Guide de Survie de la Gonz au Boulot (GSGB)

Le guide suivant vous permettra facilement de contourner avec classe tous les préjugés qui peuvent sévir dans le merveilleux monde du travail qui s’offre à nous les femmes (parce qu’on le vaut bien ?). Comme ça, vous allez pouvoir arrêter de vous plaindre… Manquerait pu qu'elles fassent la grève, aussi Vous êtes trop jeune Contre-attaquez ! […]

Guide de Survie de la Gonz au Boulot (GSGB)

Le guide suivant vous permettra facilement de contourner avec classe tous les préjugés qui peuvent sévir dans le merveilleux monde du travail qui s’offre à nous les femmes (parce qu’on le vaut bien ?). Comme ça, vous allez pouvoir arrêter de vous plaindre…

Manquerait pu qu'elles fassent la grève, aussi

Vous êtes trop jeune

Contre-attaquez ! Riez en rentrant chez vous (jaune de préférence), beaucoup, pour être beaucoup ridée. Tiens devant Bigard par exemple, ce grand défenseur de la cause féminine. Quand Bigard ne marche plus (même les meilleurs ont des limites OU que vous commencez sérieusement à avoir la nausée), essayez le gaz hilarant ou la cigarette qui fait rire (attention PAS au boulot).

Bilan de l’opération : vous êtes ridés ET épanouie, ce qu’on prendra pour de la maturité. La drogue vous rend cool et vous permet de prendre de la distance par rapport aux choses, beaucoup de distance. Et ce n’est pas l’apanage de la maturité ? Les conséquences de l’expérience ? mais ouiiiiiiiii maaaaaan.

Vous êtes trop fille

Contre attaquez ! Répandez la nouvelle de votre prochain voyage privé au Brésil. En attendant l’ultime et formidable mutation, arrêtez de vous épiler. Grattez-vous l’entre-jambe ostensiblement. Attention, pas trop fort, c’est là que migrera votre cerveau très prochainement, donc préservez cet espace. Essayez par intervalles réguliers de détruire le monde. Lorgnez ostensiblement sur le décolleté de vos collègues féminins (qui n’ont rien compris, vraiment).

Bilan de l’opération : sisi, vous allez voir, on s’y fait au bout d’un moment. Et puis à côté de tous nos chers problèmes féminins, la prostate c’est de la gnognote. Vous serez sur payé(e) (ça changera), sur compétent(e) parce que sur testosteroné(e) (il y a un lien de cause à effet) et on arrêtera de vous emmerder avec des trucs de gonzesse (adieu lessive, ménage, crème dépilatoire !)

Vous êtes trop mère

Contre attaquez ! Vendez vos enfants sur Ebay. En plus d’un gain de temps formidable et d’une crédibilité toute neuve, vous allez pouvoir vous offrir ces magnifiques escarpins dont vous rêvez. Ou pire : laissez-les à leur père, et changez d’adresse et de numéro de téléphone. Envoyez une carte pour Noël et/ou pour les anniversaires.

Bilan de l’opération : vous voilà redevenue presque vierge ! Profitez-en pour adopter un petit jeune comme amant, que vous trimballerez ostensiblement, tel le dernier sac à main de chez Dior (vendez le reste de votre famille et vous aurez le sac à main ET le jeune homme !).

Vous êtes trop enceinte (ou vous êtes trop en capacité de l’être)

Contre attaquez ! Voir point ci-dessus dans le cas où le-grand-malheur est déjà survenu. Niez jusqu’au bout, en prétextant une légère prise de poids ou des ballonnements. Si ce n’est pas le cas, la solution radicale reste d’apporter votre utérus à votre patron dans un bocal avec du formol. En plus d’être un formidable presse papier, il est le gage ultime de votre entière soumission à l’employeur. En plus évitez de fréquenter le sexe opposé, ça éliminera à terme vos velléités de reproduction.

Bilan de l’opération : vous supprimez par là-même les conséquences néfastes des ragnagnas, on ne pourra même plus vous reprocher vos sautes d’humeur télécommandées par vos hormones !!

Vous êtes trop sexy

Contre-attaquez ! Faites vous poser un appareil dentaire. Mangez gras : c’est bon pour la cellulite et les boutons (et pour le cholestérol aussi, apportant une réponse concrète au problème des retraites). Arrêtez le shampoing antipelliculaire. En 2 mots, né-gli-gez-vous !

Bilan de l’opération : Vous éliminez d’un seul coup les possibilités précédentes. Jackpot !! Par contre pensez bien à entamer le processus après le recrutement ou votre promotion canapé. Car cette stratégie ne fonctionne pas avec le Pôle Emploi.

Hé oui, mon petit (ton paternaliste)

Vous êtes trop intelligente (donc trop menaçante)

Contre-attaquez ! Bridez-vous. Arrêtez d’avaler Le Monde et mettez-vous à L’Equipe et à Entrevue/FHM. Zappez d’Arte vers Secret Story. N’allez plus au musée, crachez-leur dessus plutôt. Et ne dites pas « Saleté de culture d’Etat destinée aux élites et visant à reproduire un ordre social établi » mais simplement « la Culture ça pue/c’est pour les blaireaux »

Bilan de l’opération : la lobotomisation par auto-persuasion, il n’y a que ça de vrai. En dehors des derniers résultats de la Champion’s League et des épisodes de Texas Rangers, toute la misère du monde atterrira dans le vide intersidéral situé entre vos deux oreilles. Mais vous serez au chaud dans votre boulot.

Vous êtes trop blonde

Contre attaquez ! Essayez la teinture et faites gaffe aux racines qui vous trahissent irrémédiablement. Ou alors, soyez vraiment très intelligente : les paradoxes fascinent !

Bilan de l’opération : Vous êtes brune (oui oui on pensait qu’il était utile de vous prévenir)

Vous êtes trop noire/marron/jaune/verte…

Contre attaquez ! Forcez le trait et vêtissez vous du costume tribal traditionnel (comment ça vous êtes française ? Démarquez-vous nom de Dieu ! Astérix et Obélix ça va bien un moment !) Essayez la Djellaba, l’os dans le nez, le Kimono ! Allez, avec un peu de chance on vous casera dans un quota et vous ferez la fierté de l’entreprise. Et tout le monde pourra se targuer de faire de la discrimination positive. Si on essaie de vous parler dans une langue bizarre, prenez un air entendu et répliquez que par respect pour vos ancêtres, vous ne vous exprimez en swahili qu’au pays (où vous n’allez jamais et où vous n’irez jamais, vous ne savez même pas le situer sur une carte).

Bilan de l’opération : encore cette histoire de « je suis française blablabla ??? »

Vous êtes trop moche

Contre attaquez : Si vous êtes bête par-dessus, c’est encore mieux. Chanceuse va ! Entretenez-là (votre bêtise), ça rend crédible. En plus personne n’aura envie de vous faire des enfants ! Evitez impérativement de coucher après les séminaires trop alcoolisés, vous allez perdre tout le bénéfice de ce don du ciel. Si c’est de la simulation, n’oubliez pas d’enlever vos faux poireaux et consorts en rentrant chez vous, sous peine de fissurer sur place votre moitié, de faire hurler votre chien à la mort et de terroriser définitivement vos enfants.

Bilan de l’opération : Valorisez votre potentiel : faites sortir la moche qui est en vous. Vous allez bosser comme une dingue tout en étant sous payée (vous n’avez pas accès aux promotions canapé), et surtout on vous traitera de la façon la plus ingrate qui soit. Mais vous au moins, vous avez un boulot !

Heureusement qu'elles étaient là en 40 hein

Vous êtes trop vieille

Contre-attaquez : si l’artillerie lourde ne suffit pas (chirurgie plastique + crème à 300 euros le gramme + bain de sang de pucelle), utilisez un argumentaire efficace : vous êtes ménopausée, vos seins chatouillent désormais votre nombril (ce qui élimine pas mal de problèmes évoqués au dessus) mais du coup avec la belle réforme des retraites qui se profile à l’horizon, vous allez pouvoir être corvéable jusqu’à bien 70 balais.

Bilan de l’opération : Que les avantages de l’expérience et de la maturité ! Négociez quand même un bon sonotone et l’assistance médicalisée au boulot. Avec un peu de chance, on vous donnera en bonus l’abonnement à Santé Magazine

Vous êtes trop lesbienne

Contre-attaquez : on ne va pas vous répéter qu’il faut vous forcer un peu ? Ou alors cultivez le côté « gazon maudit ». On vous gardera pour le côté folklore. Ou descendez un tonneau de Guinness sans vous évanouir, chevauchez une Harley là où vos collègues mâles arrivent à peine à la relever/tourner le guidon. Cassez la gueule au premier qui vous emmerde pour l’exemple. N’hésitez pas à mettre en valeur vos biscottos par des habits seyants.

Bilan de l’opération : Vous forcez le respect. Ça c’est la façon policée de dire que tout le monde a peur de vous et que par conséquent, on vous laisse tranquille. Tapez-vous une bombasse par-dessus le marché, ça ne fera qu’asseoir votre supériorité.

Vous êtes trop grosse

Contre-attaquez : Anorexisez-vous ! Ne mâchez que du vert, du Hollywood chewing gum (sans sucre bien sûr). Méprisez les gens qui vous disent qu’on peut être grosse et sexy ou/et efficace… : ils sont beaucoup trop humains pour être crédibles. Si vous n’avez pas les moyens de vous en faire poser un, avalez un anneau. Au pire, il faudra vous opérer pour l’enlever. Ça sera le moment de soudoyer le chirurgien pour qu’il vous dégraisse en même temps.

Bilan de l’opération : vous êtes pleine de carences, déprimée, et personne ne veut encore vous sauter de peur de vous fracturer le bassin. Mais qu’importe vous êtes mince ! Un 36, ça vaut bien ça !

NON MAIS SANS RIRE

La discrimination au boulot, c’est grave et c’est puni par la loi.

« Toute décision de l’employeur (embauche, promotion, sanctions, mutation, licenciement, formation…) doit être prise en fonction de critères professionnels et non sur des considérations d’ordre personnel, fondées sur des éléments extérieurs au travail (sexe, religion, apparence physique, nationalité, vie privée…). A défaut, des sanctions civiles et pénales sont encourues. »

Toutes les informations nécessaires sont par ici.

Surtout, Contre Attaquez !!! Et faites passer vos plus belles remarques, on en fera un best of dont les bénéfices serviront à aménager des espaces douillets pour tous les crétins dans les cages des ours en rut de tous les zoos du monde (même si je ne suis pas certaine de vouloir faire ça aux ours en rut).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • DolceVita
    DolceVita, Le 18 octobre 2011 à 17h51

    Trop jeune, trop blonde ?! :lol:

    Excellent article, merci.

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)