Le soutien-gorge détectant les signes de cancer du sein, une innovation d’utilité publique ?

Par  |  | Aucun Commentaire

Comment prévenir un cancer du sein plus efficacement que par l'autopalpation ? Un jeune étudiant-entrepreneur mexicain tente d'apporter une réponse.

Le soutien-gorge détectant les signes de cancer du sein, une innovation d’utilité publique ?

« Vous fieriez-vous à une méthode aussi faillible que l’autopalpation pour protéger la vie d’une personne que vous aimez ? »

C’est avec cette question un peu brut de décoffrage que Julián Ríos Cantú introduit son invention. Le jeune entrepreneur mexicain est en effet actuellement en train de développer une méthode alternative de prévention du cancer du sein : un soutien-gorge connecté.

Une innovation qui part d’une histoire personnelle

Le jeune étudiant entrepreneur explique dans la vidéo de présentation de son produit qu’à 13 ans, il a assisté à la bataille de sa mère contre le cancer. Elle a dû subir une double mastectomie faute d’avoir détecté la maladie suffisamment tôt.

(La vidéo est en espagnol, mais un peu illustrée)

C’est pour éviter que d’autres femmes ne détectent leur cancer trop tard que Julián Ríos Cantú a décidé de développer une solution technologique qui puisse pallier le manque de fiabilité de l’autopalpation.

Et cette innovation a été largement plébiscitée, à en croire le nombre de prix que son équipe a remporté, dont le dernier en date est le Global Student Entrepreneur Awards, comme le rapporte The Independent.

À lire aussi : Comment le cancer affecte la vie des jeunes de France

Comment le soutien-gorge fonctionne-t-il ?

Le soutien-gorge est constitué d’un réseau de 200 bio-capteurs, qui analysent la température, la couleur et la texture des seins.

Ces informations récoltées sont analysées, de façon à ce qu’un changement de température ou de forme, par exemple, soit signalé à la patiente et à son médecin, grâce à l’envoi des données via Bluetooth à une application.

De cette manière, il est possible de procéder à une mammographie dès que des symptômes, que l’on ne remarquerait pas à l’œil nu, apparaissent : le soutien-gorge ne vient pas remplacer la procédure médicale, c’est un dispositif d’alerte.

Selon le jeune entrepreneur, il suffit de porter ce soutien-gorge 60 à 90 minutes par semaine pour avoir un rapport régulier sur la santé de ses seins, pas besoin donc de remplacer toute sa lingerie. Il estime par ailleurs qu’il permettrait en effet de détecter les prémisses d’un cancer du sein à 95%.

Et les liens Bluetooth/cancer ?

Enthousiaste face à cette innovation, je me suis tout de même posé la question du Bluetooth et de l’impact que les ondes peuvent justement avoir sur les seins. Est-ce qu’on n’a pas dit que c’était cancérigène ?

J’ai donc contacté Higia Technologies, l’entreprise qui développe le soutien-gorge Eva, et c’est Antonio Torres, le chef du développement technologique, qui m’a répondu :

« L’énergie Bluetooth est si basse qu’elle n’est pas assez puissante pour causer un cancer en portant directement atteinte aux cellules (c’est une forme de rayonnement non-ionisant). »

Bien que les avis divergent sur cette question, selon lui, c’est en effet un type de radiations qui ne sont pas spécifiquement dangereuses pour la santé, estime-t-il en s’appuyant sur un document de L’American Cancer Society.

Quel avenir pour le « Eva bra » ?

Antonio Torres a bon espoir que le développement du produit permette de le commercialiser au prix de 200$ environ d’ici peu :

« Nous sommes en train de terminer les essais cliniques ici au Mexique, donc d’ici la fin de l’année, nous lancerons le produit sur le marché. »

D’abord en Amérique latine, puis en Europe, en Asie et pour finir en Amérique du Nord : reste à savoir si les assurances santé le préconiseront et le rembourseront. En attendant, Higia Tech poursuit son projet :

« L’argent que l’on a gagné grâce au prix du Global Student Entrepreneur Awards (ndlr : c’est-à-dire 20 000$), comme celui des autres récompenses remportées, ira à la recherche & développement.

Notre but est de faire en sorte que l’algorithme de détection soit le plus précis possible, puisque même une amélioration de la précision entre 1% et 3% pourrait avoir un gros impact. »

À lire aussi : Comment des citrons ont sauvé la vie d’une femme touchée par le cancer du sein

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (0) Facebook ()

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!