Live now
Live now
Masquer
[Site web] Visuel horizontal
Féminisme

Et si Mario tortillait du cul ? Women in Games inverse les genres dans le jeu vidéo pour plus d’égalité

L’association Women In Games a lancé une initiative pour dénoncer l’hypersexualisation des personnages féminins dans les jeux vidéo. Une chose est sûre : vous n’avez jamais vu un héros rouler des fesses comme ça !

Vous vous êtes sûrement demandé comment les personnages féminins de jeux vidéo font pour se battre telles les plus grandes badass tout en ayant les seins et les fesses à l’air ? Cette question, l’association Women in Games semble se l’être beaucoup posée. Et a décidé d’agir !

Le collectif, qui lutte pour la promotion de la mixité dans le gaming en France, a décidé de lancer #GenderSwap, un mouvement pour dénoncer l’hypersexualisation des personnages féminins dans les jeux vidéo. Et pour ça, quoi de mieux que d’inverser les genres ? Bah ouais, Link roule rarement du cul, faut le dire…

#GenderSwap ou la sexualisation gratuite des femmes dans les jeux vidéo

L’idée derrière #GenderSwap, c’est de montrer à quel point les personnages féminins sont « moddés » différemment des personnages masculins dans les jeux vidéos.

Pour ce faire, Women In Games s’est chargé d’échanger des animations histoire de mettre en évidence les stéréotypes. Le résultat ? Des héros masculins qui se frottent contre le sol lorsqu’ils tombent ou qui balancent leurs hanches de gauche à droite lorsqu’ils marchent.

Ce sont des détails ? Non, car une fois l’inversion entre les personnages faite, la différence est flagrante !

Le phénomène avait déjà été souligné notamment par le compte Tumblr The Hawkeye Initiative, qui se moquait des poses et costumes des héroïnes hypersexualisées de comics en les remplaçant par Hawkeye.

Côté jeux vidéo, les personnages de Batman et Catwoman avaient déjà été inversés. Résultat : un Chevalier Noir chaud comme une baraque à frites…

Dans un article publié sur le site de Women In Games, la présidente de l’association Morgane Falaize explique le but de #GenderSwap :

« Certaines séquences (dans la bande-annonce du projet) étaient déjà bien connues des internautes, d’autres un peu moins. Mais présentées toutes ensemble, elles permettent de prendre conscience de la généralisation du problème.

Les choses bougent et il y aura des exceptions ; mais pour une Aloy d’Horizon ou une Ellie de The Last of Us, ce sont des dizaines et des dizaines de personnages féminins caricaturaux qu’on rencontre encore trop souvent. 

Au même titre que le cinéma, la télévision ou la publicité, les jeux vidéo ont un impact sur la représentation que nous avons du monde et les interactions avec les autres. »

L’association organise sur Twitch les 15 et 16 février des lives sur plusieurs chaînes de gameuses et de gameurs qui vont jouer à ces versions « inversées » des jeux vidéo.

Dans le jeu vidéo aussi, les femmes sont là pour rester

En plus d’annoncer ce projet, la vidéo de Women In Games rappelle quelques chiffres montrant que les femmes font bien partie du paysage lorsqu’il s’agit de gaming en France :

  • 1 joueur sur 2 est une joueuse
  • 22% des personnes travaillant dans les studios de développement sont des femmes

Cependant, l’image des femmes dans les jeux vidéo reste très sexiste, cliché et hypersexualisée — souvent sans aucune raison.

Paradoxe : on a constaté récemment avec par exemple l’expérience de la streameuse Amouranth que les femmes qui se sexualisent elles-mêmes sur Twitch, ça ne fait pas plaisir non plus ! Ah, les joies du patriarcat…

Pour faire changer les choses et découvrir vos persos masculins préférés comme vous les avez jamais vus, vous pourrez découvrir #GenderSwap les 15 et 16 février sur les chaînes des streameuses et streameurs Morrigh4n, KAOsvmd, RedFanny_ , Adyboo, Hiuuugs, Modiiie, Nimelya et Titavion.

À lire aussi : Entre surmenage et harcèlement, Amouranth, streameuse « hot tub », nous invite dans sa vie pas si rose

Crédit photo : Twitter de Women In Games


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

1
Avatar de Zazou001
16 février 2022 à 19h02
Zazou001
Merci pour cet article - je viens d'envoyer la vidéo à mon copain développeur qui travaillait dans une boîte de jeu vidéo (comme quoi, on se rend bien compte de l'absurdité des choses pas seulement en les soulignant mais en intervertissant les rôles - il ya encore du chemin à faire !)
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin