Live now
Live now
Masquer
christiane-taubira-primaire-populaire-discours
Politique

Christiane Taubira est officiellement candidate, mais la gauche n’a pas le cul sorti des ronces

Une candidature de plus qui va tirer le reste vers le haut… ou au contraire l’enliser un peu plus dans le marasme ? Avec la victoire de Christiane Taubira à la Primaire populaire, la gauche n’a pas fini de se disperser.

Les 400 000 inscrits et inscrites à la Primaire populaire ont eu quatre jours pour élire la personnalité la plus à même d’incarner des valeurs « écologiques, démocratiques et sociales ».

Il s’agissait d’une élection au jugement majoritaire, qui consistait à donner une appréciation à chaque candidat et candidate — de « Très Bien » à « Insuffisant ». Et c’est Christiane Taubira qui s’en est sortie avec la meilleure note, une mention Bien+, devant Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Larrouturou, Anne Hidalgo, Charlotte Marchandise et Anna Agueb-Porterie.

Christiane Taubira, candidate tardive à la présidentielle

Hors des radars de la présidentielle il y a encore quelques mois, Christiane Taubira a fait irruption dans le paysage mi-décembre, laissant entendre qu’elle n’était plus si opposée à l’idée de se présenter à l’élection présidentielle et de rejoindre la mêlée de la gauche.

Elle avait insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’ajouter une candidature de plus. Un sous-entendu pour inviter à se ranger à ses côtés… ou plutôt derrière elle ?

Christiane Taubira a ensuite mis son destin entre les mains de la Primaire populaire, ce mouvement citoyen dédié à faire émerger une candidature portant les valeurs de la gauche. Elle s’est finalement retrouvée seule volontaire pour participer à ce processus inédit pour désigner d’un candidat — Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ont refusé de se plier à l’exercice, alors qu’ils figuraient d’office dans le scrutin.

Une nouvelle candidate de la course et une impossible union

Ça, c’était il y a quelques semaines. Et voilà qu’aujourd’hui, Christiane Taubira émerge comme une candidate soutenue par des milliers d’électeurs et d’électrices de gauche.

Si elle appelle ardemment, avec la verve qu’on lui connait, à un rassemblement, reste que dans la pratique, aucun de ses adversaires n’a l’air d’avoir envie de se ranger à ses côtés.

« Elle a enfilé la chaussure préparée pour elle », a raillé ce dimanche soir sur France 5 Jean-Luc Mélenchon, laissant entendre que la Primaire populaire n’était qu’une manœuvre pour propulser l’ancienne ministre dans la course.

Côté Yannick Jadot, c’est Sandrine Rousseau qui a fait part de son désarroi sur France Info :

« On multiplie les candidatures comme des petits pains. Mais, à la fin, on ne répond pas à l’urgence. On a cinq ans pour agir sur la question climatique, on a une situation sociale qui est inédite. Pourquoi on fait ça ? »

Hors de question de rejoindre aussi la nouvelle candidate pour Fabien Roussel, ce matin sur BFM :

« Je ne me rallierai pas derrière Christiane Taubira, elle n’a même pas de programme pour l’instant ».

christiane-taubira-primaire-populaire-discours-2-

De quoi semer le doute pour la nouvelle candidate ? « La démocratie, ce n’est pas un sentiment, ce sont des faits. Le fait, c’est que près d’un demi-million de personnes se sont inscrites dans un processus démocratique ont décidé d’intervenir dans la campagne », a-t-elle affirmé ce matin sur France Info.

Avec ce vote qui la légitime auprès d’un électorat, il est devient encore plus difficile d’imaginer la nouvelle candidate se débiner…

Madmoizelle décrypte la présidentielle

Chaque semaine, notre podcast Un coup de pied dans les urnes rebondit sur un événement de cette campagne :

À lire aussi : Quelle place pour les Françaises musulmanes dans une campagne présidentielle où l’islamophobie est banalisée ?

Crédit photo : Youtube (capture)


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires
59

Avatar de Belllinda
7 février 2022 à 14h47
Belllinda
@eLLuLa
Concernant le vote blanc, on peut citer le cas très intéressant de la Mongolie.
Le président est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, comme en France. Toutefois, la loi électorale mongole dispose que :
  • le vote blanc est considéré comme un suffrage exprimé et est donc pris en compte: "If the voter voted for no candidate, his/her vote is considered to be a vote supporting no one, and the vote shall be counted in the number of votes cast, and in this case the ballot paper is deemed to be valid ballot paper." (Art. 97.9)
  • Si aucun candidat n'atteint la majorité absolue au premier tour, un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête: "If none of the Presidential candidates obtained a majority vote in the first round of election results a second round shall take place involving the two candidates who obtained the largest number of votes in the first round." (Art. 105.1)
  • Le vote blanc est, là encore, pris en compte, de sorte qu'il est possible qu'aucun des deux candidats n'atteigne la majorité absolue, auquel cas l'élection est purement et simplement annulée: "If no presidential candidate obtained the majority vote in the second polling, the central election authority shall deem the primary polling cancelled." (Art. 148.1)
  • Une nouvelle élection est alors organisée: "If the central election authority deemed the primary polling cancelled due to no presidential candidate obtaining a majority vote, a re-election shall be set and announced within a week after the decision is made." (Art. 148.2)
  • Les candidats à l'élection annulée ne peuvent se présenter à la nouvelle élection et chaque parti se retrouve donc dans l'obligation de présenter un nouveau candidat.
0
Voir les 59 commentaires

Plus de contenus Politique

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
Capture d’écran 2022-12-12 à 14.59.25
Actu mondiale

À 18 ans, Jaylen Smith devient le plus jeune maire afro-américain de l’histoire des États-Unis

Camille Lamblaut

12 déc 2022

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Capture d’écran 2022-11-28 à 12.01.10
Politique

Affaire Quatennens : Clémentine Autain propose la création d’une charte au sein de la Nupes

Camille Lamblaut

28 nov 2022

visuel vertical ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

6
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-18 à 22.55.07
Actu mondiale

Figure importante de la politique américaine, Nancy Pelosi laisse place à la « nouvelle génération »

Camille Lamblaut

18 nov 2022

1
Laurent Bigorgne, ancien directeur de l’Institut Montaigne, a reconnu avoir versé de la MDMA dans le verre de Sophie Conrad à son insu
Actu en France

Un proche d’Emmanuel Macron comparaît devant la justice pour avoir drogué une ancienne collaboratrice

Camille Lamblaut

10 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43
Politique

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

Capture d’écran 2022-09-19 à 12.57.22
Politique

Après les justifications d’Adrien Quatennens, les féministes s’indignent contre les réactions de LFI

La société s'écrit au féminin