui reprocher ensuite etc, c'est l'employeur qui prend cette mesure intentionnellement. A partir de là, j'imagine bien qu'il ne le fait pas pour nous protéger des éventuelles râleries des autres professions qui nous trouveraient trop avantagés.... Mais bien pour masquer des salaires trop bas et bien sûr dans un intérêt économique. (De toute façon, les grosses boîtes font analyser par des professionnels quelles sont toutes les meilleures stratégies pour faire du profit, celle-ci doit certainement en faire partie..... :lol::sick:)

Du coup concernant la France je n'en sais rien il faudrait trouver des études à ce sujet, mais je pense que la Suisse devrait largement partager cette pratique pour plus de transparence. Ici il n'y a pas de salaire minimum, la sécurité de l'emploi est beaucoup moins assurée mais par contre le chômage est faible (même si son calcul est tordu), du coup on peut envisager de mettre la pression à son employeur sous peine de partir.

Cela dit, même en France où le chômage est élevé on peut imaginer mettre la pression à son employeur. Cette femme le fait à merveille en coachant des femmes racisées. Il faut avoir les bonnes stratégies j'imagine...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!