Live now
Live now
Masquer
petr-sidorov-unsplash-sorciere
Actu mondiale

En reconnaissant les victimes de la chasse aux sorcières, l’Écosse fait face à son histoire

06 jan 2022
Pendant deux siècles, la sorcellerie a été un crime capital en Écosse. Et ce sont les femmes qui ont été les principales victimes de ces lois injustes : des milliers ont été torturées et tuées. Une grâce posthume pourrait bientôt être votée par le Parlement.

C’est historique : l’Écosse pourrait accorder dans les mois à venir un pardon posthume aux victimes de la chasse aux sorcières perpétrée pendant plusieurs siècles.

Mi-décembre, des membres du parlement écossais ont annoncé qu’ils devraient examiner une loi. Une initiative soutenue depuis longtemps par la Première ministre Nicola Sturgeon.

Corriger les crimes du passé

« L’injuste criminalisation de ces femmes n’a fait que renforcer les stéréotypes de genres dans la société contemporaine », estime la parlementaire Natalie Don, « et je crois que corriger ces erreurs aura un vrai impact sur les comportements genrés et patriarcaux qui existent encore aujourd’hui. »

Le combat est porté depuis plusieurs années par Witches of Scotland qui demande que l’Écosse accorde une grâce posthume aux victimes, présente des excuses, et érige un monument national en leur mémoire.

L’organisation a récolté des données historiques sur cette partie de l’histoire écossaise : près de 4.000 personnes ont été accusées de sorcellerie au cours des deux siècles durant lesquelles le Witchcraft Act a été en vigueur.

84% d’elles étaient des femmes. Witches of Scotland estime que 2148 femmes et 410 hommes ont été condamnés à mort durant cette période. La loi prévoyait une mort par strangulation, et les corps ensuite brûlés au bûcher afin qu’il n’en reste aucune trace.

Ce sont aussi des actes de barbarie qui ont été perpétrés pour extorquer des aveux : les personnes accusées étaient enfermées et privées de sommeil, examinées eu vue de trouver la marque des sorcières (censée représenter leur allégeance au diable, mais étaient le plus souvent de simples tâches de naissance), torturées aux moyens d’aiguilles enfoncées dans la peau ou sous les ongles.

Si le Witchcraft Act a été levé au 18ème siècle, la chasse aux sorcières a eu des conséquences durables estime l’avocate Claire Mitchell à Euronews :

« Je crois qu’il y a eu des répercussions de ces procès. Pendant une période de 200 ans, les femmes ont eu peur. Elles ont eu peur de se distinguer. Elles ont eu peur de dire ce qu’elles pensent, et cela les a maintenues à une place où elles avaient peur. Et cela a du avoir un impact sur la psyché des femmes qui l’ont transmis à leurs enfants. »

The Wall Street Journal s’est penché sur un procès mémorable de cette période, montrant le poids des superstitions et de la misogynie qui ont conduit à la mort de centaines de femmes : celui des sorcières de North Berwick.

Nous sommes en 1589 quand le mariage du roi Jacques VI est retardé à cause d’une mauvaise météo. Le bateau qui transporte sa future femme, Anne du Danemark, est forcé d’accoster en Norvège à cause de vents violents. Intolérable pour le monarque, pour qui les responsables de la tempête sont… les sorcières.

North_Berwick_witches
Les sorcières de North Berwick en train de jeter un sort.
Unknown author, Public domain, via Wikimedia Commons

Plusieurs femmes furent arrêtées, torturées et exécutées — l’une, Agnes Sampson, fut interrogée par Jacques VI lui-même.

Un pardon pour le futur et pour servir d’exemple ?

Cette reconnaissance et ce pardon sont loin d’être anecdotiques ou folkloriques. Pour Claire Mitchell, il y a d’ailleurs des similarités entre la chasse aux sorcières et d’autres périodes historiques dont les conséquences sont aujourd’hui encore très concrètes :

« Ce n’est pas différent de la façon dont l’Écosse doit faire face à son rôle dans la traite transatlantique des esclaves. »

Une reconnaissance du passé qui pourrait aussi être importante à l’étranger. Selon Leo Igwe, militant sud-africain travaillant sur les accusations de sorcellerie contre les enfants et contre les femmes, le geste de l’Écosse « pourrait donner un nouvel élan pour abolir le crime de sorcellerie dans de nombreux pays. »

À lire aussi : La Witch House, musique des sorcières, va-t-elle sortir de l’ombre ?

Crédit photo : Petr Sidorov via Unsplash

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu mondiale

Actu mondiale
Todd Cravens / Unsplash

Autour de New York, les baleines reviennent après des décennies de travail de préservation

Aïda Djoupa

27 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu mondiale
giorgia meloni vox – vertical

En Italie, la possible arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni fait craindre le pire aux féministes

Actu mondiale
adnan

Aux États-Unis, Adnan Syed est libéré après 23 ans de prison grâce au podcast Serial

Maya Boukella

21 sep 2022

1
Actu mondiale
Israel Sunseth / Unsplash

Les villes d’Europe s’éclairent à la lumière bleue, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Aïda Djoupa

21 sep 2022

4
Actu mondiale
manifestation mahsa amini iran

Vent de révolte en Iran après la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs

Maëlle Le Corre

20 sep 2022

2
Actu mondiale
R. Kelly reconnu coupable de pédopornographie, ce qui ajoutera à sa peine de 30 ans de prison

Déjà condamné à 30 ans de prison, R. Kelly est aussi reconnu coupable de pédopornographie

Anthony Vincent

16 sep 2022

2
Actu mondiale
mort-reine-elizabeth

La Reine Elizabeth II est décédée

Manon Portanier

08 sep 2022

1
Actu mondiale
Elizabeth_II_in_Berlin_2015_wikimedia commons – polizei berlin

Que va changer la mort d’Elizabeth II pour les Britanniques ?

Maëlle Le Corre

08 sep 2022

2
Actu mondiale
reine-elizabeth-discours-games-of-thrones

Elizabeth II : voici comment suivre l’évènement historique en direct

Actu mondiale
sareh iran 6rang

En Iran, deux militantes lesbiennes condamnées à mort en raison de leur engagement

Maëlle Le Corre

06 sep 2022

2

La société s'écrit au féminin