Les « tutos avortement », une campagne choc pour le droit à l’IVG au Chili

Des tutos vidéo pour réaliser un « avortement maison », ça vous paraît de très mauvais goût ? C’est pourtant une réalité pour des milliers de femmes chiliennes qui sont dans l’incapacité de recourir à un avortement thérapeutique.

L’avortement est entièrement illégal dans six pays, et le Chili en fait partie. Cela signifie que même en cas de viol, même pour des raisons de santé ou simplement si la vie de la femme concernée est en danger, il n’existe aucun moyen légal de recourir à l’avortement. Ou plutôt, de recourir à un avortement thérapeutique auprès d’un service médical spécialisé.

Car cette législation n’empêche pas les femmes que leur grossesse a placées dans une mauvaise situation d’y mettre fin. Le désespoir les pousse trop souvent à se faire avorter elle-même, en ayant recours à des méthodes dangereuses. Et c’est afin d’attirer l’attention sur ces conséquences désastreuses que les associations Grey Chile et Miles Corporation ont réalisé une série de « tutos vidéo » pour pratiquer un avortement maison…

Trigger Warning : ces vidéos, bien que satiriques, parlent de différents moyens d’avorter soi-même, et peuvent en choquer certain-e-s.

Cette campagne vidéo, volontairement choquante, frappe un grand coup. En effet, si on a envie de croire que les méthodes évoquées dans ces vidéos sont de mauvaises blagues (faire en sorte de se prendre une borne d’incendie dans le ventre, tomber dans les escaliers, ou se faire renverser par une voiture), elles sont dangereusement proches de la réalité.

Plus de 150 000 Chiliennes auraient recours à ce genre de méthodes chaque année, et beaucoup n’y survivent pas. Le but de la campagne est donc de faire approuver par le gouvernement une loi pour le droit à l’avortement thérapeutique, qui a déjà été proposée en février dernier par la présidente Michelle Bachelet.

À lire aussi : Le droit à l’avortement en Espagne pour les mineures fragilisé par une nouvelle loi

Et ce n’est pas parce que c’est la présidente de la République du Chili elle-même qui a proposé la loi que le climat politique y est propice. De nombreux groupes s’y opposent, aussi bien au sein du gouvernement que du côté des médias, qui restent très conservateurs, et n’aident pas à pousser le débat auprès de la population. De fait, on comprendra pourquoi des associations militant pour le droit à l’avortement doivent choquer pour attirer l’attention sur le problème…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)