The Lady Grey, le conte de Noël de Marion Cotillard pour Dior

Si je vous dis Marion Cotillard et Ian Mc Kellen (aka Gandalf), vous pensez sans doute prochain blockbuster à venir ? Et bien détrompez-vous, gentes dames, il s’agit en fait du dernier volet de la campagne pour le sac Lady Dior dont l’égérie est Marion Cotillard. La saga est divisée en quatre parties pour quatre […]

The Lady Grey, le conte de Noël de Marion Cotillard pour Dior

Si je vous dis Marion Cotillard et Ian Mc Kellen (aka Gandalf), vous pensez sans doute prochain blockbuster à venir ?

the lady grey london

Et bien détrompez-vous, gentes dames, il s’agit en fait du dernier volet de la campagne pour le sac Lady Dior dont l’égérie est Marion Cotillard. La saga est divisée en quatre parties pour quatre histoires différentes qui prennent place à différents endroits du globe. Les films ont été distillés un-à-un comme autant d’opus pour chacun des sacs.

The Lady noir Affair d’abord, tourné à Paris et filmé par le réalisateur fétiche de Marion, Olivier Dahan. Le film s’apparente à un polar des années 50, on y voit Marion en femme Hitchcokienne passant de brune à blonde, échapper à ses poursuivants en prenant la poudre d’escampette au sommet de la tour Eiffel.

Chargement du lecteur...

The Lady rouge ensuite qui a lieu à New York et se présente comme un clip de rock dans lequel Marion chante pour de vrai avec les Franz Ferdinand ce second volet est réalisé par Jonas Akerlund qui a notamment réalisé un grand nombre des clips de Lady gaga dont Paparazzi.

Chargement du lecteur...

Puis vient The Lady blue qui prend place à Shangaï et est dirigé par, attention accrochez-vous, David Lynch – rien que ça. On y voit Marion Cotillard femme tourmentée qui voit soudainement apparaître dans la chambre de son hôtel de luxe à Shanghai, le sac iconique. On retrouve l’atmosphère étrange et angoissante, signature reconnaissable du maître Lynch.

Chargement du lecteur...

Enfin The Lady Grey, dernier volet apothéose de la saga se déroule à… allez je vous le donne en mille… Londres ! Réalisé par John Cameron Mitchell, il est de loin mon préféré, ne serait-ce que pour l’interprétation touchante de sir Ian Mc Kellen, en infirme subjugué par la beauté vénéneuse de la meneuse de revue Marion. Cette dernière est représentée en aphrodite reprenant la fameuse scène de danse/séduction de Salma Hayek dans Une nuit en Enfer. Tout y est beau, les costumes, le maquillage, les coiffures, le stylisme… et sir Ian surtout.

Chargement du lecteur...

Et en bonus, la géniale scène du film de Robert Rodriguez, featuring Salma Hayek.

Chargement du lecteur...
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Elya
    Elya, Le 25 décembre 2010 à 12h41

    J'ai trouvé les films chiants, en fait. Par contre, Marion Cotillard est terriblement jolie, et bon sang ce que ça m'énerve !

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)