Le genre & les littératures jeunesse au cœur du projet « Le placard sous l’escalier »

Le placard sous l'escalier est un collectif qui a lancé son crowdfunding afin d'organiser un colloque sur la littérature jeunesse. Au programme de ces journées d'étude : les questions de genre et de sexualité dans les livres pour enfants !

Le genre & les littératures jeunesse au cœur du projet « Le placard sous l’escalier »

Le placard sous l’escalier a besoin de vous ! Ce collectif d’étudiantes organise un séminaire autour des questions de genre et de sexualité dans la littérature jeunesse. Mais pour qu’il puisse voir le jour, il faut rassembler quelques sous. C’est pourquoi une campagne Ulule a été mise en place !

colloque-placard-sous-escalier

La lutte contre les stéréotypes dans la littérature jeunesse est une préoccupation qui prend de l’ampleur dans le paysage littéraire pour la jeunesse. Tout d’abord du côté éditorial, puisque les livres sont de plus en plus nombreux à lutter contre les discriminations, par exemple en combattant les préjugés du papa qui lit le journal pendant que la maman fait du repassage, ou en présentant des modèles familiaux plus variés.

À lire aussi : « Mon super cahier d’activités antisexiste » occupe et fait réfléchir les enfants pendant les vacances !

Mais cette place se fait aussi du point de vue universitaire, à l’initiative notamment des étudiant•es, qui sont de plus en plus nombreux•ses à consacrer leur mémoire de fin d’études à la représentation du genre dans les livres pour enfants.

Pourquoi s’intéresser à une telle question ? Parce que les modèles véhiculés dans les livres participent à la construction mentale de l’enfant — lequel, n’ayant pas un univers de références encore très développé du fait de son jeune âge, se constitue son expérience de la vie à travers son éducation et ce qu’il voit dans les livres (mais aussi à la télévision, sur Internet, etc).

À lire aussi : Cinq livres jeunesse anti-sexisme pour les garçons

Le placard sous l’escalier s’est donc lancé dans l’organisation d’un colloque à la prestigieuse École Normale Supérieure de Paris, afin d’aborder ces questions avec des professionnel•es (de l’édition, de l’écriture) et des passionné•es (blogueurs, booktubeurs).

Le lien entre l’ENS (de son petit nom) et la littérature jeunesse est déjà très fort, puisque des cycles de séminaires y sont régulièrement organisés par L’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (AFRELOCE).

Le choix d’un tel lieu, qui représente tout de même une forme de prestige intellectuel, permet en plus d’apporter une légitimité à la littérature jeunesse, encore boudée et considérée comme une sous-littérature.

La liste des différent•e•s intervenant•e•s devrait bientôt être révélée sur la page Facebook du projet, mais on parle déjà d’Isabelle Nières-Chevrel et Nathalie Prince, deux grandes spécialistes incontournables de la littérature jeunesse, mais aussi de la pétillante booktubeuse Audrey du Souffle des mots !

Un projet à soutenir donc, et à suivre de près !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shurto
    Shurto, Le 30 août 2016 à 15h53

    Super article et super information, merci beaucoup ! Le projet est déjà financé à 84%, je pense que je vais un petit effort car maman d'une petite fille qui me sidère par moment en me ramenant des avis / remarques bien genrées et tout à l'opposé de ce que nous lui donnons comme exemple ou lui expliquons, c'est vrai que des livres qui sortent des sentiers battus et réfléchissent vraiment (enfin leurs auteurs plutôt) aux messages diffusés, ça fait du bien ! Je suis parfois choquée de ce que je lui lis le soir au coucher, pourtant les livres sont choisis soigneusement mais bon, parfois on lui cède en prenant ce qu'elle veut elle (la couverture est jolie que voulez-vous) et au final, bah maman à la cuisine ou seule présente pour s'occuper de l'enfant parce que papa travaille (ce n'est pas le pire)... Du coup moi qui avait adoré enfant la série des Martine, je ne suis plus du tout chaude pour lui en acheter même si la série a été modernisée :P Pas grave on devrait survivre et puis elle demande à faire des arts martiaux donc rien n'est perdu :d

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)