Queens of Africa, les poupées venues du Nigéria qui célèbrent la diversité

Un ingénieur nigérien a créé Queens of Africa, une ligne de poupées mannequins à la peau noire inspirées des principales ethnies du pays.

Queens of Africa, les poupées venues du Nigéria qui célèbrent la diversité

Taofick Okoya, un ingénieur nigérian désespéré par le manque de diversité au rayon jouets, a décidé de lancer sa propre marque de poupées mannequins noires, Queens of Africa, inspirées des trois principales ethnies du Nigéria : les Huasa, les Igbo et les Yoruba.

Dolls dressed in local attire are arranged on a table at a workshop in Surulere district, in Nigeria's commercial capital Lagos

En plus d’être très jolies et d’avoir une collection de vêtements aussi impressionnante que celle de leur cousine caucasienne, ces poupées ont un véritable rôle didactique pour les enfants : celui de leur apprendre à être fiers de leurs origines et de leur histoire.

Pour Taofick, qui s’est vu plusieurs fois rembarré des magasins de jouets nigérians parce que « les poupées noires ne se vendent pas », le succès de Queen of Africa (il se vend entre six et huit milles poupées par mois) est dû à un long travail de sensibilisation et d’éducation de la population nigériane.

queen-of-africa-dolls-6

Les poupées ne sont pour le moment disponibles qu’au Nigéria mais on ne peut qu’espérer le développement de la petite entreprise de Taofick dans toute l’Afrique ainsi que sur les autres continents !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • QueensofAfrica
    QueensofAfrica, Le 21 novembre 2016 à 14h55

    Commencez avec nous une nouvelle aventure avec les poupées Queens of Africa…
    Cliquez et vous verrez :
    http://queensofafricadollsfr.fr/
    Vivez l’expérience Queens of Africa avec Wuraola, Nneka et Azeezah !
    Offrez à tous nos enfants un jouet qui célèbre la diversité culturelle.

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)