Marion Séclin fait la paix avec son corps, avec les complexes imposés ou interdits

Par  |  | 12 Commentaires

Marion Séclin adresse une longue lettre à son corps, une ode à ce vaisseau qui la porte, qu'elle a trop souvent méprisé, insulté, et avec lequel elle voudrait faire la paix.

Marion Séclin fait la paix avec son corps, avec les complexes imposés ou interdits

« Mon p’tit corps, je ne t’aime pas trop.

Je ne m’adresse pas souvent à toi pour te remercier, te féliciter ; en général, quand je te regarde, je t’insulte, ou je te reproche des trucs.

Pardon pour ça. »

C’est par ces mots que Marion Séclin entame Mon corps, ce héros, une vidéo pleine de tendresse et de jolies images pour se réconcilier avec cette enveloppe de chair qui porte son esprit.

Mon corps, ce héros, par Marion Séclin

Avec sincérité, de sa douce voix, la jeune femme hisse le drapeau blanc, dans l’espoir d’une paix bien méritée avec ce corps contre lequel elle s’est si longtemps bagarrée.

Cette vidéo, c’est comme un poème, une lettre d’amour timide et naissant envers un ancien objet de haine et de mal-être.

Les complexes de Marion Séclin, proche des canons de beauté

Assez vite, Marion aborde ses complexes. Car oui, elle en a, même si elle est dans les canons de beauté à plein de niveaux.

Dans notre société, faire du 36 ne signifie pas qu’on s’aime forcément. La femme parfaite n’existe pas, et Marion a tout entendu : pas de seins, pas de formes, les côtes saillantes c’est moche, tes cheveux sont plats…

Comme toutes les femmes, Marion a été taxée de « trop ceci » et de « pas assez cela ».

À lire aussi : L’évolution des standards de beauté sur 3000 ans

Amer revers de la médaille : la jeune femme n’a pas toujours eu le droit de parler de ses complexes. Le reste du monde la faisait souvent taire, en lui disant que puisqu’elle correspondait aux normes, elle n’avait pas à exprimer ce genre de choses.

Comme si, en le faisant, elle privait des personnes plus éloignées des normes de beauté de faire entendre leur voix. Alors qu’il n’en est rien !

Même sur madmoiZelle, ça lui est arrivé : lorsque Marion a sorti le clip Beach Body Ready célébrant la diversité des corps, certains commentaires lui disaient en substance qu’elle n’était pas légitime pour porter ce message, puisqu’elle était « bonne ».

La jeune femme m’explique un autre travers de ce corps « conforme aux attentes de la société » :

« Parfois, j’ai l’impression que les gens estiment que mon physique m’immunise contre la critique, et se permettent de me renvoyer des avis négatifs de façon très directe.

C’est comme si on pensait que mon corps allait me consoler des tacles que je reçois, qu’un jugement me touchera moins, et qu’il était normal de s’en donner à cœur joie…

Alors que je suis sensible, peu importe mon apparence. »

Je trouve que ce message est important, parce qu’on peut tout à fait parler de ses complexes sans prétendre détenir la médaille de la meuf qui souffre le plus au monde, et que dire à quelqu’un « Non chut toi t’as pas le droit », ça ne fera rien avancer.

La solidarité féminine, et la bienveillance, c’est aussi reconnaître à chacun, à chacune le droit d’avoir des points faibles et de les exprimer sans craindre d’être rabroué·e.

Alors bravo Marion Séclin pour cette jolie vidéo. J’espère que ton corps et toi trouverez une nouvelle entente, pour longtemps !

Faire la paix avec son corps

Voici diverses ressources pour mieux t’entendre avec ton corps !

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Ophélie-Jolie
    Ophélie-Jolie, Le 20 mars 2018 à 21h09

    Oui, pour moi ça a été longtemps pareil (ça l'est encore parfois). On m'a toujours dit que je ne pouvais pas me plaindre, parce que j'étais mince, comme la société le voulait, comme les mannequins dans les magazines. Sauf que je me trouvais ideuse, trop maigre, pas assez de seins, avec mes os qui saillaient, on aurait dit qu'ils allaient déchirer ma peau...
    Maintenant j'ai pris du poids, ça va donc mieux mais je complexe encore de mes seins qui eux n'ont pas grossi, et surtout je me trouve molle. Je suis mince ok, mais ça m'empêche paa d'avoir de la cellulite et de ne pas aimer mon corps.
    Bref, j'ai vraiment souffert adolescente d'avoir personne à qui en parler, vu que mes copines étaient tous plus rondes que ce que la société met en valeur et m'engueulaient, se moquaient de moi ou me rabaissaient.
    Des fois elles disaient même genre "de toute les garçons aiment les femmes avec des formes, pas les tas d'os". Je sais qu'elles disaient ça pour se rassurer, mais pourquoi me taper dessus en passant ? Par jalousie ? Bref, du coup, moi qui étais déjà pas sûre de moi à la base, en plus, j'avais peur des relations avec les hommes, parce que je pensais qu'ils seraient tous dégoutés de me voir si maigre (alors qu'en fait non, personne m'a jamais rien dit !).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!