L’homosexualité et l’avortement enfin dépénalisés au Mozambique

Par  |  | 3 Commentaires

Les personnes homosexuelles du Mozambique ne pourront plus être les victimes de persécutions légales à cause leur orientation sexuelles !

L’homosexualité et l’avortement enfin dépénalisés au Mozambique

Ce lundi 29 juin est un jour symbolique pour le Mozambique grâce à l’entrée en vigueur d’un nouveau code pénal qui supprime l’application de « mesures de sécurité » contre des personnes « s’engageant habituellement dans des actes contre nature ». Selon Jeune Afrique, ces mesures avaient été adoptées par l’ancien code pénal datant de 1886, et permettaient, entre autres, de pouvoir administrer des peines de travail forcées aux personnes homosexuelles.

Ces dispositions n’ont toutefois jamais été appliquées par le gouvernement mozambicain.

Promulgué en décembre dernier par le président sortant Armando Guebuza, ce nouveau code dépénalise aussi l’avortement grâce aux combats menés par de nombreuses associations pour les droits des femmes. Il n’y aura donc plus de sanctions appliquées envers les personnes qui souhaiteraient mettre un terme à leur grossesse, ni contre les médecins pratiquant l’IVG.

À lire aussi : L’excision interdite au Nigéria, une avancée significative pour les droits des femmes

Même si les attaques envers les personnes homosexuelles sont rares au Mozambique, l’homosexualité y est vue comme un crime, ainsi que l’avortement. Leur dépénalisation reste une avancée conséquente et importante pour le continent africain, où il existe encore quelques pays qui sont en guerre contre les homosexuel•le•s et qui ne laissent pas aux femmes la possibilité de disposer de leur corps comme elle l’entendent.

À lire aussi : Votre homophobie me rend « malade »

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Naya Ali

Naya écrit des chroniques vie et société. Douée dans peu de choses à part faire des blagues, elle a préféré écrire chez madmoiZelle plutôt que de passer sa journée à jouer à la console. Elle recherche activement les deux individus qui l’ont victimisée dans le bus en l’appelant Tahiti Bob.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (3) Facebook ()
  • Gringo
    Gringo, Le 30 juin 2015 à 22h47

    Olimeli
    à priori il n y avait pas de réelles sanctions contre les homos au mozambique,:dunno:donc c est plus le coté symbolique ds un pays africain qui est important :confused:
    S'il y avait des sanctions contre les homos ce texte n'aurait jamais été voté.

    C'est même pas pour le côté symbolique, c'est pour l'avancée des droits. Maintenant ce n'est plus un crime avant ça l'était.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!