4 histoires vraies de phénomènes « paranormaux » qui nous sont arrivés

Quatre madmoiZelles ont décidé de raconter les phénomènes paranormaux les plus intrigants de leur vie... Arriverez-vous à vous endormir ce soir ?

4 histoires vraies de phénomènes « paranormaux » qui nous sont arrivés

Adolescente, je passais des heures sur des sites traitant de phénomènes paranormaux. Me dire qu’on peut ne pas tout savoir, ne pas avoir réponse à tout, me fascinait.

Je mourrais d’envie d’apercevoir un OVNI, d’être témoin de la présence de fantôme, pour vérifier la véracité de tout ce que je lisais.

Enfin, j’en avais envie… mais ça me faisait peur, aussi.

Comme à beaucoup de personnes, il m’est arrivé des choses étranges dans la vie. Et à mes collègues aussi.

Alors aujourd’hui, voici 4 témoignages de phénomènes CHELOU qui restent encore, à nos yeux, inexpliqués.

La très étrange disparition d’un enfant en vacances

Ici Tifaine, rédactrice mode & lifestyle. Je jure solennellement que tout ce que je vais raconter est VRAI.

Quand j’avais 8 ans, je suis partie en résidence de vacances avec mes parents. Un truc modeste dans lequel il y avait un petit terrain (vraiment petit) avec des bancs où les gens pouvaient s’asseoir.

J’y ai rencontré une autre petite fille et j’ai passé quasiment toutes mes vacances avec elle à squatter ce petit endroit. On adorait se raconter des histoires d’horreur, ce qui n’a pas aidé pour la suite…

Un soir, nous y étions toutes les deux, seules, et nous avons fait la rencontre d’un petit garçon avec qui nous avons passé la soirée.

Je me souviens qu’on écrasait des pignons de pin, rien d’extraordinaire. Il nous avait même montré du doigt la petite maison de la résidence où il dormait.

Régulièrement, la lumière qui éclairait notre petit carré se coupait (il fallait juste la ré-enclencher). Alors donc, à un moment, j’y suis allée.

Sauf que là, quand la lumière fut rallumée, le petit garçon avait totalement disparu.

Les dix premières minutes, nous pensions qu’il rigolait et on le cherchait sans trop s’inquiéter. Puis le temps s’est éternisé et le petit garçon ne réapparaissait pas.

Nous avons commencé à vraiment prendre peur, surtout que la lumière continuait de se couper régulièrement. 

Je ne sais plus dire combien de temps nous avons passé à l’attendre, la terreur était totale et nous nous sommes rentrées vite fait.

Le lendemain, on a tenté d’aller voir où il était censé habiter dans la résidence mais cette maison était totalement inoccupée.

Plein de trucs bizarres se sont passés en général pendant ces vacances ; j’ai même fini par me demander si tout ça avait vraiment eu lieu. Mais quelques années plus tard, la fameuse petite fille m’a retrouvée sur Facebook…

Et l’une des premières choses qu’elle m’a dit fut :

« Tu te rappelles du petit garçon qui a disparu ? »

Des morts qui rendent visite dans des rêves, un phénomène récurrent

Je suis Marie et je m’occupe des évènements et de la box madmoiZelle.

Dans ma famille, on a tendance à croire que les personnes qu’on aime viennent nous dire au revoir en rêve le jour de leur mort.

Ma mère m’a raconté que le jour où sa mère est décédée alors qu’elle avait 20 ans, elle serait venue la voir dans son sommeil.

Elle se souvient avoir perçu une grande lumière blanche. Sa mère se tenait debout, en très bonne santé et lui souriait, alors qu’elle était paralysée depuis 16 ans par une sclérose en plaques combinée à la maladie de Charcot.

Quand son meilleur ami est décédé d’un cancer fulgurant il y a quelques années, il est aussi venu lui rendre visite en rêve.

Même si je ne sais pas quoi penser de ces rêves (qu’il m’est aussi arrivé d’avoir avec cet ami et mon grand-père le jour de leur mort), je trouve que c’est une idée apaisante.

La mystérieuse chambre jaune et ses secrets

Moi, c’est Léa, et je bosse à la régie commerciale.

Chez mes grands-parents, nous avons pour habitude avec ma soeur de dormir dans une chambre, recouverte d’un papier peint jaune — d’où son surnom de chambre jaune

Personne n’a jamais trop su pourquoi, mais ma frangine et moi n’avons jamais aimé y dormir. En fait, on y a même carrément peur, sans jamais pouvoir expliquer pourquoi. Elle est normale, cette chambre, mais on ne s’y est jamais senties bien.

Après moultes négociations, on a réussi au fil du temps à échanger avec celle réservée à mes parents, parce qu’elle nous faisait moins peur.

Le temps passe, on grandit… Mais même à 23 ans, je n’avais toujours pas envie de dormir dans la chambre jaune. Et je ne comprenais toujours pas pourquoi.

Il y a quelques mois, à l’occasion d’un repas de famille, ma petite cousine âgée de 14 ans, m’a demandé :

« Alors tu dors où ce soir chez papi et mamie ? »

Honteuse de lui raconter que je suis une trouillarde, j’ai fui en disant que je ne savais pas. Je lui ai demandé le pourquoi de cette question et là, elle me dit :

« Oh je sais pas, comme ça, moi je n’aime pas dormir dans la chambre jaune. »

Ah bon…? J’ai empressé le pas vers mon cousin, 22 ans, et je lui ai demandé ce qu’il pensait de la chambre jaune. Rire gêné de sa part :

« Euh je sais pas, je n’aime pas trop dormir dedans ».

BON LÀ KESKISPASS WESH !

Alors je suis allée voir mes parents, leur expliquant la situation. Ils m’ont répondu le plus naturellement du monde :

« Ah, c’est peut-être parce qu’avant, un médium habitait dans la maison. Peut-être que son bureau devait être dans cette pièce…

Les enfants sont plus sensibles à ce genre de choses. ».

CI-MER LES DARONS. CI-MER DE M’AVOIR PRÉSERVÉE. MAIS CI-MER PARCE QUE J’AI ENCORE PLUS PEUR D’Y DORMIR MAINTENANT.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… consulter une médium

Une séance de spiritisme aux lourdes conséquences

Hello, ici une membre de madmoiZelle anonyme. À l’âge de 16 ans, j’ai fait ma maline à vouloir faire du spiritisme avec des copains. J’avais lu partout qu’il ne fallait pas rigoler avec ça, mais ces préventions ne m’ont pas fait peur.

C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés, des potes et moi, un samedi soir, autour d’une planche de Ouija, à invoquer les morts. Je priais alors pour que ce soit ma grand-mère maternelle qui vienne et il se trouve que c’est son nom qui a été dicté par le verre sur notre table.

Je me souviens lui avoir demandé si tout allait bien, si elle était heureuse là où elle était, si elle voulait me dire quelque chose. À chaque fois, le verre se dirigeait paisiblement vers le OUI.

Assez naturellement, je lui ai demandé si je pouvais partager ces informations avec ma mère.

Et là, le verre s’est dirigé avec une force incroyable vers le NON. Il a un peu bougé, puis est retourné vers le NON. Puis encore un peu de mouvement, puis le NON de nouveau.

Alors j’ai demandé de quoi elle voulait me parler… et la bougie que nous avions allumé pour nous éclairer s’est éteinte d’un coup.

À ce moment là, on a tous eu VRAIMENT peur, on a hurlé, et après avoir rallumé la lumière et repris nos esprits, on a décidé de s’en arrêter là.

Cette nuit là, de dormais chez une amie et j’étais morte de trouille. Je me suis réveillée plusieurs fois en ayant vraiment l’impression de voir ma grand-mère au pied de mon lit, me fixant.

Le lendemain, au réveil, j’ai vu que j’avais reçu plusieurs appels manqués de ma mère, qui avait finit par m’envoyer ce SMS glaçant :

« Ma fille, je suis très triste parce que ta grande-tante, ma tante, est morte. »

La soeur de ma mamie décédée était morte, de manière assez brutale, la nuit qui a suivit ma séance de spiritisme.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ça m’a totalement vacciné de la pratique du spiritisme et je n’ai jamais réessayé après ça.

Et vous, avez-vous été témoin de phénomènes paranormaux ? En avez-vous peur ou êtes-vous, au contraire, plutôt serein•e à l’idée qu’une autre réalité reste à découvrir ? 

À lire aussi : Le paranormal, j’y crois pas… mais j’en ai peur

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Commentaires
  • Soomaya
    Soomaya, Le 29 octobre 2018 à 21h04

    BarbieDroguée
    Aïe aïe aïe :
    Tes messages me font rire même si il n'y à plus la réponse, je te trouve très bienveillante dans tes propos je l'aurai peut-être été un peu moins.
    Je suis d'accord que tout le monde croit ce qu'il veut, c'est vraiment le propre des humains de croire des choses sans preuves, simplement tant que ça ne fait pas de mal c'est bien (croire que nos proches nous rendent visite dans nos rêves, que quelque chose nous protège, en l'homéopathie ;) ), moi même je me complait à croire que le monde est juste et que les bonnes choses que je fais seront récompensées, tandis que les gens qui me font souffrir seront punis. Par contre, quand ça commence à faire du mal il est important de ne pas se laisser happer par ces croyances et essayer de tester un peu le réel, chercher des explications... énormément de choses ont des explications parfaitement rationnelle quand on y réfléchi !

    Concernant les hallucinations, savez-vous que ce n'est pas l'apanage des malades psychiques ? énormément de personnes en font l'expérience (par exemple en cas de manque de sommeil ou de privation sensorielle). Et ce n'est pas de l'imagination, les imageries cérébrales montrent qu'il y à effectivement l'activation d'aires corticales associées au sens sollicité au moment de l'hallu.

    Pour les hasards, les sursauts, les bruits innatendus, les fenêtre ouvertes sans raisons... dans quelle disposition psychique étiez-vous à ce moment là ? Est-ce que vous étiez plutôt angoissé ? Hypervigileant ? personnellement je suis très sujette à l'anxiété, et je peux vous dire que les soirs où je me suis endormie persuadée qu'un voleur était dans mon appart prêt à me tuer sont arrivés souvent (et heureusement je ne crois pas aux phénomène paranormaux, sinon j'aurai cru qu'ils s'agissait de monstres !). Prenez un moment pour écouter les bruits autour de vous, vous verrez vous ne pouvez pas tous trouver l'origine, mais comme vous n'êtes pas en train de paniquer tout vas bien !

    Et puis pour les évènements inexpliqués de votre enfance... sachez que de nombreux chercheurs ont étudiés les phénomènes de faux souvenirs, et qu'ils ont même réussi à en créer... On ne peut faire vraiment confiance ni à ses sens, ni à sa mémoire.

    BarbieDroguée je pense à ton étonnement sur les personnes qui se réfugient immédiatement dans le paranormal avant de trouver l'explication rationnelle... En psychologie cognitive on parle d'un phénomène qui s'appelle le "jump to conclusion", c'est la capacité qu'on certaines personnes à trouver immédiatement une réponse à une interrogation, même si elle est peu fiable. C'est souvent ce qui est à l’œuvre dans les convictions délirantes chez les psychotiques (attention, je ne dis pas que les personnes qui croient au paranormal sont psychotiques, on est plus en 1850 on sait qu'il n'y à pas les fous et les autres, mais que tout le monde se promène sur un genre de spectre...).

    Enfin bref l'esprit humain est plein de choses passionnantes, je me perds un peu... j'espère peut-être en avoir rassuré certains ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!