Un auteur résume parfaitement en quoi le concept de « friend zone » est tout pourri

Par  |  | 39 Commentaires

La friend zone BRILLAMMENT expliquée sur Twitter par... un auteur de dessin animé ! C'est super inspirant et d'utilité publique.

Un auteur résume parfaitement en quoi le concept de « friend zone » est tout pourri

Le concept de friend zone est souvent utilisé, à torts et à travers.

Être dans la friend zone, c’est un peu vu comme une « loose ». Comme un moment de seum parce que la personne que tu kiffes t’apprécie comme… un•e ami•e.

Y a souvent un délire de dû derrière. Une idée selon laquelle l’autre te dois quelque chose juste parce que t’es sympa.

Bon, moi, je trouve que c’est un concept un peu moyen, et je suis pas la seule !

La Friend Zone expliquée sur Twitter par un auteur de Teen Titans

Sur Twitter, un mec a voulu rendre hommage à tous ces soldats perdus de la friend zone dans les dessins animés.

En gros, tous ceux qui sont (à un moment) amis platoniquement avec une fille et pour qui, lui, il a le seum que rien ne se passe.

Je comprends l’empathie, je comprends le « ship » qui consiste à rêver que deux personnages soient ensemble.

Mais si on aime ces personnages, on peut pas en vouloir à l’un des deux de ne pas se forcer à aimer l’autre. 

Et ce qui est beau dans ces relations, c’est que ça montre aussi le côté trésor d’une amitié sans sous entendus et sans attentes. Ou en tout cas, dans un respect total des désirs de l’autre.

Bon, je ne suis pas la seule à penser comme ça, puisque le créateur de deux des personnages évoqués par le tweet a réagi !

David Slack a écrit les histoires de Terra et Beast boy dans le dessin animé Teen Titans. Il a tenu à réagir et à mettre au point la réelle nature de la relation entre les personnages.

ET C’EST SUPER TOUCHANT.

Kikou j’ai écrit deux de ces personnages. J’espère qu’un jour tu apprendras ce que Beast Boy savait déjà : que les femmes sont des êtres humains… 

Il poursuit les explications.

Elles ne sont pas des jeux à gagner. Elles ont leur propre pensée et leur propre coeur et ne te doivent pas une relation amoureuse juste parce qu’elles t’attirent.

Et on remonte le remontage de slip dans les règles de l’art avec un final magnifique.

Ce sous-entendu est basé sur la présomption selon laquelle tu as le droit d’être dans la « zone romantique » et ce, peu importe ce que ressent la femme. Et ce dédain vis à vis de la volonté, des besoins et de l’humanité de la femme que tu clames aimer… est de la misogynie. J’espère que ça clarifie un peu le tout.

Bon du coup comme ça c’est clair. J’aimerais envoyer cette série de tweet à chaque personne que je vois utiliser le concept de friend zone. Parce que c’est vraiment bien expliqué !

À mes yeux, c’est encore un truc intégré à la société. Une grosse tâche d’huile à gratter dont les gens ne réalisent pas toujours l’effet et le sens profond. Tellement c’est naturel en fait.

Grâce à des tweets comme ceux-là, plein de gens pourront réfléchir au concept et pour moi, c’est super !

Et ce que je trouve encore plus cool, c’est que ce soit un auteur de dessin animé qui ai un discours comme ça. Une personne qui a un vrai pouvoir sur la jeunesse.

Il a une influence cool à travers ses dessins animés ET à travers ses tweets et je double like.

Et vous, c’est quoi les dessins animés qui vous donnent foi en l’avenir ?

À lire aussi : Comment le sexisme fait du mal aux enfants

Margaux Palace

Prêtresse de la cuisine : comme dans les cités d'or mais avec du fromage. Ses cheveux sentent le chocolat et ses doigts l'échalote, mais elle mélange pas les deux ça va on est pas des bêtes.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (39) Facebook ()
  • PetitePaille
    PetitePaille, Le 10 juillet 2017 à 19h05

    @yuyunaâ
    Oui des relations floues et ambiguës sans forcément y réfléchir ça peut être cool sur le moment, mais je trouve que ça te retombe dessus à un moment. Par exemple un pote avec qui tu couches ça peut se faire naturellement et être cool mais tu as de grandes chances si tu es pas claire sur ce que tu veux que l'autre puisse l'imaginer autrement et que ça parte en cacahouète. Pour moi les frontières entre l'amitié, le sexfriend, le copain peuvent des fois être minces, les actes en eux mêmes ne permettent pas toujours de différencier ces statuts et donc ça devient subjectif et si chacun voit la chose différemment (puisque chacun sa subjectivité), il y a de grandes chances que l'un ait l'impression d'avoir été trompé, que l'autre s'est joué de lui.
    C'est pour ça que lorsque que j'entame une relation qui peut paraître ambigu au premier abord, je précise toujours assez vite ce que j'attends de tout ça (même si c'est vrai que ça casse un peu le naturel), histoire qu'il n'y ait pas de malentendu.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!