Live now
Live now
Masquer
pecresse-matins-presidentiels-france-info
Politique

Contre les violences conjugales, Valérie Pécresse présente son plan inspiré des succès espagnols

La candidate Les Républicains Valérie Pécresse se positionne sur l’enjeu des violences faites aux femmes et dégaine plusieurs propositions pour mieux protéger les victimes de violences conjugales, taclant le bilan d’Emmanuel Macron sur le sujet, mais aussi le manque d’intérêt, selon elle, de ses concurrents dans la course à la présidentielle.

Donner « une attention particulière et singulière à la situation des femmes ».

C’est son identité de femme que Valérie Pécresse n’hésite pas à brandir en affirmant que si elle est élue présidente de la République en mai prochain, elle agira contre les violences faites aux femmes, et probablement mieux que ses adversaires hommes.

Invitée des Matins présidentiels de France Info (format dédié au décorticage du programme d’un ou d’une candidate), l’actuelle présidente de la région Île-de-France a présenté plusieurs mesures de son programme, dont ses propositions concernant la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

L’objectif de Valérie Pécresse contre les violences conjugales : réduire les délais et s’inspirer de l’Espagne

Elle propose un plan d’urgence de la justice avec un recrutement massif de magistrats et magistrates, qui permettra selon elle d’enfin répondre à l’urgence sur la question des violences faites aux femmes.

Suffisant ? Dans l’état des lieux dressé par France Inter concernant les mesures des candidats et candidates à la présidentielle pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, l’organisation féministe Nous Toutes rappelle « la nécessité d’un budget spécifique dédiée aux femmes victimes de violence ».

« @Ithmus / flickr »

La candidate LR compte aussi renforcer l’offre de formations destinées aux forces de l’ordre chargées de recevoir les plaintes.

La question des féminicides était évidemment incontournable au vu de l’actualité récente : 113 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2021, et 4 femmes déjà tuées en ce tout début d’année 2022, rappelait l’organisation Nous Toutes ce 10 janvier au matin dans un communiqué.

Afin de lutter contre les meurtres des femmes par leur conjoint ou ex-conjoint, Valérie Pécresse entend créer « une juridiction spécialisée qui prononcera des ordonnances de protection en moins de six jours, et de préférence dans les 24 ou 48 heures. ».

Elle affirme vouloir reproduire le modèle de l’Espagne, qui a mis en place un arsenal juridique sévère, et qui porte ses fruits. En 2017, c’est un budget d’un milliard d’euros qui a été alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Une réponse pénale, mais qu’en est-il de la prévention ? Valérie Pécresse affirme vouloir agir dès l’école : des campagnes dans l’Éducation nationale « Tu m’aimes tu me respectes » ; rendre plus accessible et visible le violentomètre, outil pour sensibiliser à reconnaître les mécanismes d’emprise.

violentometre

« Je ne vois aucun candidat se préoccuper vraiment de cette situation », clame la candidate LR déplorant par la même occasion l’inaction du gouvernement d’Emmanuel Macron, « encore une grande cause pour rien, encore des promesses sans résultat ».

Face aux mesures présentées jusqu’ici par l’ensemble des candidats et des candidates – car Valérie Pécresse n’est pas la seule à faire des propositions sur le sujet –, Nous Toutes juge que le compte n’y est toujours pas et que les annonces manquent de concret.

« En réalité, beaucoup de choses pour lutter contre les violences conjugales sont déjà mises en places, mais ne sont pas appliquées », déplorait Marylie Breuil auprès de France Inter.

À lire aussi : Jean-Luc Mélenchon réitère une belle promesse sur le droit à l’IVG

Crédit photo : France Info (capture)

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :

Les Commentaires
4

Avatar de Mayushi
11 janvier 2022 à 03h13
Mayushi
On parle d'une candidate à la présidence de la République qui a sortit dans le plus grand des calmes devant des journalistes "rien de tel qu'une femme pour faire le ménage" et qui la même année était dans la manif pour tous... donc bon elle peut dire ce qu'elle veut j'aurais du mal a lui donner du crédit.
Surtout que l'on sait que quand une personnalité politique dit/fait des choses face caméra c'est qu'en off le discours / la pensée est bien plus tranchée.
Alors certain.e.s diront qu'elle ne réfléchissait peut être pas en parlant, que la manif pour tous c'était il y a 6 ans, mais c'est le genre de phrase et de geste que j'oublie pas personnellement. Je ne juge pas les candidat.e.s que sur les 3 mois de campagne quand ils nous promettent tout.e.s monts et merveilles.
On dirait surtout qu'elle essaye de manger à tous les râteliers. C'est plus intéressant d'un point de vu électoraliste aujourd'hui de parler des violences conjugales et de se poser en femme pour essayer de gratter des voix que d'être contre le marriage homosexuel et l'homoparentalité.
Et pour parler de ses propositions, les ordonnances de protection ne sont déjà pas exécutées correctement aujourd'hui (cf le reportage d'Envoyé Spécial de la semaine dernière), en prononcer plus et plus vite ne changera rien. Les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de les faire respecter... on possède pourtant maintenant des moyens technologiques largement au point pour empêcher une personne d'entrer en contact avec une autre, mais personne ne fait rien. Le port d'un bracelet électronique sur le conjoint violent ne peut se faire qu'en cas de condamnation pénale ou si le conjoint est d'accord... et comme souvent dans les affaires de ce genre le conjoint violent n'est pas jugé assez rapidement (donc présumé innocent) et reste donc libre sans bracelet. Ce n'est pas qu'une question d'argent mais surtout de volonté politique.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Politique

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
Capture d’écran 2022-12-12 à 14.59.25
Actu mondiale

À 18 ans, Jaylen Smith devient le plus jeune maire afro-américain de l’histoire des États-Unis

Camille Lamblaut

12 déc 2022

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Capture d’écran 2022-11-28 à 12.01.10
Politique

Affaire Quatennens : Clémentine Autain propose la création d’une charte au sein de la Nupes

Camille Lamblaut

28 nov 2022

visuel vertical ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

6
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-18 à 22.55.07
Actu mondiale

Figure importante de la politique américaine, Nancy Pelosi laisse place à la « nouvelle génération »

Camille Lamblaut

18 nov 2022

1
Laurent Bigorgne, ancien directeur de l’Institut Montaigne, a reconnu avoir versé de la MDMA dans le verre de Sophie Conrad à son insu
Actu en France

Un proche d’Emmanuel Macron comparaît devant la justice pour avoir drogué une ancienne collaboratrice

Camille Lamblaut

10 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43
Politique

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

Capture d’écran 2022-09-19 à 12.57.22
Politique

Après les justifications d’Adrien Quatennens, les féministes s’indignent contre les réactions de LFI

La société s'écrit au féminin