Les improbables de la mode des JO de Londres 2012

Aux Jeux Olympiques de Londres 2012, les athlètes ne sont pas récompensés pour leur look. Et c'est sans doute mieux.

Les improbables de la mode des JO de Londres 2012

Alors voilà, les Jeux Olympiques, c’est parti pour quinze jours de muscles et de sueur sur les stades londoniens. Pendant que le monde entier a les yeux fixés sur les milli-secondes et les millimètres, la fashion police en profite pour prendre des vacances, laissant le goudron libre aux tenues les plus indigestes de toutes origines. La preuve par quatre que si le rassemblement des peuples, c’est beau comme du Mozart, vestimentairement, le monde court à la perte de son string 3 étoiles.

Le bob de grand-mère sud-coréen

Oh Mamie, oh Mamie Mamie blues…

Les Sud-Coréennes ont chopé la médaille d’or au tir à l’arc par équipe, et j’ai envie de dire que c’est tant mieux pour elles, parce que ça leur évite de compter uniquement le Gérard du couvre-chef le plus laid à leur palmarès. Voilà l’accessoire qui va mettre le feu dans les maisons de retraite, j’ai nommé le bob de campeur signé Adidas, sponsor officiel de ces Jeux Olympiques. Les pauvres Sud-Coréennes avaient besoin d’un truc pour protéger leur rétine du soleil londonien (où ça ? où est-il ?), alors en toute logique, on leur a flanqué des chapeaux de mamie qui boit du Ricard, avec une doublure à carreaux genre tartan, s’il te plaît, on ne plaisante pas avec les détails chez Adidas. Et lorsque ce mirifique chapeau rencontre un plastron à petits motifs kawaï, le WTF est comme ma salade complète : indigeste.

Les motifs spécial fond de l’oeil russes et espagnols

Une tenue totalement pysché.

Comme le disait Patrick Bruel lorsqu’il était jeune et… et seulement jeune, faut pas déconner, « je vais pas me taire parce que t’as mal aux yeux ». Certes. C’est probablement ce qu’a pensé la firme italo-russe Bosco Sport lorsqu’elle a conçu les uniformes du pays de Vladimir, avec tout plein de motifs qui filent une migraine carabinée si on les regarde plus d’un quart de seconde. Bref, les Russes ont le style d’une bouteille de Smirnoff qui aurait fumé des herbes de Provence, et ça ne s’arrête pas là.

Comme il y avait du tissu en trop à fourguer, Bosco s’est attaquée aux Espagnols. Mais sans changer la recette. Résultat, les athlètes ont du mal à assumer le look coco qui leur colle à la peau. Saùl Craviotto, champion olympique de canoë, a posté sa tenue sur Touiteur, en commentant : « À la maison en train d’essayer ma tenue olympique. Il vaut mieux que je ne donne pas mon avis, je vous laisse juger…« . Les stylistes espagnols eux, larguent gentiment des encablures dans leur coin. Ils s’indignent qu’on ait boudé leur talent pour faire du boudin. Oui mais voilà ma petite dame, l’uniforme espagnol était gratos, et toi-même tu sais, un cadeau, ça ne se refuse pas. En plus, Bosco a filé 250 000 dollars pour sponsoriser l’équipe, et comme c’est toujours la crise, en Espagne, on a préféré se remplir les poches arrières, fermer son beignet et pleurer du gaspacho sur sa dignité.

L’armée de coton-tiges allemands

I'm a Barbie girl, in a Barbie wooorld…

Voilà un uniforme qui n’a pas eu l’air de choquer le péquin moyen. Certains ont vaguement émis l’idée que la tenue de cérémonie l’équipe allemande conçue par Bogner s’inspirait des boîtes de Tampax, mais à côté de toutes les catas optiques qui se produisaient dans le même temps, un pantalon hyper-absorbant avec applicateur passerait inaperçu. Tu peux tout d’abord noter que les Allemands ont visiblement eu peur que leurs athlètes se pèlent les miches chez les angliches, puisqu’ils ont opté pour le combo veste matelassée + écharpe en plein mois de juillet. Ou alors il s’agit d’un lapsus vestimentaire : les Allemands auraient préféré faire les J.O. d’hiver. Mais ce n’est rien, tu le sais bien, dirait Julien Clerc, à côté de ce qui blesse mon coeur de Zorro du marketing genré comme un bas de nylon filé au cran d’arrêt. Top du retour à la préhistoire : la palette de couleurs allemande, avec du rose pour les filles, et du bleu pour les garçons. Quelle imagination. Notons qu’avec ces sapes sur le coco, les sportifs ont autant de classe que des bâtonnets pour se gratter le cérumène.

La robe aux mille visages

Nous sommes des millions. Nous envahissons vos robes.

La palme du WTF des Jeux Olympiques revient sans doute à la robe qui a fait le tour du monde, ou du moins, qui s’est incrustée dans tous les pays en une seule cérémonie d’ouverture, causant un effet papillon de dégâts visuels. Portée par toutes les nanas chargées de brandir le nom du pays en tête de délégation, cette fringue imprimée de visages est un véritable phénomène creepy. Sa généalogie étant difficile à identifier, j’émets personnellement l’idée qu’elle a été cousue par le petit-cousin de Frankenstein avec l’aide de Chucky la poupée tueuse. Bref, le résultat ressemble à un hommage aux morts dans un film pour enfants, ce qui va sans doute apporter de la vodka pure au moulin de ceux qui confondent les J.O. et les Hunger Games. On me chuchote dans le coude gauche que les visages seraient ceux de volontaires olympiques. Je réponds qu’il faut être sacrément siphonné pour laisser imprimer sa tronche en all-over.

Alors, que penses-tu de ces tenues pour le moins originales ? As-tu repéré aux J.O. d’autres trouvailles vestimentaires qui feraient frémir un zoulou borgne dans un congélateur ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Kirkja
    Kirkja, Le 3 août 2012 à 2h36

    Jigger;3425310
    [​IMG]
    Haha, on voit "l'intruse" qui s'est incrustée dans la délégation indienne sur cette photo ! :cretin:

    Sinon tout à l'heure un serbe a nagé en maillot de bain rose flashy, je trouve ça fun. :happy:

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)