Live now
Live now
Masquer
alexandra-richard-proces-appel
Féminisme

Condamnée pour le meurtre de son conjoint violent, Alexandra Richard se bat pour sa liberté

Le 19 octobre 2021, Alexandra Richard comparaîtra en appel pour le meurtre de son conjoint, Sébastien G. Mais il ne s’agit pas d’une affaire d’homicide banale : Alexandra était battue, violée par cet homme. Elle a été condamnée à dix ans de prison.

Alexandra Richard, aujourd’hui âgée de 43 ans, est une femme comme les autres. Une femme avec du caractère, « dure à cuire » et bosseuse, selon ses proches. « Une maman géniale » toujours là pour les autres, selon sa fille aînée Enola, qui est aujourd’hui âgée de 19 ans. 

Alexandra Richard, femme quadragénaire aux cheveux courts, regarde l'objectif, souriante.
Alexandra Richard (photo fournie par sa famille)

En 2012, Alexandra est mariée, maman de deux petites filles, et elle a un boulot stable. Mais son couple bat de l’aile. Elle fait alors la connaissance de Sébastien G., au travail.

Au début, la mère de famille décrit une histoire « passionnelle » entre eux, une véritable idylle. Sébastien est aux petits soins, il la met en confiance ; Alexandra tombe folle amoureuse de lui. Elle se sépare de son mari, et Sébastien s’installe très rapidement chez elle.

C’est là que le piège se referme.

La spirale des violences conjugales emprisonne Alexandra Richard

L’homme, déjà condamné en 1999 pour avoir tiré sur un rival amoureux, a des problèmes d’alcool. Il boit au moins cinq verres de whisky par jour. Mais il va surtout parvenir à assujettir complètement sa conjointe, selon un processus de manipulation psychique bien précis, très courant dans les cas de violences conjugales.

Sébastien G. isole Alexandra de ses proches, contrôle ses moindres faits et gestes, la rabaisse, et décide de tout pour elle, jusqu’à ses achats personnels. Elle ne peut pas prendre sa douche seule, ou communiquer avec quelqu’un sans que son conjoint ne vérifie tous ses échanges. Sébastien se met aussi à la frapper, et à la violer, quasi quotidiennement.

Lorsqu’il redevient « doux », l’espace de quelques heures, la mère de famille — sous emprise — lui pardonne. Sa fille Enola raconte :

« Elle qui avait d’habitude du caractère, du répondant, devenait soumise, tout le temps en train de baisser les yeux devant lui. »

« Ma relation avec Sébastien, je la définis en trois mots : alcool, violences et soumission. »

Alexandra Richard

Sébastien veut un enfant, qui viendrait selon lui « sceller leur amour ». Sa conjointe accepte, et finit par tomber enceinte. Pendant sa grossesse, les violences continuent. Le 8 mai 2015, la mère de famille, qui ressent de vives contractions, demande à son conjoint de l’emmener à la maternité. Il refuse : il ne la croit pas, elle « exagère ».

Alexandra Richard va finir par accoucher seule, dans sa chambre, face à un miroir. 

Et la naissance de leur fils ne va rien apaiser. Sébastien serait jaloux de l’attention qu’Alexandra porte au nouveau-né. Les insultes et les menaces de mort fusent lorsqu’elle lui dit qu’elle veut le quitter.

Alexandra Richard se tient souriante, entourée de ses enfants.
Alexandra Richard (photo fournie par sa famille)

Les deux filles d’Alexandra — dont la plus âgée, Enola, n’a que 14 ans à l’époque — vivent elles aussi sous le contrôle permanent de cet homme. L’adolescente se souvient :

« C’est simple, on n’avait pas le droit de sortir de nos chambres. Il était aussi très jaloux : il s’en prenait constamment à ma petite sœur car il n’acceptait pas qu’elle ait besoin de l’attention de sa maman. »

Tout au long de cette période, Alexandra perd une trentaine de kilos. « Ma relation avec Sébastien, je la définis en trois mots : alcool, violences et soumission », rapporte la mère de famille lors de son premier procès. 

Comment la justice a laissé tomber Alexandra Richard

Elle a bien essayé de s’en sortir. En janvier 2016, après une énième scène de violences, Alexandra Richard trouve le courage d’aller porter plainte. La justice ordonne une simple « médiation pénale » qui aura lieu des mois plus tard, quelques jours avant le meurtre — une mesure « complètement inadaptée », selon l’avocat d’Alexandra, Maîtree Quentin Dekimpe, et qui a depuis été interdite (par la loi du 30 juillet 2020 visant à protéger les victimes de violences conjugales). 

Personne ne viendra confisquer les armes à feu qui se trouvent au domicile du couple. Sébastien, malgré sa condamnation à trois ans de prison en 1999, dispose d’un permis de chasse, de huit armes à feu, de 1200 cartouches et de plusieurs couteaux de chasse

Dans l’entourage du couple non plus, on ne s’inquiète pas plus que ça, comme le raconte Maître Dekimpe :

« Même lorsqu’Alexandra a tenté de s’ouvrir à une amie sur les violences qu’elle subissait, cette dernière ne l’a pas prise pas au sérieux. »

Le coup de feu, et l’abandon

Le 16 octobre 2016, Alexandra Richard finit par tirer sur son conjoint de 36 ans avec un fusil de chasse, à leur domicile de Montreuil-en-Caux, en Normandie. Sébastien G., alcoolisé, venait de menacer de la « fracasser ». Elle explique s’être alors emparée de l’arme pour le dissuader, et non pour le tuer ; mais en le voyant se lever et s’emparer du canon, elle aurait alors tiré, dans un élan de panique, pour sauver sa peau. 

Un collage féministe disant "J'vais t'tuer, j'vais buter tes morpionnes", une citation de Sébastien G.
Un collage féministe en hommage à Alexandra Richard (Osez Le Féminisme 76)

Alexandra est placée en garde à vue puis en détention provisoire pendant un an et dix mois. Derrière les barreaux, aucun suivi psychiatrique ne lui est proposé, alors que les médecins qui l’examinent affirment qu’elle souffre clairement de stress post-traumatique, une conséquence des violences qu’elle a subies.

Pour son avocat, Maître Quentin Dekimpe, « elle a été prise en charge comme un simple délinquante, sans que l’on entende qu’elle était également une victime ».

En novembre 2020, Alexandra comparaît devant la cour d’assises de Rouen, en Seine-Maritime. Face aux jurés, elle raconte le calvaire qu’elle a traversé avec Sébastien G. pendant près de quatre ans, mais assure qu’elle n’a jamais voulu le tuer, et qu’il s’agit d’un accident.

« Elle n’a jamais revendiqué fièrement son geste, elle s’en veut et elle se sait coupable. »

Quentin Dekimpe, avocat d’Alexandra Richard

Quand Alexandra Richard devient coupable, comme tant de femmes

De leur côté, les proches de Sébastien sont convaincus qu’elle grossit le trait, et qu’elle a bien tiré volontairement sur son conjoint ce soir-là. Ils dressent le portrait d’un homme bon, qui buvait certes, mais qui n’était finalement « pas si violent que ça ». Pour eux, Alexandra aurait donc menti sur toute la ligne.

Claire Charlès, porte-parole de l’association Les Effrontées, qui se bat aux côtés d’Alexandra Richard, s’offusque :

« Comme pour une femme victime de viol, on a disséqué, sa vie, sa sexualité pour que ça puisse être apporté à son discrédit, on a dit : “elle a trompé son mari donc c’est une menteuse et une manipulatrice”. »

« On ne dit pas qu’on doit se faire justice soi-même, mais on veut que les femmes soient protégées. »

Claire Charlès, LEs Effrontées

Au terme des débats, Alexandra Richard est reconnue coupable de meurtre, avec la circonstance aggravante qu’il est commis sur conjoint.  Autrement dit, on la met au même niveau pénal qu’un auteur de féminicide. 

Elle est condamnée à 10 ans de prison.

La décision des jurés est motivée par « les pires mythes sexistes » selon Maître Lorraine Questiaux, qui défend Alexandra Richard aux côtés de Quentin Dekimpe. On reproche par exemple à l’accusée de ne pas s’être enfuie, ou encore de ne pas avoir « assez de traces de violences » sur son corps.  

Léa Colin, porte-parole d’Osez Le Féminisme 76, était présente lors de ce procès. Pour elle, le verdict est un déni de justice.

« On a fait d’Alexandra une “mauvaise victime” car c’est une femme forte, mais les violences sont extrêmement graves, notamment les violences sexuelles. »

Un collage féministe disant "Sa détention provisoire est inacceptable" accompagné du hashtag #LibérezAlexandraRichard
Un collage féministe en hommage à Alexandra Richard (Osez Le Féminisme 76)

Depuis, les avocats d’Alexandra ont enchaîné les demandes de remise en liberté pour pouvoir préparer son procès en appel comme il se doit. Toutes ont été refusées. Pour Maître Dekimpe :

« Le fait que ça soit une femme, ça joue beaucoup. Les magistrats sont bien plus conciliants avec d’autres profils — pourtant, Alexandra Richard a un casier vierge, mais elle ose parler, donc ça dérange. Il y a une volonté politique de faire passer un message qui serait “les femmes : encaissez, restez tranquille, si vous ne partez pas, c’est votre problème”.

On veut dire aux victimes que c’est de leur faute. Alors qu’une victime n’a rien demandé, elle subit. »

« Je n’avais pas envie de perdre ma mère »

Aujourd’hui, après un an derrière les barreaux, Alexandra se sent « épuisée » selon son entourage. Mais elle est prête à se battre de nouveau. Maître Questiaux affirme :

« Je suis admirative de son courage. Elle veut tenir pour ses enfants. »

« Elle s’en veut de nous faire vivre tout ça mais moi, je lui en veux pas : je n’avais pas envie de perdre ma mère et c’est ce qui se serait passé si elle n’avait rien fait », explique Enola, la fille aînée d’Alexandra.

Un collage féministe citant une ex compagne de Sébastien G. disant à Alexandra Richard : "Merci de m'avoir pris Sébastien, tu m'as sauvé la vie".
Un collage féministe en hommage à Alexandra Richard (Osez Le Féminisme 76)

La légitime défense doit être prise en compte dans des cas de violences conjugales

En 2015, l’affaire Jacqueline Sauvage ouvre le débat sur la légitime défense des femmes battues. En France, elles sont chaque année une dizaine à tuer leur conjoint après avoir subi des violences. Pourtant, seules trois femmes ont à ce jour bénéficié du régime de la légitime défense et ont été acquittées, non sans se battre (Florianne Harelle, Adriana Sampaïo et Alexandra Lange).

Maître Questiaux et Maître Dekimpe ont d’ailleurs défendu l’une d’elles, Adriana Sampaïo. Comme Alexandra, elle avait été condamnée en première instance. Ils ont finalement obtenu son acquittement en appel en novembre 2020. L’avocate explique :

« Cela montre que la double peine va plus loin que le dépôt de plainte. Dans ces dossiers, symptomatiques des lacunes de la justice, des femmes sont amenées pour se défendre à commettre un crime. On arrive au bout de l’horreur de ce que les violences peuvent causer comme conséquences néfastes.

Et pourtant, dès le départ, ces femmes ne sont pas considérées comme victimes, elles sont au contraire présumées coupables. On analyse pas la situation, le contexte. » 

Un collage féministe disant "Jacqueline Sauvage, Valérie Bacot, Alexandra Richard, combien d'autres encore ?"
Un collage féministe en hommage à Alexandra Richard (Osez Le Féminisme 76)

Pour Maître Questiaux, il est évident qu’Alexandra a cherché à se défendre ce jour-là.

« Tuer un homme, c’est très grave, on ne le conteste pas. Mais elle ne l’a pas tué de sang-froid, elle a cherché à se défendre. Il l’aurait sûrement tuée si elle ne l’avait pas fait. »

En France, on estime à 220 000 le nombre de femmes victimes de violences conjugales chaque année. Tous les trois jours, l’une d’elles meurt. Pour les autres, le risque est permanent. Pour Claire Charlès, justement :

« La justice sous-estime la dangerosité réelle des agresseurs et le danger de mort permanent dans lequel vivent les femmes victimes de violence conjugales. On ne dit pas qu’on doit se faire justice soi-même, mais on veut que les femmes soient protégées ».

En moyenne, selon Maître Dekimpe, « il faut compter sept tentatives avant qu’une femme ne soit véritablement éloignée de son conjoint violent ». Alexandra n’aura pas attendu si longtemps.

« Elle a répondu plus rapidement que d’autres femmes à la violence. Elle a su se révolter, se battre et dire stop. Et on lui fait payer le prix fort pour avoir agi alors que la justice elle n’a pas été à la hauteur pour la protéger. »

#LibérezAlexandraRichard

À l’aube du procès en appel d’Alexandra Richard, l’association Osez Le Féminisme a réalisé des collages devant la palais de justice d’Evreux où se tiendront les audiences, pour interpeller les magistrats et les citoyens. Une pétition circule également en ligne. 

Un collage féministe disant "Justice pour Alexandra", accompagné d'une citation d'Alexandra Richard disant "Je dormais mieux en prison car personne ne me frappait"
Un collage féministe en hommage à Alexandra Richard (Osez Le Féminisme 76)

Plus largement, les associations souhaitent que la loi sur la légitime défense soit révisée en faveur des victimes de violences. 

Aujourd’hui, dans le droit français la présomption de légitime défense ne s’applique qu’a deux cas : le vol ou pillage avec violence, et l’effraction nocturne. « Nous voulons qu’elle soit élargie aux cas de violences conjugales », explique Claire Charlès, de l’association Les Effrontées.

« La légitime défense est un droit naturel qui existe avant le droit, on le comprend très bien quand il s’agit des hommes, et pourtant on l’interdit aux femmes », ajoute Maître Questiaux. 

Verdict le 21 octobre pour Alexandra Richard

Pour Alexandra, le soutien de ses proches et celui de la société civile est important. « Elle se sent très isolée en prison », nous racontent ses avocats. Mais « savoir que dehors, on la croit, on la comprends, c’est primordial pour cette femme qui a tellement été malmenée par l’institution », explique Lorraine Questiaux. 

« Cela fait un an que je n’ai plus ma maman, c’est très difficile, et j’espère qu’elle ressortira libre de ce procès. »

Enola, fille d’Alexandra Richard

Alexandra Richard s’apprête désormais à refaire devant les jurés de la cour d’assises le récit de sa vie, de son geste, à revivre le drame et les violences qui l’ont précédé. Ses proches et les associations qui la soutiennent espèrent qu’elle sera acquittée, et reconnue comme victime de violences conjugales.

« Cela fait un an que je n’ai plus ma maman, c’est très difficile, et j’espère qu’elle ressortira libre de ce procès. »

Enola, fille d’Alexandra Richard

Les débats vont durer plusieurs jours. Un verdict est attendu le 21 octobre

Crédit photo de une : Osez le Féminisme 84 / Famille d’Alexandra Richard

Les Commentaires
3

Avatar de Liligreen
18 octobre 2021 à 13h47
Liligreen
C'est incroyable quand même que le sexisme de la société soit aussi visible. Les hommes violents qui finissent par tuer leurs conjointes prennent beaucoup moins d'années de prison qu'une femme qui se défend... ☹️
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

Féminisme
[Site web] Visuel vertical

« La sororité, on la vit pour de vrai » : une militante raconte 10 ans de féminisme

Aïda Djoupa

25 nov 2021

Féminisme
yvan-attal-les-choses-humaines-viol

En pleine promo d’un film sur le viol, Yvan Attal s’embrouille sur le tribunal populaire et le consentement

Kalindi Ramphul

25 nov 2021

9
Féminisme
impots-inegalites-hommes-femmes

Envie de vous marier « pour les impôts » ? Si vous êtes une femme en couple hétéro, vous risquez de perdre au change

Aïda Djoupa

23 nov 2021

28

La société s'écrit au féminin