Les nouveaux mots du dictionnaire pour 2014

Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 28 mai 2013     

« Bombasse », « kéké » et plein d’autres mots font désormais partie du Petit Robert, l’un des plus célèbres dictionnaires francophones.

Comme tous les ans, de nouveaux termes font leur apparition dans le Petit Robert ! Après  « permaliens », « rétroliens », « dystopie », « oscariser » ou encore « psychoter » l’année dernière, nous connaissons désormais quels groupes de lettres vont rentrer dans la prochaine édition du célèbre dictionnaire.

Dans la rubrique « nos régions/parties du monde francophones ont du talent », nous trouvons :

  • « fricadelle » (mais tu peux continuer à dire « saucisse marron », c’est bien aussi) et « brol » (en gros, le bordel) pour la Belgique, que je salue en la checkant avec une frite
  • « agender », soit prendre rendez-vous pour nos amies suisses
  • « patenteu-x-ses » pour parler d’un bricoleur ou d’une bricoleuse émérite, « bas-culotte » pour les collants ou « traîneux » pour quelqu’un dans le besoin. Trois mots qui nous viennent du Québec.

Comme tous les ans, on a également droit à la remise à niveau technologique avec « texter » ou « microblog » ou encore à la partie succion qui voit l’officialisation de l’union entre deux mots (« transgénérationnel » et « interprofession »). Nous avons également le droit sans nous faire taper derrière la tête de dire qu’un livre est « goncourable » ou que la pénurie de Dinosaurus dans les rayons du Carrefour est un coup des « conspirationnistes ».

Mais ceux qui vont faire le plus parler d’eux, ce sont avant tout les grands gagnants de la catégorie « on était vraiment obligés ? » : « PCB », apparemment un composé chimique selon l’AFP, « bombasse », « chelou », « kéké », « clasher », « modeux », « choupinet » (non) ou « hénaurme » en proposition de remplacement d’« énorme » (jamais. J’aime pas l’humour).

Comme chaque année, je m’étonne davantage d’apprendre que certains mots sélectionnés n’y étaient pas encore, plutôt que de voir des termes résolument argotiques faire leur entrée, à l’image de « bien-pensance », « graffeur », « décomplexer » et « itinérance » (le fait d’aller d’un point A à un point B en sentant le rance l’idée d’un perpétuel mouvement).

Et toi, qu’en penses-tu sur une échelle allant de « je veux m’étouffer avec mon édition 2000 du Petit Robert tellement je refuse de voir des mots aussi familiers dans le dictionnaire » à « je suis super contente qu’on prenne l’évolution de la langue en considération » ?

Ça vous a plu ? Partagez !

85 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Sophie-Pierre Pernaut - Tous ses articles

Sophie-Pierre Pernaut (dite SPP, dite Sophie) écrit pour madmoiZelle depuis l'an 2011. Elle s'est donnée pour mission de vous informer, de vous divertir et d'éventuellement vous faire rigoler avec son humour somme toute assez crétin. Elle aime la tartiflette et les chèques en blanc.

Plus de Sophie-Pierre Pernaut sur le web :

Tous les articles Culture, Livres et aussi Médias
Les autres papiers parlant de

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. LyncisLyncis

    Le 29 mai 2013 à 13:56

    Posté par titien
    @lyncis: c'est un truc que je comprend pas ça… sans méchanceté hein! y doit y avoir une logique qui m'échappe… Mais pourquoi parler d'un appauvrissement de la langue quand on rajoute des mots dans le dictionnaire. Ca me semble être l'inverse. Un appauvrissement, ça serait supprimer des mots (ça se fait aussi d'ailleurs mais je m'insurge contre ça en effet. Genre je suis à 100% pour le retour du Mondamoiseau. :coeurquibat:)
    Là c'est une évolution de la langue, qui plait ou pas mais qui finalement l'enrichi non?
    Pour moi, le français tel qu'on le parle à notre époque s'appauvrit, il suffit d'écouter les gens discuter pour remarquer qu'ils ne maîtrisent pas la conjugaison, qu'ils emploient des expressions erronées (le plus drôle est le mix de plusieurs expressions) et que leur vocabulaire est assez réduit… Je sais que je risque de paraître méprisante en écrivant ça, mais sans parler comme des livres, je trouverais ça plus normal que des adultes sachent s'exprimer correctement… (ça ne m'empêche pas de dire plein de gros mots hein, je ne dis pas que tout le monde devrait avoir un langage châtié 24h/24)

    A mon avis, la généralisation de l'argot et "l'officialisation" de tous ces nouveaux termes participent à cet appauvrissement, puisqu'ils vont servir de références… Alors qu'ils ne sont pas franchement jolis, utiles ou même simplement corrects dans la forme. Je trouve ça dommage, déjà que les jeunes (par ex) parlent assez mal comme ça… Mais bon, j'ai peut-être tout faux, qui sait, on écrira peut-être des poèmes ou de grandes œuvres littéraires avec ces "nouveaux" mots ! :xd:
  2. LyncisLyncis

    Le 29 mai 2013 à 14:57

    Je ne remonterais pas aussi vieux, plutôt par rapport au XXe siècle… Quand je compare l'époque de mes grands-parents à la nôtre, je remarque que globalement ils parlaient mieux, même s'il y a toujours eu de l'argot et des gens peu instruits. Et même les jeunes s'exprimaient à peu près bien en français, et pas en langage "kikoolol".

    Posté par althee
    "Le français s'appauvrit", c'est quelque chose que j'entends souvent dire, mais par rapport à quoi ? Par rapport à quelle mystérieuse époque de pureté de la langue française ?
    Il ne faut pas oublier que des siècles précédents, on n'a que des traces écrites de la langue, et des gens qui savaient écrire, c'est-à-dire… Une très faible partie de la population et dans la pratique écrite, qui ne correspond qu'à une très faible partie de la pratique de la langue que nous faisons (et encore, on écrit beaucoup plus aujourd'hui qu'il y a un ou deux siècles). Le reste de la population parlait (quelques documents administratifs permettent de le voir, ou encore les restitutions, malheureusement souvent artificielles, par les auteurs de littérature) une langue sans syntaxe, sans grammaire, avec un vocabulaire extrêmement limité, bref, une langue qui vous ferait hérisser les cheveux sur la tête. C'est un mythe que l’appauvrissement de la langue française.
  3. Tom ChatonTom Chaton

    Le 29 mai 2013 à 15:14

    Toujours pas d'attachiant…
  4. TitienTitien

    Le 29 mai 2013 à 16:00

    @lyncis: la majorité des jeunes que je connais ne parle pas kikoolol. Genre je dis souvent choupi, kéké (d'ailleurs ça même mon père le dit ) et pourtant je ne pense pas assassiner les oreilles des gens quand je parle. Après plus qu'un appauvrissement de la langue, je pense qu'il y a des gens qui ne savent pas cloisonner leur façon de parler. Je ne parle pas de la même façon avec un prof qu'avec un ami (j'ai jamais dis à un prof "oooh c'est choupiiiiii" par exemple mdr). Mais je ne sais pas si cette proportion de gens est en progression ou pas (ni même si des études sérieuses ont été faite sur le sujet et pas juste un "sentiment général".) et surtout je ne pense pas que le dictionnaire en soit la cause. La preuve: personne n'attend le dictionnaire pour utiliser des mots, c'est plutôt l'inverse. C'est la différence entre une langue vivante et une langue morte. :)
  5. Amalbergas LivingstonAmalbergas Livingston

    Le 29 mai 2013 à 16:05

    @Titien Le problème, c'est que pour certains, le fait que ce soit écrit dans le dictionnaire légitime l'emploi de ce mot dans une conversation en langage courant sauf quand évidemment c'est des insultes ou des choses aussi grosses que ça.
  6. TitienTitien

    Le 29 mai 2013 à 16:23

    @-katouchka-: je sais. C'est de ce que je veux parler quand je dis "je pense qu'il y a des gens qui ne savent pas cloisonner leur façon de parler. Je ne parle pas de la même façon avec un prof qu'avec un ami (j'ai jamais dis à un prof "oooh c'est choupiiiiii" par exemple mdr)."
    Evidemment qu'il y a des gens qui ne savent pas faire, mais ces gens là n'ont pas besoin que le mot aille dans le dictionnaire pour l'employer dans une mauvaise situation. Je pense pas qu'il y ait plus de gens qui disent "choupi" à leur patron sous prétexte que le mot est dans le dictionnaire. Les gens qui, déjà, ne différencient pas le langage familier du courant ne feront pas plus l'erreur je pense.
  7. MiguenMiguen

    Le 29 mai 2013 à 18:04

    Je suis québécoise et je peux vous dire qu'il y a une erreur pour le mots Traîneux. Il s'agit en fait d'une personne qui ne ramasse pas ses choses, qui ne range pas.

    L'autre définition n'est jamais utilisée.
  8. FlachFlach

    Le 29 mai 2013 à 19:06

    Posté par titien
    Juste euh?? Texter? Y a des gens qui disent "texter"? J'ai jamais jamais entendu ce mot, je dis "textoter" et mes amis aussi du coup je suis toute tourneboulée. :shifty:
    Alors à l'inverse moi et tous mes potes et entourage disent "texter" !
    Je te texte tout à l'heure, tu me textes pour qu'on sache où on se retrouve ? Etc;
  9. SpiracleSpiracle

    Le 02 juin 2013 à 12:52

    Par chez moi (pardonnez la référence pourrie, mais dans le milieu estudiantin -et en particulier les étudiants en polytechnique), on écrit "énhaurme" :shifty: :yawn:. Ca me fait donc très bizarre de le voir inclus dans le dictionnaire (avec le h qui change de place, en plus), je pensais que c'était une simple petite boutade…

    "Le Cercle Polytechnique, une Chose Enhaurme !"
  10. SolsticeSolstice

    Le 03 juin 2013 à 01:01

    Que l'on m'arrête si je me trompe. Il me semble que le dictionnaire est là pour nous aider à mieux appréhender des mots inconnus… (jusqu'ici tout va bien ?) Du coup, dans ma tête, le dictionnaire est utile pour se renseigner sur l'orthographe des mots, découvrir des mots inconnus ou alors pour les étudiants étrangers (comme je pourrais utiliser un dictionnaire d'anglais). C'est pourquoi je fais un "hénaurme" (allez savoir pourquoi cette orthographe me fait sourire. L'explication sur Flaubert était super intéressante d'ailleurs !) blocage sur les mots du calibre de "kéké" ou "bombasse"… Font-ils réellement partie des mots qui nécessitent une explication ? VRAIMENT ? Un étranger qui fait ses études ici aura le besoin vital de savoir cette définition sous peine d'avoir zéro à ses partiels ? Et un français a t'il vraiment besoin de la définition de ce mot ? J'imagine ce que ça pourrait donner, c'est assez rigolo.
    Bombasse, n.f, fam. : dit d'une femme avec des attributs très convaincants. :yawn:
    Je ne désire pas me la jouer élitiste, ce n'est pas mon but, mais je trouve que d'autres néologismes ont plus leur place dans le dictionnaire que… ça ! Et comme l'a dit une autre madmoiZelle, je me demande comment les nouveaux mots sont choisis…

    (Je dévore la bibliographie de Queneau en ce moment, et je trouve que ses savoureux mots-valises et néologismes y auraient beaucoup plus leur place. :fleurs:)

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !