5 films qui, pour une fois, sont (au moins) AUSSI BONS que le livre

Par  |  | 29 Commentaires

Tout comme il y a des adaptations de livres perfectibles, il y en a aussi de très bonnes qui méritent d'être mentionnées !

5 films qui, pour une fois, sont (au moins) AUSSI BONS que le livre

En tant que Josie Ronchon, j’ai souvent râlé devant des livres mal adaptés en films, et en lesquels j’avais vainement placé ma confiance.

À lire aussi : Ces livres qui méritent une meilleure adaptation au cinéma

Heureusement, il y en a aussi des bien et la rédac s’est concertée pour te causer de certains d’entre eux.

Ces films ne sont qu’une goutte dans la mer et je pourrais probablement t’en citer mille tout aussi bien adaptés (enfin, peut-être pas mille), mais j’avoue que cette sélection est particulièrement croustillante !

À lire aussi : Quand le film est mieux que le livre… #1

Harry Potter à l’école des sorciers, ou l’art de te transporter dans un monde magique

  • Le choix de Chloé, rédactrice devenir adulte à ce qu’il paraît

Quand j’ai su qu’Harry Potter allait sortir au cinéma, j’étais excitée comme une puce. Parce que comme beaucoup de gens, j’avais adoré les premiers livres, et j’attendais la suite avec impatience.

Et surtout, j’avais hâte de voir tous les tours de magie, les portraits et les escaliers s’animer, Fumseck, Buck, la Beuglante, le Quidditch, le club de duel… Bref, tous les trucs qui faisaient l’univers magique du livre.

Et je n’ai pas été déçue. Le casting était irréprochable, les personnages très fidèles au livre, et l’univers était juste PARFAIT.

Parfait, dans le sens où quand j’ai vu le plafond magique de la Grande Salle et entendu la musique (merci John Williams), j’étais conquise. Pour moi, c’est la meilleure adaptation de la saga, le film qui retranscrit le mieux l’ambiance des livres.

Et rétrospectivement je ne suis pas surprise, étant donné le réalisateur qui a bossé dessus (et sur les 2 suivants). Avant ça, il avait réalisé Maman, j’ai raté l’avion et sa suite, Madame Doubtfire, et été scénariste sur Les Goonies : il s’agit de Chris Columbus.

À lire aussi : Les meilleures scènes de relooking du cinéma

Et franchement, je crois que s’il y a un truc que Chris Columbus fait très bien, c’est parler à un jeune public, sans exclure les adultes, en arrivant en quelque sorte à ranimer notre âme d’enfant. Ceci explique cela.

La Nuit du chasseur, un thriller unique (dans tous les sens du terme)

  • Le choix de Juliette, rédactrice mode

Ce film, dont je te parlais déjà dans une sélection dédiée aux longs-métrages classiques, c’est un de mes préférés de l’histoire du cinéma.

Si La Nuit du chasseur est une œuvre relativement connue, peu de gens savent qu’elle est, à la base, tirée d’un bouquin qui porte le même titre signé Davis Grubb.

D’ailleurs, ce qui lie le romancier au réalisateur, Charles Laughton, c’est que pour les deux hommes, La Nuit du chasseur est un travail unique : seul livre de l’écrivain, et seul long-métrage du cinéaste.

Cette adaptation est une réussite sur toute la ligne.

L’ambiance de plus en plus sombre et le rythme toujours plus soutenu qui tient les lecteur•trices en haleine sont parfaitement retranscrits, les descriptions sont subtilement soulignées par les jeux d’ombres et de clair-obscur avec lesquels Laughton joue.

Puis Robert Mitchum offre une interprétation géniale du non moins intéressant personnage d’Harry Powell.

Toutes ces choses font de La Nuit du chasseur l’adaptation dont on rêve pour tous les bouquins que l’on aime : à la fois suffisamment fidèle pour ne pas dénaturer l’œuvre, et suffisamment unique pour permettre de découvrir le livre après le film.

Pour ça, moi je dis banco.

Starship Troopers, LE film de science-fiction incontournable

  • Le choix d’Aki, fidèle du genre et rédac ciné

Starship Troopers est l’adaptation du roman de Robert Heinlein intitulé Étoiles, garde-à-vous !

Pour les amateur•trices de science-fiction, ce film figure probablement comme l’une des œuvres cultes de Paul Verhoeven (qui a quand même réalisé Elle l’an dernier, pour vous dire le fossé entre les deux productions).

Le topo est assez basique, l’histoire se passe dans le futur, l’humanité doit faire face à une invasion d’Arachnides, une espèce d’insectes possédant plusieurs formes selon leur évolution intellectuelle. Bref, ça donne pas hyper envie sur le papier.

Mais en fait, le roman et le film vont plus loin que ça. Il s’agit d’une analyse profonde de la société de l’époque, les États-Unis à la fin des années 50, où le communisme représentait un ennemi difficile à atteindre.

Malgré l’aspect hyper kitsch des effets spéciaux aujourd’hui, l’histoire garde un côté intemporel. Peut-être grâce à la réalisation de Verhoeven qui assume à 100% le surjeu et les effets en carton.

Le gros plus de l’adaptation (relativement fidèle) repose dans le côté un peu absurde et un visuel bien percutant. Je pense notamment aux fausses pubs inséminées par-ci et par là. On ne mentionnera pas la romance additionnelle, mais en tout cas, le film apporte une véritable valeur ajoutée.

Oh, et puis il y a Neil Patrick Harris dedans.

Un Jour, ou comment suivre une histoire d’amour sur une vingtaine d’années

  • Le choix de Fannyfique, vidéaste lol

J’adore David Nicholls, un auteur anglais super stylé qui manie le sarcasme à la perfection. Il aime bien raconter l’histoire de gens un peu paumés.

Un Jour, c’est l’histoire d’Emma et Dexter, de leur rencontre à la fin de la fac jusqu’à genre leurs 40 ans. C’est une histoire d’amitié, surtout, d’amour aussi. Ils se perdent de vue, ils se retrouvent, et tout ça étalé sur une vingtaine d’années.

Ces ellipses temporelles sont évidemment beaucoup plus faciles à faire à l’écrit, mais l’adaptation du film — avec Anne Hathaway et Jim Sturgess — est très bien faite de ce point de vue.

C’est Lone Scherfig qui s’y est collée. Je ne sais pas qui est cette réalisatrice, j’avoue, j’ai fait une recherche sur Internet mais elle a fait du bon boulot. Bien joué, meuf !

Le film m’a donné envie de lire le bouquin, le livre m’a incité à revoir le long-métrage. C’est pas le film de ma vie, mais j’ai vraiment bien aimé, j’ai investi 1h30 de salaire dans le DVD, et Jim Sturgess est pas mal. Donc en plus on se rince bien l’œil. Voilà !

La Ligne verte, des prestations éblouissantes

  • Le choix de Laïla, développeuse web

La Ligne verte est un roman de Stephen King racontant l’histoire d’un gardien-chef de pénitencier et la vie des différents prisonniers, tous condamnés à mort.

Le gardien est troublé par l’arrivée du dernier prisonnier, John Coffey, dont la douceur et l’empathie contrastent avec l’horreur du crime pour lequel il a été condamné (meurtre de deux fillettes).

L’histoire est une belle réflexion sur la peine de mort et le racisme. Le plus impressionnant dans le film, c’est le très bon choix du casting et l’excellente interprétation de tous les acteurs.

C’est littéralement comme s’ils étaient sortis directement du livre : la méchanceté de Percy, le côté bienveillant de Paul Edgecombe, magnifiquement interprété par Tom Hanks.

Mention spéciale cependant à l’incroyable acteur qui joue John Coffey (Michael Clarke Duncan), on ressent sa douleur lorsqu’il évoque les crimes pour lesquels il a été condamné.

Le film a peut-être un peu vieilli aujourd’hui — il est sorti en 1999, il y a donc 18 ans… — mais ça reste un modèle de bonne adaptation de livre. C’est toujours un plaisir quand je tombe dessus en rediffusion à la télé !

Et toi, quels sont les films qui t’ont paru être bien adaptés (et suscitent en toi la satisfaction irrépressible caractéristique de la personne maniaque de l’adaptation au sens esthétique exigeant) ? 

À lire aussi : 5 bons films d’horreur qui sont aussi de bons films tout court

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (29) Facebook ()
  • Lullabulle
    Lullabulle, Le 14 février 2017 à 17h29

    "Un Long Dimanche de Fiançailles"... Jeunet a su rendre les personnages de Japrisot plus attachants qu'ils ne le sont dans le livre (qui est par ailleurs excellent) et moins froids... Le mode de narration du livre les rend un peu lointains, contrairement à celui du film. Mais vraiment, j'adore les deux!
    "Jules et Jim" et "Deux anglaises et le continent"; les films sont à la fois plus poétiques et passionnés que les livres...
    "La Reine Margot" de Patrice Chéreau est assez différente de celle de Dumas mais au final cela donne un second regard sur les personnages, un autre parti pris esthétique, ce qui rend les deux œuvres complémentaires et sublimes!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!