Jacqueline Sauvage est décédée, moins de 4 ans après avoir été graciée


Jacqueline Sauvage était devenue, en quelque sorte, le symbole des violences conjugales en France. Elle est décédée à l'âge de 72 ans.

Jacqueline Sauvage est décédée, moins de 4 ans après avoir été graciée

Par sa vie tragique, elle était le visage des victimes de violences conjugales. Jacqueline Sauvage s’est éteinte le 23 juillet, et a été enterrée en toute discrétion cinq jours plus tard. Elle n’aura vécu que quelques années de liberté après sa grâce présidentielle.

« L’affaire Jacqueline Sauvage »

Octobre 2014. Jacqueline Sauvage est condamnée à 10 ans de prison pour avoir abattu son époux de trois coups de fusil. Si cette condamnation est devenue la très médiatisée « affaire Jacqueline Sauvage », c’est parce que la femme avait été victime pendant près de 50 ans des violences perpétrées par son mari. Ses filles aussi disent qu’il a abusé d’elles.

Malgré la fougue des avocates de Jacqueline Sauvage ayant plaidé la « légitime défense différée », la peine sera maintenue en appel et l’accusée incarcérée en 2015.

Ses filles ainsi que ses avocates n’ont pas abandonné la lutte, soutenues par une partie du grand public et plusieurs personnalités. Début 2016, François Hollande accorde une grâce partielle à Jacqueline Sauvage, qui demande alors une liberté conditionnelle, laquelle sera refusée par la justice. Il faudra attendre le 28 décembre de la même année pour que le président de la République décide de lui accorder une grâce totale.

Jacqueline Sauvage, alors âgée de 69 ans, est retournée vivre dans sa petite commune de La Selle-sur-le-Bied, où elle s’est éteinte « sans bruit » — les mots de son avocate Nathalie Tomasini relayés par La République du Centre.

Jacqueline Sauvage, le symbole des violences conjugales

« Victime et coupable », comme le titrait Sept à Huit en 2017, Jacqueline Sauvage est devenu le symbole des femmes victimes de violences conjugales.

En octobre 2018, TF1 a diffusé Jacqueline Sauvage : C’était lui ou moi, un téléfilm adaptant le livre de Jacqueline Sauvage Je voulais que ça s’arrête. Muriel Robin, qui a largement soutenu l’accusée, l’incarnait à l’écran. Sur Europe 1, elle déclare aujourd’hui :

Des Jacqueline Sauvage il y en a plein en France et dans le monde, et on ne fait pas assez pour elles ! […] Si ces grandes figures s’en vont, qui va être assez forte ?

Je le dis à Jacqueline, à ses enfants et petits-enfants, que sa souffrance n’aura pas servi à rien !

Après des décennies de sévices, après des années de prison, Jacqueline Sauvage n’a pas profité longtemps de sa liberté. Reste à œuvrer, comme le dit Muriel Robin, pour que sa douleur ne soit pas oubliée.

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!