Non, la pénétration ne va pas déformer ta vulve

En 2019, les pros du slut-shaming continuent à colporter des mensonges sur les conséquences d'une vie sexuelle active. Cela doit cesser !

Non, la pénétration ne va pas déformer ta vulve

Aaaaah, ça faisait longtemps qu’on avait pas vu de la misogynie sur Internet (non).

Heureusement, un utilisateur de Twitter a pris la bonne résolution de commencer 2019 avec un peu de slut-shaming.

Les rapports sexuels peuvent-ils élargir le vagin ?

Souvent objet de plaisanterie, l’idée fausse que les rapports sexuels déforment le vagin et la vulve est un cliché répandu.

C’est sur celui-ci qu’un utilisateur de Twitter a choisi de s’appuyer pour présenter ses meilleurs vœux :

C’est loin d’être une première car en 2016, une femme avait déjà préféré la métaphore du sandwich au jambon pour dénoncer la vie sexuelle, selon elle trop intense, de Taylor Swift.

Depuis quelques années, une photo comparant des tranches de thon de différentes formes tourne également sur Internet pour illustrer cet élégant concept.

J’ai donc pris mon sceptre à deux main pour rappeler en vidéo que NON, les rapports sexuels (et plus particulièrement la pénétration) n’ont pas d’incidence sur la taille, la forme ou la tonicité du vagin.

En effet, le vagin est un muscle qui s’adapte aux situations : il se détend pour laisser la place à un doigt, un sextoy, un pénis, et reprend sa forme initiale après la stimulation.

Seuls les accouchements par voie basse et l’avancée dans l’âge peuvent avoir une incidence sur l’apparence de la vulve.

Pourquoi colporter cette rumeur ?

D’un point de vue médical, les arguments avancés par l’ensemble de ces memes sont donc faux.

Mais derrière ces contenus réjouissants se cache le slut-shaming, cette pratique qui consiste à culpabiliser les femmes qui aiment/pratiquent le sexe, notamment en dehors du mariage.

Ces posts véhiculent tous une même idée : les femmes qui ont une vie sexuelle trop active ne méritent pas le respect, et leur punition divine est de se retrouver avec un vagin trop large et/ou des lèvres trop grandes.

C’est un moyen de contrôler la sexualité des femmes en faisant peser sur elle une certaine forme de honte.

TOUTES les vulves sont normales

L’autre conséquence néfaste de ce meme malsain est de renforcer l’idée qu’il n’existe qu’un type de vulve « normale » : celui où tout est lisse et rien ne dépasse.

Cette norme fictive est renforcée par la pornographie qui présentent constamment des vulves de ce type, le plus souvent totalement épilées.

Pourtant, tout comme les seins, les pénis et absolument toutes les parties du corps, les vulves peuvent prendre des formes très différentes.

Les « petites » lèvres sont parfois plus grandes que les « grandes », parfois asymétriques, parfois presque invisibles…

Et quelle que soit la forme de ta vulve, elle est NORMALE, et ce ne sont pas les rapports sexuels pénétrants qui la modifieront, qu’importe leur fréquence.

Mon vœu pour cette nouvelle année : ne plus avoir à rappeler ce genre d’évidence, que toutes les vulves se sentent aimées <3

Et toi, est-ce qu’il t’est arrivé de complexer sur l’allure de ta chatte ? 

À lire aussi : Traiter une femme de salope, ça veut dire quoi ?

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!