Découvre un clip qui célèbre la diversité des femmes, sur un air de Brassens

Le tout premier clip de Georges Brassens est réalisé par Charlotte Abramow, photographe et réalisatrice belge de talent. Elle immortalise Les Passantes avec grâce !

Découvre un clip qui célèbre la diversité des femmes, sur un air de Brassens

En ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Charlotte Abramow — photographe et réalisatrice de talent — nous livre une magnifique ode aux femmes à travers un clip soigné.

Les Passantes, un clip de Brassens créé par Charlotte Abramow

Par la même occasion, elle réalise le tout premier clip officiel de Georges Brassens, pour le titre Les Passantes — initialement un poème d’Antoine Pol.

Visuellement, c’est splendide. Et peut-être que ça m’a fait pleurer (que veux-tu, je suis une âme sensible).

Si tu regardes bien, tu croiseras quelques visages connus, comme ceux de Marion Séclin à Angèle en passant par Yseult et Claire Laffut — et sûrement d’autres, que je n’ai pas reconnues.

Charlotte Abramow a partagé de nombreux portraits des femmes apparaissant dans le clip sur son compte Instagram où elle explique :

Poème écrit puis chanté, j’ai imaginé cette vidéo comme un poème visuel. Une ode à la Femme, à sa liberté et à sa diversité.

Aujourd’hui, il est important de mettre en lumière qu’il ne doit pas y avoir de barrières pour la Femme, ni de jugements de valeur portés sur elle.

Je suis pour que toutes les femmes puissent s’exprimer, êtres représentées et soient libres de faire leurs propres choix.

Le féminisme est un combat de société pacifique qui nous lie, et non qui nous sépare. C’est un pas vers le vivre ensemble, la liberté, l’égalité et la tolérance. Nous sommes tous des êtres humains avant tout, et nous l’oublions parfois.

Mic drop.

Merci Charlotte pour ce clip d’une beauté époustouflante qui allie à merveille la diversité et la beauté des femmes aux paroles des Passantes.

À lire aussi : Pourquoi le #8mars n’est toujours pas la fête des gonzesses

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Louise Pétrouchka

Louise était presque chauve jusqu'à ses deux ans. C'est peut-être pour ça que Fab a accepté de l'embaucher. Elle s'occupe des podcasts et de la rubrique musique !

Tous ses articles

Commentaires
  • Zik
    Zik, Le 8 mars 2018 à 16h21

    C’est magnifique et fin, j’aimais déjà beaucoup cette chanson chantée par Brassens. Un très grand bravo pour avoir su l’illustrer ainsi. J’en ai des larmes d’émotion. Merci !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!