6 techniques de fourbe pour repérer les boloss qui veulent toujours avoir raison

Par  |  | 16 Commentaires

Certaines personnes chercheront toujours à avoir raison, quitte à user de techniques bien peu coquettes... Anouk met le doigt sur six d'entre elles et explique comment y répondre !

6 techniques de fourbe pour repérer les boloss qui veulent toujours avoir raison

Il y a les gens avec lesquels on peut discuter aisément, et puis il y a les autres. Ceux qui chercheront toujours à t’écraser, prouver que eux ont raison et toi tort.

Ces personnes ne se remettent jamais en questionOu du moins pas quand elles interagissent avec toi.

Il y a quelques années, dans une autre entreprise, l’une de mes cheffes était comme ça — dans nos rapports hiérarchiques mais aussi dans nos échanges informels.

Au début, quand j’étais en désaccord, je cherchais à discuter, ou au moins creuser son avis. Je me retrouvais alors face à un mur sans écoute. C’était épuisant.

Au bout de quelques semaines, j’ai fini par simplement arrêter de discuter avec elle. Ça me semblait vain.

Le  comportement de cette femme, je l’ai parfois retrouvé chez d’autres. En y réfléchissant, j’ai décelé 6 « techniques » communes à toutes ces personnes (que nous allons simplement personnifier en l’appelant Gwen-Patrick).

Les voici.

Jouer sur les mots, pour te faire croire que TU as mal compris

Le principe est simple : Gwen-Patrick dit quelque chose. Quelqu’un d’autre n’est pas d’accord et le reprend.

Plutôt que de l’écouter, ou de répondre à l’attaque précise, Gwen-Patrick répond qu’on ne l’a pas compris et répète exactement les mêmes propos en les reformulant.

Sauf que tout le monde l’avait compris, et que le désaccord persiste.

  • Que répondre ? 

Je finis généralement par dire à l’autre qu’il/elle se répète et que c’est relou.

Si ça ne suffit pas, j’abdique (et je pense que l’autre est un gros con). J’ai pas l’time sur Terre de tourner en boucle dans des débats qui ne mèneront à rien.

Te faire croire que tu as dit des choses que tu n’as pas dites en reformulant TES propos

Tu penses Vert, Gwen-Patrick penses Jaune, et quand tu lui dit ce que tu penses, Gwen-Patrick reformule tes propos et t’expliques que t’as dit Bleu. C’est plus qu’agaçant : c’est également humiliant.

  • Que répondre ?

Si je tente de réexpliquer mon point de vue et que ça ne marche pas, je coupe court à la conversation…

Mais je suis à la recherche d’une meilleure solution !

Parler avec un flux de parole continu pour ne surtout pas te laisser répondre

Le scénario est le suivant. Gwen-Patrick dit quelque chose, mais tu n’es pas d’accord… À peine as-tu exprimé ton désaccord que l’autre te coupe dans ton élan pour partir dans un monologue de 10 longues minutes t’expliquant que tu as tort.

Bien entendu, le discours de Gwen-Patrick comprend moult répétitions et part dans tous les sens.

Mais tu ne peux pas le signaler vu qu’à chaque fois que tu essayes de prendre la parole, la personne en face accélère son flux de parole et hausse le ton.

  • Que répondre ? 

Face à ça, j’ai deux techniques.

La première est de me mettre à mon tour à gueuler fort et à parler non-stop jusqu’à ce qu’il/elle arrête.

La seconde est de me casser en disant haut et fort à l’autre qu’il ne s’agit ici pas d’un débat mais d’un monologue, et qu’on pourra discuter le jour où la personne sera prête à écouter.

Pinailler sur les détails jusqu’à te mettre mal à l’aise

Gwen-Patrick n’est pas d’accord avec ce que tu avances.

Alors, au lieu de te répondre, Gwen-Patrick va utiliser une stratégie bien plus fourbe : te piéger dans ton propre raisonnement.

Pour ce faire, cette personne va te poser des questions demandant des détails de plus en plus précis sur tes connaissances du sujet, jusqu’à ce que tu perdes tes moyens et prouves inéluctablement (selon elle) que tu as tort.

Comment peux-tu avoir raison si tu doutes sur une réponse à la 12ème question posée ?

Je ne sais pas pour vous, mais quand on me pose plein de questions à la suite, ça a tendance à me faire stresser alors qu’en temps normal j’aurais la réponse.

  • Que faire ? 

Personnellement, j’explique à Gwen-Patrick que je n’ai pas à avoir 100% de connaissances sur un sujet pour avoir un avis… Et je n’hésite pas à jouer au miroir, et lui faire le coup juste après de lui poser mille questions sur son opinion !

Te reprocher le fait que tu n’es jamais d’accord

OK, j’ai bien conscience qu’il y a des gens qui cherchent toujours le désaccord. Je ne parle pas d’eux. Je parle des Gwen-Patrick qui vont te dire ça pour te faire fermer le clapet.

Quand Gwen-Patrick use de cet argument, tu te retrouves alors piégé•e : si tu continues à être en désaccord, tu lui donnes raison !

  • Que faire ? 

Rappeler le fait que ne pas être d’accord ne veut pas dire avoir tort… Et que merde, c’est quand même enfantin de te reprocher ça !

Se casser au milieu de la discussion

Enfin, last but not the least, ma pratique de Gwen-Patrick préférée (j’avoue moi-même l’utiliser parfois) : se casser en décidant que la discussion est finie quand ça lui convient le mieux.

Pas besoin alors de grands éclats, Gwen-Patrick peut se lever et dire avec un dédain assez apaisé :

« Bon, j’ai dit ce que j’avais à dire. »

Bref, il gagne en te laissant seul•e avec ta haine.

  • Que faire ?

Face à ça, le plus simple est de simplement retenir l’autre au moment où il bouge son cul pour lui dire :

« Je n’ai pas fini, reste ici. »

Pas question de te laisser avoir par ça !

Tout le monde peut être relou… mais il suffit d’écouter

Bien entendu, il peut arriver à tout le monde d’être de mauvaise foi (à part à moi, évidemment), ou d’écraser les autres, même inconsciemment.

L’idée n’est pas de flageller ton entourage sans se regarder une seconde le nombril.

Si j’ai écrit cet article, c’est parce que je pense sincèrement qu’il y a un équilibre à trouver entre « se faire marcher dessus » et « marcher sur les autres ». J’espère sincèrement qu’il t’aidera quelque part à t’en approcher.

Et toi, quelles sont les techniques que tu as repéré chez les boloss qui veulent toujours avoir raison ?

À lire aussi : « Trop bonne, trop conne » : comment arrêter d’être « trop gentille » ?

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (16) Facebook ()
  • Eva-chette
    Eva-chette, Le 20 novembre 2017 à 17h56

    J'ai un pote avec qui c'est insupportable de discuter et c'est littéralement son portrait

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!