Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Arts & Expos

Interview de Philippe Lardy, qui expose au Point Éphémère

Peintre et illustrateur connu pour ses dessins éditoriaux publiés dans le New York Times, Philippe Lardy est mis à l’honneur en ce moment, au Point Éphémère.

L’occasion, entres autres, pour l’artiste suisse qui a longtemps vécu et travaillé aux Etats-Unis, de présenter « New York Chronicle », un livre qui revient sur sa carrière et les rencontres fortes qui l’ont jalonnée. madmoiZelle a rencontré l’artiste pour lui poser quelques questions.

DSC03634

Cette exposition est consacrée à vos peintures. Mais vous avez aussi longtemps été illustrateur…

La fin des années 80 et le début des années 90 marquaient l’âge d’or de l’illustration. On trouvait des dessins partout : sur les couvertures des magazines, dans la publicité, à travers les affiches dans la rue… C’était avant que la photographie ne vole au dessin ses lettres de noblesse.

Étant basé à New York, j’ai pu travailler avec le New York Times pendant un paquet d’années – je leur faisais 3 dessins en noir et blanc par semaine. Aujourd’hui et depuis Internet, un illustrateur habitant Tokyo peut voir son dessin publié dans un canard américain le lendemain. À mon époque, il fallait attendre que le coursier de la rédaction passe récupérer lui-même les dessins à l’atelier !

Vous vous êtes installés à Paris il y a 11 ans. J’ai lu que ce déménagement coïncidait avec une rupture souhaitée dans votre carrière.

J’étais très amoureux de New York, mais son rythme de vie frénétique me fatiguait. Le dessin éditorial est un domaine qui m’exaltait, mais après toutes ces années dans le métier, j’ai ressenti le besoin de me lancer un nouveau défi : me concentrer sur mon activité de peintre. C’est en ce sens que quitter New York et mes réseaux de contacts professionnels, pour Paris et un atelier au calme, m’a été salvateur.

Dessiner pour la presse, était-ce à ce point frustrant ?

bible-closeup

Tout le jeu de l’illustration éditoriale, c’est de ne pas voir les contraintes comme des handicaps, mais comme un tremplin. Illustrer un papier paraît réducteur, mais tout l’art réside en la capacité que vous aurez à transcender le sujet. Autrement dit : dépasser le rôle descriptif du dessin, et le transformer en parabole. Là est votre marge de manœuvre. L’enjeu, c’est donc de réussir à illustrer un sujet d’actualité qui parlera à tout le monde, tout en utilisant ses propres codes. Et j’ai adoré faire ça ! Mais il est arrivé un moment où j’ai eu envie d’explorer davantage toutes ces choses sombres et silencieuses qu’il y a aussi en moi…

Et vous avez fait de la peinture un moyen d’exprimer votre intériorité…

Exactement. Comme pour injecter un équilibre dans ma démarche artistique, je me suis mis à faire en peinture tout ce que je ne pouvais pas faire dans un dessin éditorial : m’éloigner de la narration, jouer avec les couleurs, parler de mes rêves. Chaque toile est une introspection. La peinture a élargi mon champ des possibles. Je suis maintenant libre d’exprimer ce que je veux.

Quelles sont vos plus grandes influences ?

Les origines de ma mère m’ont fait grandir bercés par des contes scandinaves. Je suis fasciné par l’imagerie des forêts, des vastes paysages. « La Belle au bois dormant » m’a aussi beaucoup marqué – d’où cette toile que vous verrez dans l’exposition, sur laquelle j’ai peint un labyrinthe de ronces. J’aime aussi beaucoup l’art asiatique. Et l’œuvre de Sol Lewitt. Il m’a d’ailleurs inspiré ma toute dernière toile.

Philippe Lardy – « New York – Paris » / Point Éphémère Du 12 mai au 5 juin Vernissage ce soir à partir de 18h30 Exposition ouverte tous les jours de 14h à 19h / Entrée libre


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de Eden04
13 mai 2011 à 22h05
Eden04
C'est vraiment génial de voir une interview de Philippe Lardy ici, merci beaucoup! Bien joué Emilie!
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Humanoid Native
Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-07T175113.664
Culture

Bollywood Superstars : une exposition passionnante sur l’histoire du cinéma indien  

1
Morphine Blaze se confie sur son drag auprès de Madmoizelle lors d'une interview ChitChat Makeup // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

Morphine Blaze, drag queen : « J’ai été débookée de plein de shows parce que je suis une femme »

5
Jean-Baptiste Carhaix, Sister Sadie the Rabbi Lady. La première messe inter-églises « gay » en souvenir des malades du sida décédés depuis 1981, octobre 1983.
Arts & Expos

Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

1

La pop culture s'écrit au féminin