Ces trucs INSUPPORTABLES que je fais quand j’ai mes règles (ces connasses)

Kalindi ne peut pas blairer ses règles. Être en période de menstrues la rend même un peu zinziflex. Voilà tous les comportements insupportables qu'elle adopte une fois par mois.

Ces trucs INSUPPORTABLES que je fais quand j’ai mes règles (ces connasses)

Le 18 avril 2019

Chaque mois j’oublie que ma chatte va déverser, à un moment ou l’autre, l’intégralité de la mer rouge sur le sol de ma salle de bain, un trottoir, ou même un siège de métro.

Je me balade en début de mois comme si de rien n’était, les fesses au vent sous une jupe courte, dans une petite culotte en coton sans épaisseur…

Et chaque mois, au pire moment, J’AI MES RÈGLES ET ÇA ME SURPREND.

Comme si j’oubliais 12 fois par an depuis 12 ans que ma muqueuse utérine se détruisait avec la régularité d’un métronome allemand.

Alors quand dans mon slip ça fait un gros PLOC, voire un gros SPLOUCH, je comprends que je vais passer une semaine en mode Carrie au bal du diable. Et ça me rend OUUUUUUUUUUF.

Voilà d’ailleurs tout ce que je fais d’insupportable quand j’ai mes règles !

Oublier ma cup dans mon propre vagin

Mon vagin est comme le sac de Mary Poppins. On peut tout y mettre !

Le problème, c’est que j’y oublie régulièrement un tas d’objets, en période de règles.

Une fois, j’ai oublié un tampon et en ai du coup mis un second. C’est quand j’ai commencé à sévèrement schmutzer que je suis allée checker ma caverne à mystères pour voir si rien ne s’y était perdu.

Bref, le pire du pire, ça a été quand j’ai perdu ma cup dans mon propre corps.

Je venais d’en acheter une, je me sentais libre et sexy, au sec dans ma culotte en pleine période de menstrues.

J’ai trop fait la meuf et le karma m’a mis cher.

Ma cup, pour une raison que j’ignore, s’est ventousée à la paroi droite de mon vagin. Impossible donc d’accéder à la petite languette pour la choper et l’enlever puisque ce morceau de silicone s’était logé DANS ma paroi gauche.

Mon cerveau a dansé la carmagole, incapable de résoudre ce problème auquel il n’avait jamais été confronté.

Pour faire descendre l’instrument de l’enfer, j’ai couru en cercle, et dans la panique, j’ai appelé ma mère.

— Mamaaaaan, j’ai perdu ma cup dans mon propre cooooorps

Elle m’a répondu :

— Oh écoute je sais pas quoi te dire, demande à ton mec d’aller la chercher !
— Mais il est pas spéléo bordel !

Suite à quoi j’ai quand même dit à mon gars :

— Va chercher les baguettes chinoises et retire moi çaaaa de la chaaaatte !

NE FAIS SURTOUT PAS ÇA CHEZ TOI.

Bien sûr, il a refusé, et ça n’est qu’armée de ma seule patience que j’ai fini, accroupi sur mon tapis de salle de bain, par retirer ma tasse à règles.

INSUPPORTABLE.

Mettre du sang sur mon tapis de bain

C’est SYSTÉMATIQUE.

Chaque fois que je sors de ma douche, j’oublie que j’ai mes règles, et je passe une demi-heure à me faire un contour des lèvres fuchsia, en peignoir, sans protection, les pieds sur mon tapis de bain.

Et bien sûr, c’est le moment que choisi mon corps pour se soulager de 12 litres de sang.

L’autre jour quand même, j’étais trop fière pare que la tache a formé un angelot sur le tapis.

Mon mec a pas saisi la poésie du machin, en revanche.

Me comporter comme une connasse quand j’ai mes règles

Quand j’ai mes règles, je deviens la pire personne. Encore plus que d’habitude, I mean.

Mon activité préférée dans ces moments là ? Hurler : « Je vais t’enculer, Jean-Claude » à quiconque me court sur le haricot.

« Je vais t’encuuuuuuuuuuuleeeeer putain ».

Je te jure, l’individu qui partage mon quotidien vit dans la peur !

Devenir ZINZIFLEX quand j’ai mes règles

En période de menstrues, mon cerveau décide qu’il s’en bat les neurones de TOUT. L’organisation ? À quoi bon ! Les horaires ? C’est surfait ! L’altruisme ? Un truc de vicos !

Comme Michael Bay, je décide de tout faire péter, et surtout mon cerveau.

Je peux plus blairer mes meubles par exemple, va savoir pourquoi. Je rentre chez moi et je me VÉNÈRE contre chacun des machins qui composent mon séjour.

Dimanche, j’ai jeté tous mes coussins par terre, et je leur ai donné des coups de pied.

Et quand je me lève le matin, je regarde trop mal mon canapé, pour le défier et lui rappeler que c’est pas lui qui commande.

COMME UNE PERSONNE ZINZIN.

Commander à manger pour 28 quand j’ai mes règles

Franchement, je trouve que la sécurité sociale devrait me verser de l’argent pour que je commande à manger, parce qu’il en va de ma survie et de celle des autres. C’est une nécessité publique !

Quand j’ai mes réglasses, je deviens un ANIMAL. Même les ratons laveurs font pas autant de dégâts dans les poubelles que ce que je fais dans mon frigo.

J’ai besoin de manger en masse, et surtout des sushis.

Alors je vais te dire, je récupère tous les leaflets de restaurants de poisson cru et je les entasse sur mon frigo, au cas où j’aurais besoin de commander dans plusieurs restos en même temps pour sécuriser le bordel.

Ensuite je commande beaucoup trop, et je me gave en bavant à moitié, jusqu’à être rassasiée. Pour deux heures…

Faire chier mon mec quand j’ai mes règles

Alors là, on touche à ma PASSION au quotidien. Mais quand j’ai mes règles, cette passion se transforme en devoir.

Mon unique but de vie ? Lui casser les grelots le plus possible en un minimum de temps.

Pour être sûre d’accomplir ma mission, je procède à des exercices simples comme faire systématiquement l’inverse de ce qu’il me demande.

Il veut que j’achète une petite bouteille d’huile de pépin de raisin ? Je ramène un kilo de margarine !

Cet exemple s’applique évidemment à tous les aspects de notre vie à deux, sinon la mission n’est pas parfaitement accomplie.

Aussi, j’ai à cœur de manger tous ses gâteaux. Ainsi, lorsqu’il part prendre l’apéro, je m’empiffre de ses Kinder Pingui.

Pire, j’invite mes copines, et je leur donne ses Pépito.

— Nan mais c’est pas moi, c’est Laura elle avait faim la pov !

Bien sûr, et comme mes règles ne durent qu’une semaine, après je cesse d’être la pire meuf, je me confonds en excuses et je lui rachète tous ses gâteaux en plusieurs exemplaires.

Je ne suis pas un monstre quand même (lol).

Voilà mon esturgeon en sucre glace, tu connais certains des trucs INSUPPORTABLES que je fais quand j’ai mes règles. Of course, cette liste n’est pas exhaustive, te détailler tous les éléments de ma zinzinerie prendrait 5 ans !

Et toi, quels sont les trucs débiles du cul que tu fais sous menstrues ?

À lire aussi : Des nouvelles de la féministe qui a vécu ses règles sans protection

Commentaires

ericna catangels

Mais est ce qu’on « change » vraiment pendant nos règles ou on est juste influencées par les clichés selon lesquels les femmes deviennent folles, chiantes et gouvernées par leurs hormones pendant cette période du mois ?
J’avoue que j’ai toujours été surprise de lire ce genre de témoignage parce que moi, ça ne me fait RIEN d’avoir mes règles. Enfin j’ai des crampes, envie de faire caca (de rien) et je suis ultra ballonnée pendant les deux premiers jours mais ce ne sont que des symptômes physiques « normaux » :dunno: Je ne suis ni plus énervée, ni plus sensible, ni plus irrationnelle, ni plus chiante, ni plus triste, ni quoi que ce soit. Au niveau du comportement je suis toujours exactement la même. Insister sur le fait qu’on devient « zinzin » pendant ses règles, j’ai l’impression que ça nourrit aussi pas mal de clichés sexistes :hesite:
Je comprend ce que tu veux dire, mais je pense que cela va dépendre des personnes, que ce soit une question d'hormones ou tout simplement de gestion de la douleur! Personnellement, avant de passer à la pilule puis à l'implant, j'avais des symptômes physiques pendant mes règles comme les seins gonflés et sensibles et une sensation de ballonnement, rien de plus (ah si, et des envies de "femme enceinte" quelques jours avant. Comme une très très grande envie de manger des escargots à trois heure du matin). Mais avant cela, quand je ne prenais aucune contraception, j'étais effectivement beaucoup plus à fleur de peau et susceptible pendant mes règles, tout simplement parce que j'avais très mal et des difficultés à gérer cette douleur (et l'impression que le monde entier à décider de t'emmerder en ce jour précis).

Donc je pense que oui, on peut tout à fait être moins rationnelle/ plus sensible / plus énervée pendant ses règles sans que cela soit lié à une influence clichée quelconque! Par contre, réduire l'état d'agacement de quelqu'un à "c'est parce qu'elle à ses règles" c'est un autre piège sexiste, à mon sens!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!