Live now
Live now
Masquer
charge mentale-inégalité-homme-femme-charge-mentale-vacances-
Société

En vacances, les femmes s’occupent de tout et les hommes… conduisent !

Planification, réservation, valises des enfants, cuisine, ménage… La charge mentale des femmes ne disparaît pas lors des vacances, voire elle s’intensifie, d’après une étude IFOP, révélée le 7 juillet 2022.

La charge mentale ne prend jamais de vacances. Et les femmes sont bien sûr en première ligne. Pour preuve, 66% d’entre elles affirment en faire plus que leur partenaire lorsqu’il s’agit d’organiser une escapade au bord de la mer ou encore une virée à la montagne, selon un sondage Ifop, en partenariat avec Voyageavecnous.fr, publiée le 7 juillet 2022.

Avant même le départ en vacances, la gent masculine peine à s’investir : toujours selon l’Ifop, 48% des femmes doivent réserver l’hébergement contre 26% des hommes. Il y a aussi le cauchemar des valises des bambins à préparer, comme c’est le cas pour 78% des Françaises. Et malheur, une fois, sur place, le bal des inégalités ne s’interrompt pas.

« Les vacances n’échappent pas au privilège de genre »

Sans surprise, le déséquilibre structurel dans les tâches du quotidien se perpétue loin du domicile, comme le confirme François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualité et santé sexuelle » à l’Ifop, auprès de notre consœur de Libération :

« Les vacances n’échappent pas au privilège de genre. Même pour s’occuper des enfants durant le voyage, la prise en charge est plus féminine que masculine. »

Les chiffres de l’étude parlent d’eux-mêmes : 54% des femmes préparent les repas en vacances, contre 24% des hommes. Et il y a encore la question du ménage et de l’entretien du lieu de villégiature : 53% des femmes s’en occupent contre 15% des hommes. Mais que sont les vacances pour les femmes ? Peu reposantes évidemment, surtout lorsqu’on a des enfants : 75% d’entre elles nettoient leur linge, même loin de leur domicile.

charge mentale-inégalité-homme-femme-charge-mentale-vacances-été-
© Adam Sherez – Unsplash

Que font les hommes ? Conduire leurs bolides !

Vous vous demandez alors ce que font les hommes durant leurs congés, hormis de bronzer les orteils en éventail ou de jouer à la pétanque ? Ils sont aux commandes de leurs gros bolides, pardi ! En effet, 58% des hommes se chargent de conduire sur le trajet des vacances contre 18% des femmes. Vous nous entendez grincer des dents face à ce constat criant de sexisme ?

François Kraux assure que ce n’est pas nouveau :

« C’est ce que l’on avait déjà remarqué dans une étude l’année dernière, indépendamment des vacances : les rôles de genre évoluent très peu dans l’habitacle des voitures familiales. »

Partager la route équitablement avec son partenaire, reviendrait-il à remettre en cause sa virilité ? L’automobile doit-elle rester un objet de pouvoir, prestige et contrôle uniquement masculin, par peur d’émasculation de ces derniers si les rôles s’inversaient ? Bon, c’est au moins un élément en moins à faire pour la femme. Mais cette prise d’initiative en voiture n’annule en aucun cas la charge mentale qu’elles subissent le reste du temps.

« Les inégalités existent à la fois au quotidien mais aussi dans ce qui relève de l’exceptionnel, comme les vacances », conclut François Kraus. Quelle poisse, la charge mentale est partout, tout le temps… En 2022, le progrès est au moins là : on tente enfin de la chiffrer !

En mai dernier, un sondage Ifop mettait déjà en lumière une autre inégalité au sein du couple : 81% des femmes déclarent en faire plus que leur conjoint dans les tâches associées aux animaux de compagnie. Vous l’avez compris, ce n’est pas nouveau, les femmes demeurent les premières de corvées que ce soit en vacances ou au quotidien.

À lire aussi : Pas de surprise, l’arrivée d’un enfant renforce les inégalités femme-homme dans le monde professionnel

Image en Une : © Jakob Owens – Unsplash


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

23
Avatar de Mimicollo
24 juillet 2022 à 10h33
Mimicollo
perso, c'est mon conjoint qui s'occupe de tout en vacances, de la destination, des lieux ou on va planter la tante, des endroits à voir. Je suis nulle pour ca, je sais pas du tout faire. Il conduit aussi, plus parce que il juge qu'il conduit mieux que moi et qu'il consomme moins d'essence de ce fait. Il dit bien qu'il porte la charge mentale dans notre couple. Bon faut dire je conduis jamais aussi, et vu que je n'ai pas de voiture...
Perso, je m'occupe surtout de la nourriture, des courses, et des vêtements. du rangement aussi.
mais oui j'avoue, dans notre couple, c'est mon conjoint qui aurai la charge mentale, moi absolument pas.
3
Voir les 23 commentaires

Plus de contenus Société

Oui, l'inflation ruine aussi notre libido // Source : Unsplash
Sexo

Oui, l’inflation ruine aussi notre libido

1
Deux femmes asiatiques qui portent fièrement le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT // Source : Ezrin Nazan de Ezrin Nazan
Société

Fratries queer : iels ne sont pas solo dans leur famille à être LGBT+

Source : Philippe
Société

Un conseiller politique Renaissance en garde-à-vue pour viols, séquestration et menaces de mort

5
Donald Trump // Source : Capture d'écran Youtube
Actu mondiale

Donald Trump inculpé pour sa gestion des archives de la Maison Blanche

Source : Peter Glaser / Unsplash
Société

La FFF ouvre une enquête pour harcèlement sexuel et moral après les révélations d’un ex-arbitre

Source : Unsplash
Actu mondiale

Face à la montée de la censure de livres de la part des conservateurs, Joe Biden monte au créneau

5
Source : Madmoizelle
Témoignages

« Dès lors qu’on porte la parole de notre enfant, on n’est pas crue, pas entendue » : Pauline Bourgoin raconte son douloureux combat contre l’inceste

Source : Alexander Hafemann
Ecologie

Dérèglement climatique : Qu’est-ce que la glace de mer ?

2
Peta // Source : Maya Jorge
Société

Idée cadeau : et si vous léguiez votre foie à vos opposants, comme cette activiste avec Macron ?

1
Source : Unsplash / Jason Leung
Actu mondiale

Un rapport dénonce de multiples maltraitances au sein de l’ONG SOS Villages d’Enfants

La société s'écrit au féminin