Live now
Live now
Masquer
Source : Enes Evren de Getty Images Signature
Féminisme

Ces 8 trucs qu’on ne veut plus voir pour le 8 mars

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, approche à grands pas. Et vous savez quoi ? Même en 2024, les clichés autour de cette journée continuent d’affluer et on en a ras la moule. Et si on faisait une liste des choses qu’on ne veut PAS voir cette année ?

Le 8 mars n’est même pas encore officiellement arrivé qu’on peut déjà voir fleurir des petites pépites sexistes un peu partout. Est-ce bien différent du reste de l’année, me demanderez-vous, blasée comme jaja ?

Pas vraiment. Mais bon sang, le 8 mars, c’est quand même LA date pour laquelle la société tout entière pourrait faire un effort. Et “faire un effort”, ça ne veut pas dire “offrez-nous des roses”, c’est même l’inverse.

Allez les gars, ce n’est pas longtemps, c’est l’histoire de quelques jours en vrai, vous pouvez vous retenir d’être des gros buffles, vous aurez tout le reste de l’année pour nous proposer des publicités ciblées et autres joyeusetés le reste du temps.

Cette petite liste des choses que je ne veux PAS voir cette année n’est pas exhaustive, mais j’avais envie de faire juste un top 8, histoire de rester dans la thématique.

À lire aussi : 8 mars : des assos veulent une grève générale pour la journée internationale des droits des femmes

Top 8 des trucs que je ne veux pas voir pour le 8 mars

Vous êtes prêtes ? Allez, on y va ! Voici ce que je ne veux VRAIMENT pas voir :

1 – Des publicités sur Facebook/Instagram ou dans les magasins pour m’inciter à acheter une centrale vapeur ou une machine à laver, avec en entête : « faites-vous plaisir, mesdames, c’est VOTRE journée ! »

2 – Les devantures des fleuristes débordant de roses rouges étiquetées « pour offrir à la femme de votre vie les fleurs qu’elle mérite ». Merci, mais non merci, je préfère l’égalité des salaires et la fin de violences sexistes et sexuelles, tavu.

3 – Le boulanger qui m’offre un pain au chocolat en plus de ma baguette « parce qu’il faut gâter les femmes » wink wink clin d’œil malaisant.

4 – Les émissions de télé ou les JT qui se donnent bonne conscience en invitant des femmes sur leur plateau pour les refoutre au placard dès le 9 mars, ou bien ceux qui proposent des reportages titrés : « ces femmes qui font des métiers d’hommes ». Coucou, on est en 2024 !

5 – Le Body Shop à côté de chez moi qui propose une épilation des sourcils offerte pour toute épilation du maillot intégrale, parce que « le 8 mars, c’est l’occasion parfaite pour vous chouchouter ». Depuis quand se faire arracher des poils est synonyme de bien-être ?

6 – Je n’en ai rien à secouer que ce mec devant moi me tienne la porte donnant sur la sortie de métro en me faisant un clin d’œil et en disant « je suis gentleman, c’est votre fête wink wink ». Non, ce n’est pas MA fête, non, il n’y a rien à célébrer, et tu ne vas recevoir un cookie parce que tu ne t’es pas comporté comme un boulet en acceptant de tenir une simple porte.

7 – Je ne veux pas entendre un mec dire, plus ou moins discrètement : « et la journée des hommes, c’est pour quand ? » Euh, as-tu essayé genre TOUT le reste de l’année ?

8 – Entendre des mecs cis faire des blagues d’une nullité sans nom à leur meuf comme « allez ce soir, c’est moi qui cuisine » ou « c’est moi qui fais vaisselle », etc.

Merci d’arrêter de faire de cette date une opportunité marketing, merci aux hommes de bien vouloir respecter leurs égales les 365 jours de l’année, merci de ne pas oublier pourquoi cette date existe.

Et au fait, c’est pour quoi le 8 mars ?

Bon, globalement, si vous ne vivez pas sous un caillou, vous vous doutez que le 8 mars n’est pas qu’une simple journée faite pour augmenter le chiffre d’affaires des boutiques de chocolat.

Historiquement, cette journée de lutte pour les droits des femmes a été décrétée par les Nations Unies en 1977, mais l’idée avait déjà été pensée en 1910 lors de la conférence internationale des femmes socialistes, suite à l’appel de Clara Zetkin, journaliste, militante et présidente de l’Internationale socialiste des femmes à Copenhague.

À lire aussi : 8 mars : 6 manières d’agir pour rendre le cinéma plus inclusif et paritaire, avec le collectif 50/50

Cette figure historique du féminisme socialiste avait fait adopter l’idée par 17 pays et en avait fait un mouvement international. (Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article bien complet de France Inter.)

Les Nations Unies expliquaient le but de cette date :

« L’Assemblée générale des Nations Unies demande à tous les pays de la planète de s’efforcer de créer des conditions favorables à l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et à leur pleine participation, sur un pied d’égalité, au développement social (résolution 32/142) ET invite tous les États à proclamer, comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l’année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale. »

Et pourquoi cette journée, destinée à abolir les discriminations évidentes, est-elle toujours d’actualité ? Car depuis 1977, les choses n’ont pas encore suffisamment bougé.

Malheureusement, tant que les femmes dans le monde n’obtiendront pas l’égalité salariale, tant qu’elles continueront à être victimes de violences sexuelles, tant qu’elles continueront à être battues, tuées, persécutées, tant qu’elles continueront d’être vues et considérées comme « le sexe faible », tant que la société continuera à croire qu’elle a un droit quelconque sur le corps des femmes, cette journée existera.

Alors franchement, grands dirigeants du marketing et du monde tout court, merci d’arrêter de nous prendre pour des jambons. Il n’y a vraiment rien à célébrer pour le 8 mars, il y a juste à gueuler. Et pas qu’une seule journée, tous les autres jours de l’année aussi.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de nip33
11 mars 2024 à 08h03
nip33
je m'estime "chanceuse", je n'ai rien eu de tout ca, au bureau personne n'en a fait un cas, pas de rose de la part du chef, par contre on a droit au brin de muguet pour le 1er mai et ca ne me choque pas, et a la maison mon homme n'a pas fait un cas non plus, parfait pour moi!!!
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin