Vie privée sur Facebook, mode d’emploi

Vous connaissez le plus gros mensonge du monde : "J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation". Combien sommes-nous à avoir cliqué hâtivement sur ce bouton quand Facebook a changé ses paramètres de confidentialité ? Session de rattrapage : voyons comment gérer ses infos sur le plus célèbre des réseaux sociaux.

Vie privée sur Facebook, mode d’emploi

Quelles infos Facebook a-t-il sur moi (et qu’est-ce qu’il en fait) ?

Outre ce que vous décidez de partager, Facebook reçoit des informations dès que vous « interagissez » avec lui (ce qui va de l’envoi d’un message à un ami jusqu’au clic sur une publicité). Il enregistre également des données annexes à chaque fois que vous utilisez le site, ou un module Facebook sur un autre site – par exemple ce petit « J’aime » qu’on voit aujourd’hui partout. Ces informations peuvent inclure votre adresse IP, votre position GPS, le navigateur que vous utilisez ou encore quelles pages vous consultez et à quelle heure vous le faites.

Facebook utilise ces informations pour la publicité, mais ne les donne pas aux annonceurs. Il s’en sert également pour améliorer la sécurité du site, faire des suggestions (d’amis, de pages…) et fournir « de meilleurs services de géolocalisation » comme nous dire si des amis se trouvent à proximité – enfin je ne sais pas vous mais Facebook ne m’a jamais dit « tiens, t’as un pote à 200m ». Il jure ne pas les partager sauf si on lui en donne l’autorisation, qu’il nous prévient par le changement de sa politique de confidentialité ou qu’il enlève toutes les indications permettant de nous identifier.

Rappelons que contrairement à une idée reçue, vous restez propriétaire de tout ce que vous mettez sur Facebook.

Qui voit quoi ?

A chaque fois que vous publiez une information, vous pouvez sélectionner qui pourra la voir (généralement « public », « amis » ou « personnalisé », avec des variantes comme « amis et leurs amis » ou « moi seul »). A tout moment, vous pouvez modifier les personnes qui auront accès à cette publication en cliquant sur le petit symbole (une Terre pour « public », trois petits bonshommes pour « amis et leurs amis »…) à côté de la date.

S’il n’y a pas d’icône de partage, c’est généralement que cette information est obligatoirement publique (écrire sur le mur d’une page ou commenter un article n’importe où sur Internet grâce au module de commentaire Facebook). Attention, on pourra associer votre commentaire écrit sous un coup de sang en bas d’un article polémique à votre profil Facebook.

Votre nom, votre image de profil (attention aux photos de soirée), votre réseau et votre nom d’utilisateur (ce truc qui permet d’avoir un lien court vers votre page en tapant facebook.com/nom_d_utilisateur) sont toujours publiques.

Comment gérer les identifications ?

Vous ne pouvez pas empêcher vos amis de vous identifier sur des photos compromettantes mais vous pouvez contrôler si elles apparaissent dans votre journal (ce qui les rend déjà beaucoup moins visible pour un employeur potentiel). Par contre, quelqu’un qui regarde la photo y verra toujours votre nom. Pour que ce ne soit plus le cas, vous devez enlever votre identification sur l’image dans « options » en bas lorsque vous la regardez. Pour empêcher vos amis de publier des photos de vous bourré-e, le meilleur moyen reste encore la pression psychologique. En dernier recours, vous pouvez bloquer la personne pour retirer toutes les identifications qu’elle a placé sur vous et l’empêcher de vous identifier à l’avenir (allez sur son profil, cliquez sur le petit engrenage et choisissez « signaler/bloquer »).

Le bien

Les applications : la passoire de la confidentialité

Quand vous vous connectez à une application, elle a systématiquement accès à votre identifiant et à ceux de vos amis ; cela lui donne accès à toutes les informations publiques reliées à ces comptes. Si l’application a besoin de données supplémentaires, elle doit vous demander une autorisation. Vous pouvez également lui permettre d’accéder à des informations concernant vos amis, que ces derniers n’avaient pas choisi de rendre publique (la seule condition étant que vous y ayez vous-même accès).

Autre sujet d’inquiétude : même si vous décidez de désactiver une application, elle gardera les informations vous concernant qu’elle a déjà récolté et pourra même continuer à les utiliser. Si vous voulez obtenir la suppression de ces données, vous devrez vous adresser directement à la société qui édite l’application et non à Facebook.

Supprimer son compte : pourquoi et comment

Si vous résiliez/supprimez votre compte (attention, c’est différent de « désactiver »), il faut environ un mois pour que la suppression soit effective ; certaines informations peuvent être conservées jusqu’à 90 jours. Des copies de certains éléments (des photos, entre autres) peuvent rester sur les serveurs de Facebook « pour des raisons pratiques », mais elles sont censées ne plus être accessibles. Une promesse pas évidente quand on sait que Max Schrems, un étudiant autrichien, a déposé il y a quelques mois 22 plaintes contre Facebook ; il accusait le site d’avoir conservé des informations personnelles que lui-même avait supprimé.

La procédure de suppression d’un compte Facebook était autrefois très compliquée, et de nombreux utilisateurs s’en sont plaint. Il « suffit » aujourd’hui d’aller dans « confidentialité » (tout en bas), puis « les informations que nous recevons et leur utilisation », et enfin « suppression et désactivation de votre compte », où vous trouverez un lien pour le supprimer.

Vous avez maintenant les principales clefs pour gérer votre vie privée sur Facebook. La règle la plus importante reste néanmoins le bon sens : lorsque vous mettez quelque chose sur internet, rappelez-vous que le droit à l’oubli… n’est pas encore acquis.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eloyce
    Eloyce, Le 9 juin 2012 à 11h54

    J'ai aussi poussé la "confidentialité" au maximum sur mon profil facebook. J'ai désactivé toutes les applications, je me suis rendue compte que mes comptes Pinterest et Senscritique postaient automatiquement des actualités sur ma timeline alors que je n'ai rien demandé (et que je déteste relier ces compte à mon facebook, donc je n'ai jamais rien coché).

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)