« Osez le masculisme », le groupe sexiste de Sciences Po Bordeaux

Des étudiants de Sciences Po Bordeaux ont ouvert un compte Facebook contenant de l'humour violemment sexiste. Huit d'entre eux seront entendus demain en entretien préalable au conseil de discipline.

Pour répondre à la toute nouvelle association A-bord créée à Sciences Po Bordeaux qui s’interroge sur les questions de genre et de harcèlement dans l’établissement, des élèves de la même école ont décidé de lancer un groupe sur Facebook. Mi-décembre, Osons le masculin à Sciences Po Bordeaux ouvrait alors ses portes. De l’humour discutable, des faux débats… Il n’en fallait pas plus pour que la direction de l’école n’intervienne et fasse fermer la page, et ce même si son succès était on ne peut plus mitigé. Elle a également pris le parti d’afficher le texte de la loi Taubira-Vallaud Belkacem sur le harcèlement sexuel dans les couloirs de l’école.

Ce qui n’a pas empêché un deuxième groupe dans le même style de voir le jour : Osons le masculisme est né le 22 janvier, avec toujours le même « genre d’humour ». On pouvait y lire des insultes à l’encontre des femmes, des réflexions homophobes et des termes gratuitement violents. Point culminant de la page : certains membres appellent à l’organisation d’une « érection-débat » pour perturber le bon fonctionnement d’une projection-débat. Ils invitaient alors les autres membres du groupe à y feinter un bukkake (l’éjaculation collective et plus ou moins simultanée sur une personne).

La direction de l’école fait à nouveau assez rapidement fermer la page et un collectif luttant contre le sexisme demande à ce qu’une sanction soit appliquée à l’encontre de ses créateurs. S’ils ne sont pas identifiables, huit membres actifs de la page sont retrouvés et devront passer un entretien préalable au conseil de discipline demain. Pour l’instant, aucune décision quant à la sanction n’a été dévoilée. Toutefois,  la direction portera plainte au pénal pour infraction à la loi sur le harcèlement et utilisation fraduleuse de la marque Sciences Po Bordeaux, peut-on lire sur le site de Sud Ouest de l’établissement scolaire si elle arrive à identifier les meneurs. Jean Petaux (cité par L’Express) le directeur de la communication de l’IEP, ajoute :

« Nous ne pouvons pas laisser passer ce genre de comportement mais on ne va pas non plus virer un étudiant parce qu’il a « aimé » un post. »

De son côté, un collectif de lutte contre le sexisme bordelais accuse la direction d’entretenir le sexisme en tolérant par exemple que son équipe de volley soit surnommée « les violeyeurs » depuis plusieurs générations. En attendant, une enquête interne se poursuit pour identifier les créateurs de ces deux pages. 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 83 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • DestyNova_
    DestyNova_, Le 12 février 2013 à 21h27

    stardust42;3918675
    sabrinalafraise;3910326
    euki;3909804
    stardust42;3909789
    Pour ma part, je suis partisane du féminisme, mais je ne vois pas en quoi une bonne dose d'humour noir ferait de mal. Vous qui êtes partisan du second degré, vous ne le comprenez pas? Si on ne peut plus rire de tout, alors on ne peut plus rire de rien. Il y a des blagues sur les juifs, les noirs, les basanés, les femmes, les homosexuels, tout ce que vous voulez... Et personne ne va en conseil de discipline. Il y a d'autres problèmes à s'occuper que de stopper une page drôle et divertissante. La sonnette d'alarme, il faut la faire retentir au bon moment, pas à celui-là.

    Ils vont en conseil de discipline parce qu'ils ont associés leur page avec le nom de l'école.

    Après, je ne trouve pas ça forcément très drôle mais pour les blagues dans ce genre, je dirais que ça dépend du contexte et des gens... rire de tout, mais pas avec tout le monde en gros. Si un copain ou une copine m'avait dit ça en direct, il est possible que j'aurais dit "oh nooon" en rigolant...

    Du coup, je remarque qu'avec le sexisme, on est souvent plus tolérant (moi y compris) qu'avec le racisme. Si l'article avait porté sur une page contenant des déclarations racistes, il me semble que les réactions auraient été moins mitigées. Qu'on aurait moins cherché à "minimiser".
    ... Je ne sais pas trop quoi en penser...


    En fait, moi l'argument de l'humour, je le trouve toujours léger, jusqu'où on peut aller par "humour" je me le demande...
    Faire une rape joke entre potes, ok, c'est de l'humour, créer une communauté publique sur internet... c'est de l'humour aussi?

    Là on passe quand même à un autre niveau, ya une action mise en place, un regroupement, etc.
    Ya un moment où faut quand même être conscient de ses actes et être un peu responsable, se rendre compte que c'est pas "juste de l'humour".

    Ce que je trouve dangereux avec cet argument de l'humour c'est que ducoup il devrait excuser tous les comportements (pire, si tu trouves pas ça drôle c'est toi qui est en tort, même de plein d'autres points de vue tu as raison, mais grâce à l'humour, tout est balayé).

    Bref, je crois que la frontière entre "humour" et réalité est quand même très mince pour ce qui est du sexisme et qu'il faut savoir reconnaitre un comportement qui encourage à la haine et tolère une certaine forme de violence verbale ou physique.

    Pour finir moi aussi je trouve que quand il s'agit de blagues racistes ou anti-sémites, les sanctions tombent sans qu'on se pose plus de questions.
    Comme je le dis souvent, si tu rentres dans une librairie, tu vas avoir du mal à trouver un livre de blagues sur les noirs ou les arabes, alors que sur les blondes, si.

    Avec les femmes, c'est toujours de l'humour et il n'y a jamais de bon moment pour tirer la sonnette d'alarme (d'ailleurs même quand une femme le fait pour porter plainte pour viol ou violences, on remet en question la légitimité de son geste et on remet en doute sa parole).
    Est-ce qu'un moment on va comprendre que si tant de femmes sont battues et violées c'est qu'il a fallu en arriver là d'une manière ou d'une autre et qu'il est quand même plus intelligent d'agir à la source que d'attendre que les coups soient mortels (ou alors on considère définitivement que c'est bien de la faute des femmes si elles se font violer).


    Edit :

    Pour répondre à deux trois objections sur le féminisme :

    -Oui, adopte un mec est un site super sexiste. Pour les hommes, et aussi pour les femmes (qu'il ramène à tous les clichés habituels, le rose, le shopping, etc).
    Ceci dit les stéréotypes sur les hommes et les femmes ne peuvent pas être mis sur le même pied d'égalité, puisque :


    1) nous ne vivons pas dans le même contexte social, les hommes ne subissent pas de slut shaming, ne font pas attention à ne pas porter des vêtements trop sexy le soir sous peine de se faire agresser, ne subissent pas de discrimination pour des emplois à responsabilité vis-à-vis des femmes etc. C'est pour ça qu'un site du type "adopte une meuf" n'aurait pas eu les mêmes réactions.
    Ceci dit vous pouvez toujours vous rabattre sur le site "baise une salope différente tous les jours" si vous êtes si tatillon que ça sur l'égalité des stéréotypes dégradants.


    2) même lorsqu'on place des hommes en situation de "sujet" en ce qui concerne les stéréotypes sur la sexualisation, comme dans le cas de ce site, ce n'est pas la même chose que quand il s'agit de femmes qui sont placées en situation de sujet. En effet, MALHEUREUSEMENT, dans notre société, on pense qu'il n'y a que les hommes qui peuvent tirer un bénéfice d'une relation sexuelle. C'est pourquoi même dans le cas d'adopte un mec on ne trouve pas ça (de prime abord) offensant ou dangereux pour les hommes (mais ça reste de l'objetisation de l'individu).  Dans notre société le sexe c'est bon pour l'homme, il doit chercher ça et s'en vanter, alors que pour une femme c'est déplacé et dégradant (on pourra même dire qu'elle a un problème qu'elle essaie d'attirer l'attention (le fameux terme "attention whore"), qu'elle est insécure, etc). C'est aussi pour ça que si tu confrontes un homme à une situation type "viol collectif par 10 femmes" il va automatiquement te dire "moi j'aimerais bien!".


    3) Oui il existe des stéréotypes sur les hommes et sur les femmes,mais ceux sur les femmes sont souvent dégradants, orientés sur le sexe et éclipsent toutes les autres caractéristiques (on ne se dira pas forcément d'un mec super sexy qu'il est stupide ou qu'il n'a comme intérêt que le sexe, mais d'une femme ça aura tendance à annuler tout ce qu'elle peut avoir d'autre). D'ailleurs les stéréotypes sur les femmes sont tellement dégradants que la féminité est une insulte en elle-même une fois appliqués à un homme. Je reprends une phrase de Laci, "si tu es un homme tu peux être abusif, tu peux être le dernier des connards, mais ne t'avise jamais de porter une robe".
     

    Combattre le sexisme, ce n'est pas juste œuvrer pour les femmes, mais aussi pour les hommes qui sont victimes des mêmes stéréotypes dégradants.

    Sinon moi aussi ya des blagues sur ce site que j'aurais presque trouvées drôles, et je suis une femme, c'est pas pour autant que je me dis que que ça donne raison à ces gens ou que mon utérus valide ce qu'ils ont fait de quelque façon que ce soit ...
    Je ne t'ai pas lu en entier, au bout d'un moment j'ai dû décrocher. Tu dois sans doute avoir des arguments valables auxquels tu crois dur comme fer mais ce ne sont pas eux qui ont fait le viol collectif à ce que je sache... Puis comme j'ai répondu à une personne qui m'avais cité oui ils n'auraient pas dû ni citer le nom de l'école, ni créer un compte facebook. Mais faire tout un pâte à caisse pour ça, pardon, mais je trouve que ça frise le ridicule.
    J'ai commencé à t'écrire un message en te donnant des références et des chiffres, mais après je me suis dit à quoi bon. De toute évidence tu as complètement manqué l'objet de la discussion.

Lire l'intégralité des 83 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)