Reine d’Égypte, un manga fort et inspirant sur la première femme pharaon

Par  |  | 19 Commentaires

Découvre le destin incroyable d’Hatchepsout, première femme pharaon d’Égypte, dans une série de mangas éditée par Ki-oon !

Reine d’Égypte, un manga fort et inspirant sur la première femme pharaon

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Ki-oon
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Reine d’Égypte est une toute nouvelle série de mangas, de l’auteure Chie Inudoh chez les éditions Ki-oon, dont le tome 1 paraît le 9 mars 2017.

reine-degypte-manga-couv

La série reprend un parcours de vie qui n’est pas des moindres, puisque c’est celui de la première femme pharaon, Hatchepsout, véritable figure historique de la XVIIIe dynastie de l’Égypte.

Contrainte d’épouser son demi-frère Séthi (accédant au trône sous le nom de Thoutmosis II), et malgré leur air de couple royal idéal et charismatique, Hatchepsout nourrit une vive rivalité envers son mari (qui le lui rend bien) et ne souhaite pas se contenter du paraître et des ornements du statut de reine.

La jeune femme voit bien plus loin : elle nourrit depuis son enfance l’ambition d’être elle-même la représentante des dieux sur Terre et une guerrière hors pair, et donc d’être pharaon, en véritable digne descendante de son père. Elle désire avoir un pouvoir décisionnaire, non pas par orgueil mais par vocation.

À lire aussi : L’ambition et moi : histoire d’une révélation

reine-egypte-manga-visuel1

Mais Hatchepsout est une femme et, pour s’affranchir des conventions sociales et ancestrales qui l’astreignent à une fonction purement décorative, il lui faudra patience et persévérance (et pour ce dernier trait de caractère, elle n’en manque pas du tout).

Le manga a donc une vocation historique, puisqu’il repose sur une histoire vraie et plutôt méconnue (je la découvre personnellement !), mais son côté romancé permet aussi d’orienter l’ouvrage vers une volonté de présenter le destin d’une femme forte, courageuse et exemplaire !

Hatchepsout est un personnage déterminé depuis son enfance à briser les codes, à refuser de se soumettre à des préceptes absurdes selon lesquels les femmes devraient être moins fortes et avoir moins d’autorité, même moins de valeur, que les hommes. Du féminisme antique, en somme.

À lire aussi : « Womanhood », un beau projet sur les femmes et le genre en Égypte

Le livre accorde aussi une grande place à la valorisation de l’instinct : Hatchepsout porte ses convictions d’égalité en elle depuis longtemps, et malgré les événements qui vont l’amener à les remettre en doute et à baisser les bras, c’est ce même désir profond de justice qui va la pousser à trouver la force de contester l’ordre établi.

reine-egypte-manga-visuel2

Dans cette quête initiatique, Hatchepsout va aussi être confrontée à des thématiques fortes, à commencer par le rapport à la beauté féminine. La magnificence d’une épouse de pharaon est une convention, une fierté aussi pour le peuple.

À lire aussi : Comment j’ai appris à sortir sans maquillage

De fait, la beauté peut faire figure de pression pour une femme qui n’a pas envie des apparats, tout comme elle peut être bien pour celle qui aime cela. Mais en plus d’approfondir ces différents questionnements, le manga nous montre aussi que cela peut être une arme, et c’est plutôt badass.

Enfin, Hatchepsout va être confrontée à un dilemme lourd, celui qui oppose ses ambitions au bien des autres, bien ancrés dans leurs traditions.

Elle se retrouve face au poids des responsabilités de sa fonction, couplée à ses valeurs d’humanité et de justice (elle n’aime pas vraiment que son frère d’époux assassine des prisonniers pour son plaisir), et à ses désirs d’émancipation et de revendication de ce qu’elle est.

reine-egypte-manga-visuel3

En résumé, Reine d’Égypte parvient à mêler la réalité historique (d’ailleurs le dernier chapitre apporte plein d’éclairages sur l’époque) d’un destin extraordinaire à une histoire féministe et inspirante, grâce à un personnage féminin fort qu’on ne peut pas s’empêcher d’admirer.

Ce manga a quelque chose de très romanesque, grâce à son histoire pleine de dilemmes, de conflits d’intérêts et de personnages secondaires intrigants. Il risque bien de vous rendre accro très rapidement !

POUR VOIR UN APERÇU DU LIVRE, CLIQUEZ ICI !

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
Forum (19) Facebook ()
  • Morgwen
    Morgwen, Le 8 juin 2017 à 10h00

    Hatchepsout n'est pas la première femme a avoir régné sur l'Egypte mais elle est la seule femme-pharaon. Les autres femme qui ont gouverné l'Egypte l'ont fait en tant que Reine-mère, Reine-Veuve, Reine-Soeur. Dans le cas d'Hatchepsout au départ elle a été Reine-Veuve, Reine-Tante mais elle a ensuite été Femme-Pharaon en reprenant tous les symboles attribués au pharaon (barbe postiche, naissance à l'origine d'un dieu, spectres du pouvoir, roi-guerrier écrasant ses ennemis sur les bas reliefs etc). C'était une façon de légitimer son pouvoir sans dépendre de quelqu'un d'autre. Elle a ainsi put écarter son neveu du trône et ne plus craindre qu'il prenne sa place à sa majorité.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!