Gaëlle Garcia Diaz, la youtubeuse beauté détonante qui jure comme un charretier

Par  |  | 9 Commentaires

La youtubeuse beauté Gaëlle Garcia Diaz choque par son langage fleuri, mais pourquoi n'a-t-elle pas le droit d'être féminine et de dire des gros mots ?

Gaëlle Garcia Diaz, la youtubeuse beauté détonante qui jure comme un charretier

Parler de beauté nécessite forcément de la douceur et de la finesse ? C’est mal connaître Gaëlle Garcia Diaz qui botte les fesses au stéréotype de la youtubeuse avec son second degré de l’extrême.

Gaëlle Garcia Diaz, l’OVNI des tutos beauté

On m’avait dit de regarder les vidéos de « cette meuf super vulgaire » en étant sûr que je n’allais pas adhérer à ses vidéos. Pourtant j’ai trouvé sa façon de parler de maquillage avec son humour gras plutôt rafraîchissante.

J’ai bien visionné les tutos beauté de Gaëlle Garcia Diaz et je ne suis ni choquée ni déçue.

Avec ses presque 300 000 abonné•es, la jeune femme se présente comme « ta youtubeuse beauté inhabituelle. Faut que ça brille Martine. T’as compris ». Et c’est vrai qu’elle détonne dans le paysage des tutos beauté.

Martine, c’est le petit nom que la jeune belge utilise pour parler à celles et ceux qui la regardent à travers l’écran. Et des Martine qui la soutiennent et qu’elle fait marrer, il y en a beaucoup.

Amusante, franche et décalée… Pourquoi Gaëlle Garcia Diaz dérange-t-elle autant ?

Dans sa première vidéo, elle joue déjà sur le tabou de la rémunération des youtubeurs et youtubeuses.

« J’espère que cette vidéo fera 17 millions de vues et me fera gagner un maximum de pognon, parce que j’adore l’argent, l’argent c’est vraiment super. »

Gaëlle est plus critiquée sur la forme de ses tutos que sur le fond. Objectivement, les personnes qui suivent ses vidéos reconnaissent qu’elle fait bien le job pour ses abonné•es, que sa démarche est honnête et que ses conseils sont bons.

Qu’elle achète ou qu’elle reçoive des produits, Gaëlle ne cache pas leur provenance. Elle nous fait partager ses bons plans et ses moments de galère de youtubeuse beauté aventurière sans avoir peur du ridicule.

C’est sur la forme qu’elle dérange. Pourtant sa façon naturelle de s’exprimer est intéressante. Elle n’est pas dans le contrôle, elle n’est pas bridée et elle ne cherche pas à être lisse.

Gaëlle Garcia Diaz a bien compris que de toute façon, on ne peut pas plaire à tout le monde, surtout pas sur YouTube.

À lire aussi : Glamouze, la chaîne YouTube hilarante qui parodie la sphère mode/beauté par l’absurde

Gaëlle Garcia Diaz, une youtubeuse sans filtre au langage fleuri

Gaëlle utilise des expressions bien à elle qu’on ne risque pas de retrouver sur d’autres chaînes beauté.

« Oui j’ai des ongles de grosse chienne du quartier. »

Elle ne fait pas dans la dentelle. Certain•es y voient de la vulgarité, moi je vois de la fraîcheur et de la nouveauté.

J’imagine qu’elle peut choquer avec ses tutos au langage fleuri. Mais en ne se privant pas d’utiliser de mots crus, elle amène un sujet intéressant selon moi, le rapport des femmes à la grossièreté. Mais ne peut-on pas utiliser des noms d’oiseaux en restant féminine ?

En réalité, la youtubeuse ne fait que voler les insultes de la bouche des personnes qui ne sont pas super au point sur la vision de la femme du XXIe siècle. Elle dédramatise tout avec un second degré désarmant.

Et puis, le second degré les gars, vous connaissez ?

Féminité et vulgarité ne font pas bon ménage ?

Les blagues de cul c’est son crédo et elle en fait des tonnes. Je sais que cet humour peut déranger, qu’il vienne aussi bien d’un homme que d’une femme. Mais dans le cas de la youtubeuse, c’est le fait d’être une femme avec ce franc-parler qui dérange.

Elle ne fait pas toujours dans la finesse et dans la politesse mais son naturel et sa spontanéité suffisent pour que les internautes s’attachent à elle, sans parler de son visage expressif qui a un fort pouvoir comique (sur moi).

Loin d’être bête, Gaëlle se joue des stéréotypes. Elle utilise des remarques sexistes et grossières pour les tourner en dérision. Ça peut sembler excessif, peut-être va-t-elle trop loin pour certain•es, mais elle est drôle et reste bienveillante.

« Mesdames, par pitié cessez de vous sentir mal en lisant des commentaires de connasses ou de grands cons, car n’oubliez pas, si vous possédez un vagin et bien vous dominez la planète entière. »

Elle n’est jamais vulgaire contre quelqu’un, elle ne manque de respect à personne et se moque uniquement d’elle-même (sauf des haters qui jugent, non pas ses vidéos, mais ce qu’elle est en tant qu’individu).

Pourquoi les vulgarités ne gênent pas quand elles viennent de la bouche des rappeurs français qui passent sur les ondes, mais deviennent si scandaleuses dans la bouche d’une youtubeuse ?

À lire aussi : madmoiZelle, une vulgaire bande de branleuses ?

Une attitude de « je m’en bats les ovaires des haters » incomparable

Elle rit de sa « haters community » comme personne et en a même fait une vidéo.

« Petit rappel à l’ordre, mon taf c’est de faire des vidéos et de vous faire marrer. Le taf des haters c’est de cracher leur venin derrière un écran, qui à choisir, je préfère le mien. »

Son niveau intellectuel est parfois remis en question, mais la jeune femme aux cinq années d’études universitaires ne manque jamais de répondant et c’est avec plaisir qu’elle épluche les commentaires haineux qu’elle reçoit, le tout en corrigeant les fautes d’orthographe, et c’est drôle.

« Je lance un petit message pour toutes les personnes désespérées qui regardent cette vidéo en ce moment même, si toi derrière ton écran tu n’as personne à détester et bien ne t’inquiète pas, je suis là.

Je t’invite à me cracher un maximum dessus. »

Elle ne prend pas de pincettes avec les gens qui commentent ses vidéos, elles ne ménage personne et n’a pas peur.

À lire aussi : Arrêtons de « hater » le succès des jeunes femmes qui réussissent

Gaëlle Garcia Diaz : fraîcheur, beauté et humour belge

Même si j’aime la douceur et le côté grande sœur de certaines youtubeuses avec leurs fans, j’aime tout autant Gaëlle Garcia Diaz, qui se place plus dans une position de bonne copine rigolote avec « ses petites Martine ».

Son rapport aux abonné•es est différent, moins Bisounours, mais tout aussi réel et utile.

Et comme dans ce tuto cheveux, elle n’hésite pas à se montrer sans artifice et ça fait du bien.

Elle ne fait certainement pas l’unanimité mais elle a le mérite d’apporter quelque chose de différent sur la sphère beauté de YouTube.

Que l’on adhère ou pas à son style, Gaëlle Garcia Diaz innove.

Et oui Martine, il faut encore se justifier en 2017 pour parler de maquillage et dire des gros mots quand on est une femme.

C’est vrai que si ma grand-mère regardait les vidéos de Gaëlle, elle voudrait lui laver la bouche avec du savon, mais j’espère qu’elle ne changera pas sa façon de s’exprimer sur Internet pour autant.

À lire aussi : En 2017, EnjoyPhœnix n’a toujours pas le droit d’être une businesswoman


Alison

Barmaid au Chaudron Baveur, reine du lapsus révélateur, consommatrice excessive de livres, de films et de séries, mais surtout rédactrice beauté.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Gazpacho
    Gazpacho, Le 29 juin 2017 à 10h22

    J'avoue que de loin, je ne l'aimais pas du tout - de prime abord je l'ai cataloguée bimbo refaite de partout, tendance arriviste puisqu'en couple avec une personnalité Youtube relativement connue...
    Alors qu'en fait en regardant un peu ce qu'elle fait, je me suis rendue compte que j'avais faux sur toute la ligne. Études universitaires, multilingue, douée au poker, et refaite de nulle part, de son propre aveu (vu son franc-parler, si ça avait été le cas je pense qu'elle aurait assumé). Et en plus elle est drôle. Quant à son couple, ils ont l'air amoureux l'un comme l'autre, c'est le principal de mon point de vue d'internaute.
    Allez une petite critique quand même : je trouve que son humour est très inspiré de celui de Jimmy Labeeu. Mais peut-être qu'ils s'inspirent mutuellement ou que sais-je. :dunno:

    Concernant son discours vulgaire et ponctué d'insultes "dégradantes" sur le genre féminin...mon ressenti est qu'elle participe à déconstruire l'impact négatif de ces mots. Quand elle fait un tuto pour avoir une bouche de pute, elle désamorce les craintes des filles qui n'oseraient pas le faire, de peur de se faire traiter de pute, justement. Elle invite à assumer, elle donne du recul sur un mot qui n'a de l'importance ou un caractère péjoratif (outre l'étymologie latine qui n'a plus rien à voir avec la définition actuelle) que si on le décide, finalement.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!