Rihanna répond au magazine néerlandais qui l’a insultée

Depuis hier, le magazine néerlandais Jackie suscite une vive polémique. Des termes insultants pour décrire Rihanna dans un de leurs articles ont fait réagir nombre d'internautes. Aujourd'hui, la chanteuse répond sur Twitter.

C’est une histoire de jurons. Des mots balancés sans délicatesse dans le dernier numéro du magazine de mode néerlandais Jackie. À la lecture d’un article humoristique censé décrypter la tenue et l’attitude de la chanteuse barbadienne dans son clip We Found Love (soit dit en passant, nous on l’a beaucoup mieux fait ici) on peut lire ceci :

« She has street cred, she has a ghetto ass and she has a golden throat. Rihanna, the good girl gone bad, is the ultimate niggabitch and displays that gladly, and for her that means: what’s on can come off. « 

« Elle a de la street cred, un boule du ghetto et une voix en orRihanna, la gentille fille devenue rebelle, est l’icône de la salope reunoi par excellence (la traduction de niggabitch n’est pas simple) et elle le montre avec plaisir, ce qui pour elle signifie : tout ce qui est porté peut être enlevé. »

Des mots qui flirtent dangereusement avec l’insulte raciste. En tout cas, tel que l’ont ressenti de nombreux internautes, journalistes (notamment Jezebel et Fashionista) et blogueurs qui ont réagi avec indignation.

Précision de Jehn. sur le forum à propos de l’utilisation du terme « nigga » : « En fait pour revenir sur le terme de « nigger »/ »nigga » c’est un terme que les Noirs se sont appropriés et donc ils s’appellent beaucoup comme ça entre eux (d’où le fait que Nicki Minaj l’emploie pour s’auto-désigner) et ça n’a rien de péjoratif dans la bouche d’un Noir s’adressant à un autre noir. Par contre c’est extrêmement extrêmement extrêmement mal vu et considéré comme raciste dans la bouche d’un Blanc, parce que ca renvoie à la période de l’esclavage et tout ça. Le mot « nigger » est vraiment tabou dans la société américaine, ils appelent ça le « n-word » pour ne pas avoir à le prononcer en entier, et donc je ne suis pas surprise de la réaction de Rihanna, parce que effectivement se faire appeler « nigga » aux Etats Unis par quelqu’un qui n’est pas noir, c’est choquant. »

Pour répondre au bad buzz, Eva Hoeke, la rédactrice en chef du mensuel a alors présenté ses excuses sur la page Facebook de Jackie :

« […] ceci n’aurait jamais dû arriver. Point. […] le titre de cet article était une blague – une mauvaise blague, pour ne pas dire autre chose. […] Par ailleurs, j’espère que vous croyez bien tous qu’il n’y avait aucune motivation raciste derrière ces mots. C’était stupide et naïf de penser que c’était une forme acceptable d’argot – vous entendez ces mots tous les jours à la télévision et à la radio,  mais votre idée de ce qui est normal a apparemment changé – c’était un choix peu judicieux : n’y voyez aucune malveillance. Nous réalisons notre magazine avec amour, énergie et enthousiasme, et il arrive parfois que quelqu’un franchisse la limite. On ne peut alors faire qu’une seule chose : s’excuser. Et espérer que les autres l’accepte. »

Des excuses en bonne et dues formes sur la place publique qui n’ont pas eu l’air de convaincre Rihanna, qui a répondu aujourd’hui-même à Eva Hoeke sur Twitter :

Notez toute l'ironie dans ce fond d'écran approprié

@evajackie J’espère que vous savez lire l’anglais, car votre magazine n’est qu’une pauvre représentation de l’évolution des Droits de l’Homme ! Je vous ai trouvée irrespectueuse, et même pire pathétique !!  Vous avez dépassé les bornes, vous n’avez rien de plus utile à imprimer ? Il y a des milliers de jeunes néerlandaises qui aimeraient être reconnues pour leur contributions à leur pays, vous auriez pu leur accorder un article. Au lieu de quoi, vous payez pour en imprimer un qui dégrade une ethnie toute entière ! Voici votre contribution à ce monde ! Encourager la ségrégation, inciter les futurs dirigeants à agir comme par le passé ! Vous avez placé ces deux mots ensemble,

« @evajackie avec l’intention de rabaisser, ça n’a aucun sens… « *****SALOPE »?!… Et bien avec tout le respect, au nom de ma race, voici mes deux mots pour vous… ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE! »

(notons que si ça peut nous paraître choquant que Riri évoque « sa » race, c’est un truc relativement admis aux States de distinguer par leurs « races » les Afro-américains des Whites, des Latinos, des autres ethnies…)

Un règlement de compte comme Internet les aime. Mais peut-on reprocher à Rihanna sa réaction quand le magazine Jackie a autant dérapé ? Sans compter que, quelques jours auparavant lors de sa tournée au Portugal, un homme l’avait aussi insultée en tenant des propos racistes. Pas étonnant que la coupe soit pleine.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 19 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Muiyo
    Muiyo, Le 26 janvier 2012 à 14h50

    Je ne m'aventurerais pas sur la qualification des propos tenus pas la journaliste de Jackie. Ils sont certes au delà de la limite.

    A sa place, j'aurais simplement comparé le comportement et l'image véhiculée par Rihanna à une certaine Britney en son temps....
    Peu importe la couleur, quand on pense qu'elles sont/ont été toutes deux des icônes pour des milliers de gamines à travers le monde, leur image porn/trash est dévalorisant pour l'image de la femme et montre un modèle que j'espère, ma fille ne suivra jamais.

    Je pense que c'est ce qui aurait pu être mis en exergue dans l'article si les propos de la journaliste étaient restés purement objectif. Au lieu de ça, on ne retient que des mots, utilisés par les mauvaises personnes. Deux couleurs, deux vocabulaires?
    En tout cas, journaliste comme artiste dans cette affaire semblent en avoir manqué.

Lire l'intégralité des 19 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)