Le fondateur de « Stop harcèlement de rue » agressé à Lille

Le fondateur du collectif Stop harcèlement de rue a été victime d'une agression de la part d'individus désapprouvant visiblement son action associative.

Lucas Bolivard, fondateur du collectif  Stop harcèlement de rue, a été agressé jeudi à 17 heures alors qu’il marchait seul dans les rues lilloises. D’après des déclarations au site 20 minutes, une voiture s’est arrêtée à sa hauteur et ses occupants lui ont demandé s’il était bien président de Stop harcèlement de rue. Le responsable du collectif déclare avoir été roué de coups au ventre et dans les jambes après avoir confirmé son identité.

« Dès que j’ai répondu oui, ils sont sortis de la voiture et je me suis retrouvé au sol en moins d’une minute. »

Lucas Bolivard estime que son agression serait directement liée aux messages échangés avec un membre de la direction du groupe Génération Identitaire Flandres sur Twitter. Cet échange traitait de la création du premier bar anti-relous à Lille et était rapidement devenu nauséabond.

Tweet Verhassel

À lire aussi : « Stop harcèlement de rue » inaugure une « zone sans relou » à Paris

Interrogé sur l’affaire, Le directeur de Génération Identitaire Flandres a démenti toute implication dans cette agression :

« Vous m’apprenez cette agression. Nous faisons de la politique, nous ne sommes pas un groupuscule qui agresse les gens dans la rue. »

Ce qui n’a pas empêché Lucas Bolivard, qui souffre d’une déchirure à la jambe, de déposer plainte et d’engager un service d’ordre pour les prochaines manifestations du collectif.

À lire aussi : Harcèlement de rue, cette épuisante banalité

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Syxteen
    Syxteen, Le 29 avril 2015 à 13h28

    Ce monde est triste... Mais bon courage à Lucas Bolivard, et bon rétablissement, vous (parmi d'autres heureusement) rendez ce monde moins pitoyable.

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)