Mes 6 rendez-vous de rêve avec Les Princes de l’Amour (édition 2015-2016)

Les Princes de l'Amour sont en route pour une édition 2015-2016 dans ton plumard ! Tu rêves d'un rendez-vous sous les étoiles filantes avec chacun d'entre eux ? Laisse Amélie l'imaginer pour toi (et fuis tant qu'il est encore temps).

Mes 6 rendez-vous de rêve avec Les Princes de l’Amour (édition 2015-2016)

Joie ! Exaltation ! French manucure ! Les Princes de l’Amour sont de retour depuis quelques semaines sur cette merveilleuse chaîne qu’est W9. Si la mise en scène des candidats exposés comme dans un freaks show te révulse, sache que la télé-réalité n’est pas prête de s’éteindre à la française (dans un dernier souffle, car l’oeuvre de son père est accomplie). Cette troisième saison réalise des records d’audience et aplatit celle de Secret Story comme un vieux pancake périmé.

Le principe est toujours le même : six princes, aux physiques différents, rencontrent deux prétendantes venues spécialement pour réaliser un contrôle technique complet (sous les yeux des spectateurs médusés). Une fois par semaine, certains princes doivent renvoyer une des deux filles dans un van au siège recouvert de morve. Le lundi suivant, une nouvelle prétendante arrive. Et ainsi de suite jusqu’à ce que décès survienne le prince décide de repartir avec sa promise (et se fiance sous une arche de pivoines en papier crépon, pieds nus dans l’écume).

Enfermés pendant plus d’un mois dans un villa d’Ibiza, il faut peu de chose pour que les candidat•e•s se transforment en pitbulls déguisé•e•s par la prod, une coupe de champagne à la main. Les Princes de l’Amour ne t’aideront sans doute pas à préparer ton Master de Sciences du Langage, mais pour passer une soirée entre délassement profond et dédain surpuissant, c’est souverain.

Cette année, le casting s’est étoffé avec une nouvelle catégorie de monarques, prêts à s’emparer de ton palpitant encore chaud. Les atypiques sont ceux que la chaîne n’a pas su classer entre « ce mec va faire de l’audience parce qu’il a un super boule » et « ce mec va faire de l’audience parce qu’il lui manque une dent sur trois ». Deux nouveaux candidats, soit deux chances de plus de ne pas zapper sur LCI ! Et peut-être deux mois de plus à ajouter à la saison…

Inutile de tortiller plus longtemps du croupion : je ne manque aucun épisode. Les Princes, c’est mon petit plaisir coupable, comme le chirashi saumon ou Emmanuel Moire sur l’autoroute. Louper ce rendez-vous creuse un gouffre intense en moi, que seul le replay apaise, tel un objet pointu sur une piqûte de moustique.

Accroche-toi aux accoudoirs de ta chaise, et laisse-moi te conter à quoi ressemblerait un date avec chacun des candidats !

Un brunch avec Nikola

nikola

Nikola (qui a décidé d’emmerder les maîtresses de maternelle avec l’orthographe de son prénom) est cet homme plein de mystère et de charme, cachant derrière sa cravate en satin un magot inestimé. En effet, il est présenté comme le dandy de ces dames, le James Bond au doux fumet de fricadelle sauce samouraï. Nikola aime les belles et les bonnes choses, c’est pour cela que j’aimerais commencer ma journée à ses côtés pour un brunch copieux à base de bacon grillé et marmelade de coing sur toasts fumants.

Après un furtif match sur Tinder et quelques émoticônes « singe qui se cache les yeux » échangés, il finirait par m’inviter sur son yacht amarré à Anvers. Nous profiterions d’une excursion à grande vitesse sur le canal Albert pour échanger quelques mondanités autour d’une assiette servie par un quelconque péon. Quelques verres de blanc AOC plus tard, nous finirions par nous rouler copieusement dans le sirop d’érable, nus et en état d’ébriété. Il me promettrait de m’emmener au bout du monde (ou au moins admirer le Manneken Pis). Puis on s’endormirait enlacés, bercés par la houle des flots et du jus d’airelles dans l’estomac.

  • On conclut ou pas ?  

Réveillée par un bruit suspect, je m’apercevrais que Nikolas a profité de mon sommeil paradoxal pour filer dans la soute rejoindre son rencard de 13h30. Honteuse et résignée à l’idée de me voir rentrer en pédalo, j’aurais regagné la terre ferme en brasse coulée puis pris un TER à destination de Paris-Est.

Un début d’aprem’ avec Gilles

gilles

Après une rapide apparition dans un épisode de Tellement Vrai, Gilles a décidé de faire son grand retour à la télé en tant que prince atypique. Si d’hors norme il n’a que son slip de bain dans lequel ses attributs semblent sur le point d’exploser, ce Ken à la peau tendre a néanmoins réussi à capter mon attention. C’est pourquoi je choisirais un moment bien précis de la journée à passer en sa compagnie : la première moitié de l’après-midi.

Rencontré alors que je promenais mon chien dans le parc, Gilles (très en beauté dans un bermuda jaune pâle) m’aurait proposé de tâter son pectoral droit. Fier d’avoir pu décrocher un « oh » admiratif, le jeune étudiant en médecine aurait alors pris mon numéro. Déjà c’est romantique comme premier contact.

Quelques jours plus tard, je le rejoindrai dans mon plus beau col claudine. Après un repas léger à base de milk-shake Gerlinéa, nous profiterions de la faible affluence pour nous faufiler dans la première salle de sport se présentant sur la route de son Vespa. À 14h30, personne sauf n’a le temps pour les développés-couchés.

Gilles m’apprendrait à renforcer ma ceinture abdominale entre deux gorgées de Powerade bleu Schtroumpf. Nous ferions plusieurs séries de pompes, côte à côte, tout en récitant la liste des maladies auto-immunes. Ce serait vachement beau.

muscu

  • On conclut ou pas ?

La moiteur des vestiaires rapprochant les corps, je finirais par arracher sa paire de chaussettes avec les dents. Nous fuirions sur une île paradisiaque, libres de devenir aussi rouges que des écrevisses, de voir nos visages peler sans être forcés de nous recouvrir de Biafine, de porter des t-shirt floqués « Bellâtre de Nice »… Vraiment libres, quoi.

Un goûter avec Geoffrey

geoffrey2

Geoffrey est le deuxième quota atypique de cette saison. Ayant déjà laissé vivre son expression capillaire dans la villa de Secret Story, le roux aux chemises fluo a décidé de remettre ça aux Baléares. Son look surprenant et son attirance pour les aspects inédits de l’existence humaine font de lui un grand penseur et un boute-en-train au potentiel infini.

Geoffrey est ce genre de personne qu’on n’imagine pas dévêtue. Pourtant, c’est en tapant son nom sur Google Image que je tomberais sur ses muscles tendus, le regard transperçant l’écran, tenant à pleines mains sa virilité dans un champ de blé. Ni une ni deux, j’harcèlerais son agent pour connaître son salon de thé préféré. Je m’y précipiterais et établirais un camp de base, cachée derrière un volume de Boule & Bill, un macchiato latte posé au bord de la table.

geoffreynu

Attention, ceci n’est pas une campagne de prévention contre les UV. 

Quand Geoffrey se pointerait enfin, je ferais mine de ne pas trouver le code des toilettes sur mon ticket de caisse. Attendri, il m’inviterait à sa table où nous débattrions sur le bien-fondé du port du noeud papillon et du motif pied-de-poule.

  • On conclut ou pas ?

Notre échange durerait des heures. Mais face à notre mésentente sur l’accord de l’orange et du rouge, je déciderais de quitter les lieux en le laissant payer la deuxième tournée de muffins. Quelques mois plus tard, Geoffrey remporterait la huitième édition des Rois du Shopping — 3 heures et 400€ maximum pour être chic et causer une attaque à Cristina. Son chrono : dix minutes et trente-trois secondes. Un record jamais plus égalé.

Un apéro avec Gérard

gerard

Gérard est un prétendant. En d’autres termes, il est censé ne pas être dans shortlist de gens sachant potentiellement ce qui se cache sous ta housse de couette. Pourtant, je pense qu’il a tout autant sa chance que n’importe quel autre participant à l’accent du Sud-Ouest ! Gérard, c’est ce genre de mec sympa que tu pouvais croiser en fin de soirée sur tchatche.com, avec qui tu sympathisais sur MSN et qui t’écrivait des poèmes sous forme d’articles Facebook. On tombe amoureuse des Gérard, lentement mais sûrement.

Après quelques longs échanges textuels, je déciderais de briser la glace pour lui proposer une rencontre romantique à la lueur du brasero. Pensant que quelques entrecôtes détendraient l’atmosphère, je me hâterais d’ouvrir mon coeur mou à cet homme exigeant.

barbecue

À quoi servent les belles métaphores quand il suffit d’être clair comme un verre de Cristalline ?  

  • On conclut ou pas ?

Soit Gérard est encore plus timide que moi, soit mon charme n’est pas infaillible. Après plus d’une heure à scruter le blanc des yeux de l’autre, dans un silence monacal, nous finirons par nous…. serrer la main. Plus tard, il réapparaîtrait dans le bain de Jeremstar et clasherait direct : « À partir du moment où j’ai remarqué l’herbe de Provence coincée entre ses deux incisives j’ai senti que notre histoire d’amour sentait le cramé ». Pas cool.

Une soirée avec Djemil

djemil

Tu vois, ce mec avec lequel tu échanges des commentaires graveleux sous ta photos de profil et des autocollants cactus sur Facebook ? Ce mec, c’est ton poto Djémil. Le cinquième candidat des Princes de l’Amour risque bien de titiller ton shorty avec ses blagues qui feraient trembler la radio d’Adibou elle-même !

Vendredi soir, je rencontrerais Djémil dans la file d’attente Fnac Spectacle. Il me proposerait de l’accompagner à la première du nouveau spectacle de Kev Adams. Bien entendu, j’accepterais, imaginant tout ce qui pourrait se passer dans un théâtre plongé dans l’obscurité. Malgré ses mains restées collées à ses cuisses, nous passerions une truculente soirée à base de sourires niais et de mains dans les cheveux. 

foresti

  • On conclut ou pas ?

C’est une fois sur le pas de la porte, après une imitation parfaite du sketch de Kévin la chauve-souris, que j’aurais compris : Djémil doit absolument visiter mon intérieur. Il irait alors aux toilettes, non sans proposer cet échange :

— Tu sais comment j’ai appelé mon zob ?
— Non, comment ?
— Scoubidou. Parce que quand je pisse, je secoue bidou.

J’aurais pas réfléchi plus longtemps. Mais plus tard, après de longues soirées à lever les bras en hurlant « Foresti Party, Foresti Bercy »… j’aurais peut-être commencé à me lasser.

Une nuit avec Gabano

gabano

Gabano n’est ni une contrefaçon de luxe, ni un assaisonnement de pizza. Il est le deuxième séducteur, présenté comme « très beau » par la prod de l’émission. Plus âgé que ses collègues, père d’une petite fille, il est la caution sagesse des Princes de l’Amour (sans la grande barbe, le bâton et les feux d’artifices).

C’est une nuit enflammée que j’aimerais passer avec ce bel Apollon aux jeans toujours parfaitement délavés. Nous irions tremper nos lèvres dans deux ou trois Martinis au rythme de la discographie complète de Ricky Martin. Il m’apprendrait la salsa et je lui expliquerai comment rouler le parfait burrito. Bref, on kifferait la vie quoi.

  • On conclut ou pas ?

Même pas besoin de poser la question.

Quoi qu’il arrive, je pense qu’en chacun des Princes se cache une belle âme qui ne cherche qu’à s’exprimer. Je saurais leur donner le temps d’apprendre ce qu’il faut apprendre, le temps d’avancer comme ils le ressentent. Anna Gavalda le dit si bien : « Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur connerie pas leurs différences ».

Le nombre de tweets les concernant joue aussi, quand même, un peu.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • JulietteVonGeschenk
    JulietteVonGeschenk, Le 15 décembre 2015 à 9h15

    Cet article est parfait, j'ai tant rit

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)